Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le meilleur de l’Ojim en 2013 (10)

1 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le meilleur de l’Ojim en 2013 (10)

Le meilleur de l’Ojim en 2013 (10)

Pen­dant les fêtes, l’Ojim vous pro­pose tous les jours de revivre les grands moments de l’année 2013 du point de vue de la cri­tique des médias. Affaire Méric, affaire Léonar­da, affaire du « tireur fou » de Libé, dossier sur les roms de Valeurs actuelles, Mar­seille vue par les médias, con­nivence des jour­nal­istes et des poli­tiques… C’est toute l’actualité médi­a­tique de 2013 qui est analysée et mise en per­spec­tive par l’Ojim. N’oubliez pas que l’Ojim est un site 100% indépen­dant qui ne vit que de vos dons. Aidez-nous à rem­plir notre rôle d’Observatoire des médias, et à exercer libre­ment notre cri­tique du sys­tème médi­a­tique. Tout don nous sera utile.





Le mur des cons : quand une surprenante affaire en cache une autre, non moins surprenante

Images filmées en cachette, scandale, députés qui interpellent un ministre, auteur anonyme d’une vidéo qui finit par être découvert, juges mis en causes par des avocats et des journalistes ou défendus par les mêmes… Et pour compliquer l’affaire, le conflit israélo-palestinien qui s’invite dans l’histoire… L’affaire du « mur des cons » est un feuilleton à épisodes avec tous les ingrédients pour un succès médiatique. Hélas, les vraies questions liées à l’impartialité de la justice ont été occultées par un grand règlement de compte idéologique.

Une drôle d’affaire

Le 24 avril dernier, le pure play­er gra­tu­it (ten­dance droite libérale) Atlanti­co pub­li­ait sur son site une vidéo, filmée dans les locaux du syn­di­cat de la mag­i­s­tra­ture où l’on pou­vait voir « un gigan­tesque pan­neau dans la salle prin­ci­pal du local syn­di­cal, sur­plom­bé d’une affichette sur laque­lle était écrit “Mur des cons” ». Sur ce mur : des pho­tos de per­son­nal­ités épinglées, par­fois accom­pa­g­nées d’un com­men­taire désoblig­eant. Ain­si, on y trou­vait-on, pêle-mêle, des hommes poli­tiques, pour la plu­part mem­bres de l’UMP, des anciens min­istres, des patrons de presse (Éti­enne Mougeotte, Patrick Le Lay), des jour­nal­istes (David Pujadas, Éric Zem­mour, Béa­trice Schoen­berg, Robert Ménard, Alexan­dre Adler, Yves Thréard etc.), mais aus­si deux pères de vic­times, le général Schmitt, père de la jeune Anne-Lor­raine, assas­s­inée en 2007 et Jean-Pierre Escarfil, père de Pas­cale, tuée par Guy Georges en 1979. Pour Atlanti­co, « ce petit “pilori privé”, instal­lé dans un local syn­di­cal — au sein d’un bâti­ment du min­istère de la jus­tice ! — est une for­fai­ture qui décon­sid­ère ceux qui en sont à l’o­rig­ine. Ce mur de la honte con­stitue une faute grave ».

Lire la suite

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.