Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le programme Young Leaders, agent de l’influence américaine dans les médias français

2 janvier 2019

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Le programme Young Leaders, agent de l’influence américaine dans les médias français

Le programme Young Leaders, agent de l’influence américaine dans les médias français

Pre­mière dif­fu­sion le 16/10/2018 — L’Observatoire du jour­nal­isme (Ojim) se met au régime de Noël jusqu’au 5 jan­vi­er 2019. Pen­dant cette péri­ode nous avons sélec­tion­né pour les 26 arti­cles de la ren­trée qui nous ont sem­blé les plus per­ti­nents. Bonne lec­ture, n’oubliez pas le petit cochon de l’Ojim pour nous soutenir et bonnes fêtes à tous. Claude Chol­let, Président

Ce programme, Young Leaders (Jeunes leaders) dérive d’un accord entre Gerald Ford président des Etats-Unis et le président français Giscard d’Estaing en 1976, établissant une fondation dédiée à l’amitié entre les deux pays, avec un siège à Paris et un siège à New-York. La fondation a permis l’émergence du programme Jeunes Leaders à partir de 1981.

400 Young Leaders formés

Depuis cette date plus de 400 Jeunes lead­ers ont été  for­més, dont la moitié de français. Le ver­ba­tim du pro­gramme : « Chaque année (avec par­fois des années blanch­es 85/88, 90/93, 97, le pro­gramme est ensuite con­tinu depuis 1998, soit 29 pro­mo­tions au total) vingt français et améri­cains, âgés de 30 à 40 ans appelés à jouer un rôle impor­tant dans les rela­tions entre les deux pays sont sélec­tion­nés par un jury en France et aux États-Unis. Les can­di­dats retenus par­ticipent à deux sémi­naires de cinq jours, cha­cun sur deux années con­séc­u­tives, alter­na­tive­ment en France et en Amérique, afin d’échanger sur des sujets d’intérêts com­muns aux deux pays et tiss­er des liens d’amitié durable ». Par­mi les spon­sors on trou­ve les groupes améri­cains Boston Con­sult­ing et Egon Zehn­der. Cha­cun com­pren­dra com­ment cette « for­ma­tion » peut devenir un moyen incom­pa­ra­ble d’influence pour l’Amérique. Nous ne détaillerons que les Young Lead­ers  agis­sant dans les médias français sans nous intéress­er aux poli­tiques et dirigeants économiques (nom­breux) passés par le pro­gramme depuis 1981. Nous met­tons entre par­en­thès­es (1981) l’année de promotion.

La télévision et les Young Leaders

Quelques jeunes lead­ers ont eu une jolie car­rière à la télévi­sion : Jérôme Clé­ment (1982), fon­da­teur d’Arte puis de la Cinq, égale­ment longtemps prési­dent du CNC (Cen­tre nation­al du ciné­ma). Bernard Faivre d’Arcier (1983) a présidé plus de dix ans le fes­ti­val d’Avignon et aus­si La Sept, branche française d’Arte. Emmanuel Chain (2000) a ani­mé plus de quinze ans l’émission à suc­cès Cap­i­tal sur M6 puis est devenu pro­duc­teur de télévi­sion. Plus jeune, Estelle Yous­so­ufa (2011) est jour­nal­iste à France2/TV5Monde. D’autres plus mul­ti-cartes se retrou­vent aus­si dans les radios ou la presse écrite (voir infra)

La radio et les Young Leaders

Le ser­vice pub­lic est très bien servi en Jeunes lead­ers. David Kessler (1999) a été comme Jérôme Clé­ment (1982) directeur du CNC mais aus­si du CSA, directeur de France Cul­ture et directeur général chargé des pro­grammes de Radio France. Bernard Guet­ta (1981) a ani­mé plus de 25 ans une émis­sion de géopoli­tique à France Inter. Jean-Noël Jeanneney (1983) a été PDG de Radio France et de Radio France Inter­na­tion­al, il ani­me depuis 20 ans une émis­sion à car­ac­tère his­torique Con­cor­dance des temps sur France Inter (il a été égale­ment prési­dent de la chaîne de télévi­sion thé­ma­tique His­toire). Cather­ine Sueur (2007) après un pas­sage au Monde a été direc­trice déléguée de Radio France.

Mais le secteur privé, s’il est moins bien loti, n’est pas oublié. Nico­las Escoulan (2014) est passé de Canal+ à Europe1 où il est directeur de la rédac­tion. Son cama­rade de la pro­mo­tion d’avant Jérôme Cha­puis (2013) est respon­s­able du ser­vice poli­tique de la radio con­cur­rente RTL.

La galaxie Le Monde/L’Obs

Ce n’est plus une galax­ie c’est une véri­ta­ble con­stel­la­tion de Jeunes lead­ers. Sur les 19 pro­mo­tions, 13 com­por­tent au moins un mem­bre de ces rédactions.Thierry Pfis­ter (1981, pre­mière pro­mo­tion) a œuvré dans les deux rédac­tions (plus de nom­breuses en province). Jean-Claude Guille­baud (1982) a écrit aus­si pour les deux jour­naux. Jean-Marie Colom­bani (1983) a été directeur du Monde pen­dant treize ans. Denis Olivennes (1996) a été directeur de la rédac­tion du Nou­v­el Obs (et aus­si à Canal+, Europe1 et Lagardère active). Dominique Nora (1995) est respon­s­able de la rédac­tion de L’Obs. Elle avait suc­cédé à Math­ieu Crois­sandeau (2002) qui a col­laboré aus­si à Arte. A tous seigneurs tous hon­neurs Matthieu Pigasse (2005) et Louis Drey­fus (2005) ont dû être de très bons élèves du pro­gramme. Le pre­mier est co-pro­prié­taire du groupe Le Monde (et action­naire à titre per­son­nel des Inrocks et de radios), le sec­ond pré­side le direc­toire du groupe depuis 2010. Nabil Wakim (2012) au Monde a été créa­teur des Décodeurs, chef du ser­vice poli­tique, rédac­teur en chef et respon­s­able de l’innovation. Plus récem­ment Élise Vin­cent (2015) y est respon­s­able du ser­vice Jus­tice. Sylvie Kauf­mann (1998) est direc­trice édi­to­ri­ale au même quo­ti­di­en du soir. Pas­cal Riché (1999), ancien de Libéra­tion, fon­da­teur de Rue89 est directeur adjoint de L’Obs. Erik Izraelewicz (1994) après être passé par Les Échos et La Tri­bune a été directeur des rédac­tions du Monde de 2011 à sa mort en 2012.

Les autres quotidiens et les Jeunes leaders

Lau­rent Jof­frin (1994) aurait pu fig­ur­er dans la rubrique Le Monde/L’Obs étant passé dans un tour­nis inces­sant de L’Obs à Libéra­tion et retour. Il est directeur de la rédac­tion du quo­ti­di­en de Patrick Drahi depuis 2014 et par­ticipe à de nom­breux autres médias (France Inter, France Info, France5 etc). Lau­rance N’kaoua (2003) offi­cie au quo­ti­di­en économique Les Échos, tout comme David Bar­roux (2011). Dans un reg­istre dif­férent François Dufour (2005) est spé­cial­iste de l’information des jeunes à Mon Quo­ti­di­en, sa créa­tion.

Les magazines

Yves de Ker­drel (2005) a été longtemps directeur de Valeurs Actuelles tout en col­lab­o­rant au Figaro. Chris­tine Ock­rent (1983) surnom­mée la reine Chris­tine aurait pu être classée dans la rubrique télévi­sion (NBC, CBS, Antenne2,TF1, France3, TV5, France 24, BFM) ou radio (Europe1, RTL,RFI, France Inter). Elle a été direc­trice de la rédac­tion de L’Express de 1994 à 1996. Guy Sor­man (1982) a lui aus­si été à L’Express, Le Figaro Mag­a­zine et est inter­venu auprès de nom­breux autres heb­do­madaires ou quo­ti­di­ens. Philippe Le Corre (2004) inter­vient dans de nom­breux médias et au Point. Il est dif­fi­cile de class­er Philippe Manière (1995) qui a été un peu partout, Le Point, L’Expansion, Europe1, Insti­tut Mon­taigne, Le Nou­v­el Econ­o­miste, Les Echos. Le plus jeune Gas­pard Koenig (2017) col­la­bore aux Échos et au Point.

Autres jeunes leaders du programme

Michel Combes (1994) a longtemps dirigé Altice, la hold­ing Europe du groupe mul­ti-médias de Patrick Drahi. Béa­trice de Cler­mont Ton­nerre (2011) a tra­vail­lé chez Google et à Lagardère Active où elle aurait pu crois­er la plus jeune Claire Le Ost (2016). Eric Fassin (1994) sans être jour­nal­iste inter­vient régulière­ment dans les médias en par­ti­c­uli­er sur les ques­tions touchant le genre et la défense des migrants. Sophie de Clos­ets (2017), toute récente Jeune leader, pré­side les édi­tions Fayard depuis 2014. Stéphane Fouks (2001) par sa posi­tion chez EuroRSCG a con­seil­lé et con­seille de nom­breux médias et patrons de rédac­tion. Pour la curiosité Julien Vaïsse (2007) n’est pas une per­son­nal­ité médi­a­tique mais le directeur du CAPS le Cen­tre d’analyse, de prévi­sion et de stratégie du Min­istère des Affaires Etrangères. Une nom­i­na­tion curieuse pour une per­son­nal­ité qui sem­ble liée d’aussi près à un Etat étranger.

Cousinage atlantiste et plus si affinités

Une par­tic­i­pa­tion au pro­gramme n’indique pas néces­saire­ment un aligne­ment com­plet sur les thès­es améri­caines (Arnaud Mon­te­bourg et Dupont-Aig­nan sont d’anciens Jeunes lead­ers) mais mar­que, pour la très grande majorité des lau­réats, une incli­na­tion atlantiste et une très grande prox­im­ité culturelle/économique (et plus si affinités) avec le grand frère améri­cain. En-dehors des médias il est sur­prenant de con­stater que notre prési­dent actuel comme le précé­dent ont été Young Lead­ers, mais aus­si de nom­breux mil­i­taires français de haut rang. Imag­i­nons un instant que les russ­es aient entre­pris le quart de la moitié de ce pro­gramme, le tol­lé serait immé­di­at et sur­puis­sant. Ce pro­gramme qui n’a rien de secret n’est jamais évo­qué par les médias dom­i­nants. Et pour cause les Young Lead­ers y pul­lu­lent, la sol­i­dar­ité par le silence en quelque sorte. Ils ont retenu la leçon du Maître, Speech is sil­ver, silence is gold­en (La parole est d’argent mais le silence est d’or).

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.