Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, un monde petit, tout petit

10 juillet 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, un monde petit, tout petit

Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, un monde petit, tout petit

Accueil | Veille médias | Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, un monde petit, tout petit

Le Nouvel Esprit public de Philippe Meyer, un monde petit, tout petit

10 juillet 2021

Pour les auditeurs de France Culture, l’émission L’Esprit public diffusée le dimanche à 11 heures a longtemps représenté une référence, animée essentiellement par Philippe Meyer son créateur (parfois par Patrick Cohen ou Émilie Aubry). Nous avons consacré une chronique en 2016 à son aimable ronron. Son initiateur a été remplacé brutalement en 2017 et a créé un podcast sur abonnement : Le Nouvel Esprit public (lenouvelespritpublic.fr). Petite visite guidée.

Le monde autour de mon nombril

Pour ceux qui con­nais­saient l’émission anci­enne for­mule, Philippe Mey­er est un bon ani­ma­teur et les sujets traités sont la plu­part du temps intéres­sants. Mais le débat se lim­ite à des échanges entre libéraux bon teint un peu lib­er­taires ou lib­er­taires joli teint un peu libéraux. La cri­tique du libéral­isme, de l’immigration de peu­ple­ment, des fail­lites de l’UE seront des sujets ou bien évités, ou traités entre gens de bonne com­pag­nie en gros d’accord sur l’essentiel : la mon­di­al­i­sa­tion est plutôt heureuse, le grand dan­ger est le pop­ulisme, les gou­ver­nants ne sont peut-être pas tou­jours à la hau­teur, mais il ne faut surtout pas en changer.

Les participants

Nous met­tons à part Béa­trice Gib­lin, anci­enne direc­trice de la revue de géopoli­tique Hérodote. Par ordre alphabétique :

  • Akram Belka­id, jour­nal­iste algérien au Monde Diplo­ma­tique et au Quo­ti­di­en d’Oran.
  • Nico­las Baverez, édi­to­ri­al­iste au Point et au Figaro, mem­bre du comité directeur des con­férences Bilder­berg et du comité directeur de l’Institut Montaigne.
  • Jean-Louis Bourlanges, député des Hauts de Seine, chré­tien-démoc­rate, mem­bre du Modem et de la Com­mis­sion Trilatérale.
  • François Bujon de l’Estang, ancien ambas­sadeur de France aux États-Unis, admin­is­tra­teur de la French Amer­i­can Foun­da­tion qui sélec­tionne les Young Lead­ers, agents de l’influence améri­caine dans les médias (et ailleurs), mem­bre du comité exé­cu­tif de la Com­mis­sion Trilatérale.
  • Éric Le Bouch­er, édi­to­ri­al­iste aux Échos et cofon­da­teur de Slate, pour lequel « l’immigration est une chance pour l’économie ».
  • David Djaiz, de « sen­si­bil­ité de gauche, autant par tra­di­tion famil­iale que par auto-déter­mi­na­tion ».
  • Matthias Felk, fran­co-alle­mand, mem­bre du PS, ancien député, ancien min­istre de l’Intérieur à la fin de la prési­dence Hollande.
  • Nicole Gnes­so­to, tit­u­laire de la chaire Union européenne au Cnam, vice-prési­dente de l’Institut Jacques Delors, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue Esprit.
  • Lucile Schmidt, mem­bre du PS, puis d’EELV puis de Généra­tion écolo­gie, mem­bre du comité de rédac­tion de la revue Esprit.
  • Marc-Oliv­er Padis, nor­malien, directeur des études de la fon­da­tion Ter­ra Nova. Ter­ra Nova a acquis la célébrité en recom­man­dant dans une étude que la gauche aban­donne la classe ouvrière au béné­fice des femmes, des minorités eth­niques ou sex­uelles, des habi­tants des grands cen­tres urbains.
  • Richard Wer­ly du jour­nal suisse Le Temps et col­lab­o­ra­teur de Libéra­tion. Notre con­frère Antipresse avait défi­ni le titre comme « le jour­nal­isme comme épou­van­tail ». Le jour­nal a été can­di­dat au titre envié de l’article le plus ridicule de 2018.
  • Michaela Wiegel, jour­nal­iste à la FAZ, Frank­futer All­ge­meine Zeitung, représen­tant les milieux patronaux alle­mands, libéral en économie, lib­er­taire sur le plan sociétal.
  • Lionel Zin­sou, fran­co-béni­nois, prési­dent de Ter­ra Nova.

Baverez, Bourlanges et Philippe Mey­er sont mem­bres du Siè­cle. Sans commentaires.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés