Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Culture, L’Esprit Public. La sérénité de l’aveuglement ?

10 mai 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | France Culture, L’Esprit Public. La sérénité de l’aveuglement ?

France Culture, L’Esprit Public. La sérénité de l’aveuglement ?

On peut écouter avec intérêt l’émission hebdomadaire de commentaires politiques sur l’actualité de la semaine écoulée, « L’Esprit Public », produite et animée par Philippe Meyer sur l’antenne de France Culture, car elle dispense tous les dimanches à 11h une information raisonnable, rassurante, savante, toutes choses synonymes de sécurité intellectuelle. Nous avons à faire a priori à des gens qui savent où ils vont, mais a posteriori ?

Le pan­el des invités ne peut laiss­er aucun doute sur la qual­ité pré­sumée des inter­ven­tions.Hors Philippe Mey­er, dont nous con­nais­sons les qual­ités, nous avions dimanche 1er mai sur le plateau Jean-Louis Bourlanges, essay­iste, François Bujon de l’Estang, ambas­sadeur de France, Nicole Gne­sot­to, pro­fesseur tit­u­laire de la chaire sur l’Union Européenne au CNAM, Sylvie Kauff­mann, direc­trice édi­to­ri­ale au jour­nal Le Monde, Éric Le Bouch­er, édi­to­ri­al­iste du jour­nal Les Échos et co-fon­da­teur du site Slate.fr et Michaela Wiegel, cor­re­spon­dante à Paris de la Frank­furter All­ge­meine Zeitung».         

La sérénité curieuse — mar­que de cette émis­sion — se heurte de plus en plus aux remous inter­na­tionaux et à une sit­u­a­tion poli­tique et sociale dif­fi­cile en France même, illus­trant un monde bien dif­férent de celui qui nous est pro­posé par l’équipe de l’E­sprit Pub­lic.

Dimanche 1er mai, une obamania de bon ton

Jean Louis Bourlanges, ancien député européen, « chré­tien démoc­rate » un temps proche de M. Bay­rou, est un par­ti­san déter­miné du « marché libre et non faussé », c’est un par­ti­san his­torique de la Con­struc­tion « européenne, » offi­cielle qu’il a régulière­ment et farouche­ment soutenue dans les faits mais aus­si dans ses ambi­tions proclamées. La stratégie sup­posée des pères de l’UE était notam­ment de bâtir une puis­sance poli­tique faisant d’une par­tie du vieux con­ti­nent un inter­locu­teur à part entière des grandes puis­sances du moment. M. Bujon de l’Es­tang pour sa part, ambas­sadeur de France à la bril­lante car­rière, est en principe por­teur et défenseur de l’in­térêt nation­al. C’est là a pri­ori le sens même de son méti­er. Les autres inter­venants affichent des qual­ités dif­férentes, mais égale­ment de bonne tenue.

Pour en revenir à l’ac­tu­al­ité de la semaine con­cernée, la venue de M. Oba­ma en Grande Bre­tagne et en Alle­magne était en soi naturelle, entre parte­naires. Mais Lorsque le prési­dent des États-Unis s’est mêlé publique­ment des affaires intérieures du pays hôte et de la vie de l’UE, nous devons en déduire qu’il n’é­tait pas venu en représen­tant d’un pays ami, mais en patron dis­pen­sa­teur de con­seils, d’or­dres et de men­aces (à peine voilées) à l’en­con­tre du Roy­aume-Uni dans le cas d’un Brex­it.

Quelles réac­tions sur le plateau de l’E­sprit Pub­lic ? Des com­men­taires de bon aloi analysant la per­ti­nence évi­dente des paroles de M. Oba­ma, qui instituent de fait l’UE comme un appen­dice de la puis­sance US, dont la frag­ili­sa­tion serait aus­si celle du « grand frère » d’outre Atlan­tique. Com­prenons que l’avenir de l’UE intéresse au pre­mier chef les États-Unis, qui y inter­vi­en­nent légitime­ment quand bon leur sem­ble. On s’est grave­ment inter­rogé sur le fait que M. Oba­ma n’a pas fait une halte à Paris. La France vient de se réin­ve­stir totale­ment dans l’OTAN, et on voit mal com­ment M. Hol­lande, qui a fait par­tie des « Young lead­ers » (voir inter­net sous le titre « Young lead­ers »), pour­rait au-delà des dis­cours pos­er un prob­lème quel­conque à un chef d’é­tat améri­cain, tant son aligne­ment atlantiste est qua­si com­plet.

Les pressions sur les anglais

Ont été égrainées les men­aces de l’UE con­tre la Grande Bre­tagne pour peser sur le scrutin relatif au Brex­it, M. Bourlanges les décli­nant avec pré­ci­sion. Il eût affir­mé claire­ment sa con­damna­tion de telles men­aces, si tel avait été son avis. Ce ne fut pas le cas, ni d’ailleurs celui de ses parte­naires. Cette mise en cause offi­cielle de la lib­erté démoc­ra­tique des Anglais face à leur des­tin, du fait de M. Oba­ma et de Brux­elles, n’a pour­tant choqué per­son­ne, elle a même paru par­faite­ment naturelle aux « experts » présent sur le plateau.

Il faut croire qu’on peut soutenir l’UE sur une radio de ser­vice pub­lic en igno­rant les principes de base de la vie démoc­ra­tique, à savoir que le vote des citoyens a en démoc­ra­tie force de loi, et qu’il importe que l’ex­pres­sion du vote échappe à toute pres­sion sus­cep­ti­ble d’en fauss­er la sen­tence. M. Oba­ma est donc le patron, en ver­tu de quoi l’ « Europe » et l’ex­pres­sion démoc­ra­tique des pays de l’UE n’ex­is­tent en rien face à la volon­té US (et à celle de Brux­elles), M. Bujon de l’Es­tang pré­cisant dans la foulée que le risque de frag­men­ta­tion de l’UE favoris­erait l’ « impéri­al­isme russe », ce qui sem­ble être par les temps qui courent l’ « ulti­ma ratio » bénie par Wash­ing­ton.

Le vrai discours en filigrane, l’Europe vassale naturelle des US

Si nous traduisons sim­ple­ment les pro­pos de nos amis de l’E­sprit Pub­lic, l’UE vas­sal­isée est une évi­dence qui relève d’une espèce de droit naturel lié à l’im­peri­um US. La présence de la Grande Bre­tagne dans l’UE aus­si, et ce d’au­tant plus que telle est l’opin­ion de M. Oba­ma. La sor­tie du Roy­aume (encore) Uni de l’ensem­ble com­mu­nau­taire serait donc une anom­alie au regard du « nou­v­el ordre mon­di­al » voulu par les États-Unis, du moins on le sup­pose. Le Brex­it est récusé à la fois par Wash­ing­ton et Brux­elles, ce qui est par voie de con­séquence l’opin­ion raisonnable qui, on le sup­pose, trace la fron­tière entre les pop­ulistes, les extrémistes et les gens sérieux.

Point­er les dan­gers de l’im­péri­al­isme russe, souligne si l’on com­prend bien, la néces­sité de ser­rer les rangs der­rière les États-Unis, et donc, en fil­igrane, der­rière l’OTAN dans un proces­sus de con­fronta­tion avec la Russie (et peut-être avec la Chine). Au total, une seule réal­ité sus­cep­ti­ble d’être admise sans méfi­ance a été évo­quée, à savoir le refus majori­taire des sociétés européennes de la sig­na­ture du cat­a­strophique traité transat­lan­tique, et la volon­té majori­taire de leurs gou­ver­nants d’y enfer­mer leurs pays. M. Bourlanges a immé­di­ate­ment assim­ilé l’hos­til­ité des citoyens au traité à une ten­ta­tion pro­tec­tion­niste, ce qui dans sa bouche est éminem­ment con­damnable. On est en droit d’en déduire son appui au fameux traité.

Le réel fâché avec l’Esprit Public et l’expression de « l’état profond »

Quels que soient les sujets abor­dés par cette émis­sion heb­do­madaire, le tra­vail des équipes réu­nies par M. Mey­er définit une ligne poli­tique « sub­lim­i­nale » que l’on peut résumer en dis­ant qu’elle exprime la vision con­sen­suelle de l’estab­lish­ment, et qu’elle entre de plus en plus fréquem­ment en con­tra­dic­tion avec les faits. Evo­quer le Brex­it sans expli­quer en quoi le désir de quit­ter l’UE peut appa­raître fondé aux yeux des citoyens anglais revient à surlégitimer le dis­cours des autorités « com­pé­tentes » face à l’ig­no­rance sup­posée des citoyens. Instituer l’UE comme vas­sale des Etats Unis, c’est soutenir la con­cep­tion d’un « empire occi­den­tal » et d’un leader US « naturel » con­tre toute idée de sou­veraineté, au moment où les forces cen­trifuges minent l’ensem­ble européen et où les Etats Unis sont eux-mêmes tra­vail­lés par l’iso­la­tion­nisme, forme améri­caine du sou­verain­isme.

Une ques­tion légitime se pose. Si l’on con­sid­ère que M. Philippe Mey­er donne en direct la parole à des représen­tants de l’ « état pro­fond », à savoir à des per­son­nes qui sont aus­si par­fois des per­son­nages impor­tants impliqués dans des instances inter­na­tionales comme la Tri­latérale ou le groupe Bilder­berg et autres hauts lieux de la mon­di­al­i­sa­tion néolibérale, et qui, dans tous les cas, ont à voir avec le Pou­voir économique, financier et poli­tique au plus haut niveau, on est en droit de se deman­der si les « class­es dirigeantes » française, européennes et mon­di­ales n’ont que ce type d’ar­gu­men­taire à oppos­er au chaos qui men­ace. Alors, le ton apaisant de cette émis­sion peut devenir un sujet d’in­ter­ro­ga­tion angois­sée : n’ont-ils que cela à nous dire quand la mai­son brûle ?

ERRATUM 12/05/2016 : Thier­ry Pech a été indiqué par erreur comme un des par­tic­i­pants de l’émis­sion du pre­mier mai, présent habituelle­ment il était absent ce jour.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).