Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marseille : French Disconnection

19 septembre 2013

Temps de lecture : 10 minutes
Accueil | Dossiers | Marseille : French Disconnection

Marseille : French Disconnection

De Plus belle la vie à un réel autrement moche, comment la vitrine du multiculturalisme est devenue le tableau de son échec.

« Tout est poli­tique », dis­aient les jeunes maos en mai 68. Il est dif­fi­cile de savoir dans quelle mesure cette asser­tion insi­dieuse­ment total­i­taire est juste, mais ce qui est cer­tain, c’est que lorsque ces enfants de la bour­geoisie prirent le pou­voir — qu’ils tien­nent tou­jours -, ils décidèrent de tout poli­tis­er. C’est ain­si qu’en France, plus que dans aucune autre démoc­ra­tie européenne, toute forme de médi­a­tion devint un vecteur pos­si­ble de pro­pa­gande. L’Éducation, l’art con­tem­po­rain, le ciné­ma, la chan­son, aucun secteur ne devait échap­per à l’effort de guerre idéologique inspiré des théories du penseur com­mu­niste ital­ien Gram­sci, pour lequel la révo­lu­tion devait égale­ment s’opérer dans un ren­verse­ment de l’« hégé­monie cul­turelle ». C’est pourquoi lorsqu’on se donne pour objec­tif d’étudier le tra­vail des médias, il est néces­saire, aujourd’hui en France, d’élargir le champ d’étude au-delà des médias pro­pre­ment dit, tout un pan de l’activité cul­turelle ayant été mobil­isé pour « informer » les citoyens, pour leur don­ner à voir la réal­ité de leur pays selon un prisme idéologique par­fois sin­gulière­ment défor­mant.

Dans cet ordre des choses, le feuil­leton « Plus belle la vie », dif­fusé tous les soirs sur France 3, chaîne publique, à une heure de grande audi­ence, est un véri­ta­ble cas d’école. Out­il de pro­pa­gande du « poli­tique­ment cor­rect » offrant une image idéal­isée et totale­ment fac­tice du « vivre-ensem­ble », ce feuil­leton au suc­cès crois­sant divulgue à plus de qua­tre mil­lions de téléspec­ta­teurs une image pos­i­tive de Mar­seille et de la « France telle qu’elle va vers un monde meilleur », que les événe­ments du mois d’août ont eu ten­dance à invers­er lit­térale­ment, révélant d’une manière sai­sis­sante l’arnaque intel­lectuelle en œuvre der­rière le feuil­leton à des­ti­na­tion des mass­es.

Marseille comme enjeu symbolique

Il n’est pas anodin que la série star de la télévi­sion publique se déroule à Mar­seille et dans un quarti­er, le « Mis­tral », directe­ment inspiré du quarti­er du « Panier », un quarti­er de forte immi­gra­tion maghrébine aujourd’hui en phase de « gen­tri­fi­ca­tion ». Mar­seille est en effet un enjeu sym­bol­ique fort, un sym­bole du mul­ti­cul­tur­al­isme tel qu’il doit réus­sir, une alter­na­tive au désas­tre de la Seine-Saint-Denis où la mer et les cigales se sub­stitueraient au bitume et aux crachats. « La ville est dev­enue un lab­o­ra­toire de la moder­nité, une grande expéri­ence de cohab­i­ta­tion entre Français d’origine et réfugiés d’Afrique du Nord. » expli­quait déjà en 2011, Julia Amalia Hey­er dans Der Spiegel. Ce sont pré­cisé­ment ces raisons qui ont été mis­es en avant pour faire de Mar­seille la cap­i­tale européenne de la cul­ture en 2013 : « Mar­seille est la ville la plus mul­ti­cul­turelle de France (…). Aux muta­tions cul­turelles qui touchent toute l’Europe, il faut pro­pos­er des répons­es cul­turelles, et la dimen­sion européenne est une clé pour dépass­er les blocages post­colo­ni­aux. Faire de Mar­seille une cap­i­tale européenne de la cul­ture, c’est adress­er un signe très fort à tous les néo-européens. » Ain­si s’exprimait le com­pos­i­teur Pierre Sauvageot pour soutenir la can­di­da­ture de la ville, sur le site Rue89. Mar­seille, cap­i­tale moins de la cul­ture, donc, que de l’utopie mul­ti­cul­turelle pro­posée comme mod­èle posi­tif aux « néo-européens » (i.e. les immi­grés d’origine extra-européenne), et comme exem­ple pro­pre à décrisper les archéo-européens récal­ci­trants au change­ment de régime. Car le « mul­ti­cul­tur­al­isme », rap­pelons-le, ne se résume pas à l’idée d’enrichissement d’une cul­ture par­ti­c­ulière par des apports exogènes, proces­sus qui a tou­jours existé dans n’importe quelle cul­ture, mais à un change­ment de régime politi­co-cul­turel. Là où jusqu’alors, une cul­ture locale dom­i­nante assim­i­lait des élé­ments extérieurs nou­veaux, le libéral­isme mon­di­al­isé pro­pose un régime de coex­is­tence de cul­tures dif­férentes, en quelque sorte « pri­vatisées », pour que se sub­stitue comme liant social, à une cul­ture ances­trale com­mune, deux seuls référents : l’argent et la lég­is­la­tion poli­tique­ment cor­recte. Tout cela se met­tant bien sûr en place sur les décom­bres de l’ancienne cul­ture nationale.

La question de l’Islam

L’un des prin­ci­paux prob­lèmes auquel est con­fron­té le pro­jet mul­ti­cul­tur­al­iste, se trou­ve être l’expansion de l’Islam en Europe et les réac­tions de rejet que cette reli­gion sus­cite. For­cé­ment, on vante les joies de l’échange et de la ren­con­tre des cul­tures, mais lorsque les musul­mans se trou­vent majori­taires sur un ter­ri­toire : ils l’islamisent. Ce qui est bien naturel, au demeu­rant. Et le mul­ti­cul­tur­al­isme n’apparaît alors que comme une phase tran­si­toire entre deux dom­i­na­tions cul­turelles. D’où les crispa­tions des autochtones, aux­quels on avait promis une liesse bigar­rée, et qui se retrou­vent à vivre dans un univers par­ti­c­ulière­ment uni­forme et con­trôlé où ils fig­urent en tant que scories pressées de dis­paraître. L’intégration de l’Islam, quitte à pass­er par mille « accom­mode­ments raisonnables », est donc une pri­or­ité des ten­ants du mul­ti­cul­tur­al­isme. Or Mar­seille, sur la ques­tion de l’Islam, revêt encore une dimen­sion stratégique. Com­prenant la plus impor­tante com­mu­nauté musul­mane de France (un mar­seil­lais sur qua­tre y appar­tiendrait), et le pro­jet de con­struc­tion de la plus grande mosquée du pays, c’est bien là que doit se prou­ver la sol­u­bil­ité de l’Islam dans l’utopie mul­ti­cul­turelle. En out­re, les musul­mans ne s’y sen­tent pas « stig­ma­tisés ». Tolérance des Mar­seil­lais ? Plus triv­iale­ment, cela tiendrait à la posi­tion de force des musul­mans : “A Mar­seille, la com­mu­nauté est telle­ment impor­tante qu’on n’a pas de prob­lème de stig­ma­ti­sa­tion. On n’en avait pas avant les débats sur le port de la burqa, on n’en aura pas non plus après”, assur­ait ain­si le gérant d’un snack hal­lal au JDD en 2010.

Une ville « euro-méditerranéenne »…

En somme, Mar­seille est moins dev­enue une cap­i­tale mul­ti­cul­turelle qu’une grande ville française islamisée. Pour faire digér­er cette réal­ité, le Pou­voir a recours à des fig­ures de style, Mar­seille se trou­vant présen­tée comme le phare de l’« euroméditer­ranée » et, pour implanter cette idée dans la con­science col­lec­tive, on ouvre le Mucem en juin dernier, le « Musée des civil­i­sa­tions de l’Europe et de la Méditer­ranée ». Quelle est la mis­sion offi­cielle de ce musée ? Il serait « con­sacré à la con­ser­va­tion, l’é­tude, la présen­ta­tion et la médi­a­tion d’un pat­ri­moine anthro­pologique relatif à l’aire européenne et méditer­ranéenne, à par­tir de col­lec­tions d’o­rig­ine inter­na­tionale et de recherch­es tournées vers une approche trans­dis­ci­plinaire, con­cer­nant les sociétés dans leur total­ité et dans l’é­pais­seur du temps. » Ce jar­gon tech­nocra­tique trahit à quel point le pro­jet du musée est sim­ple­ment d’être un fourre-tout dénué de con­tours et de direc­tion, mais qui parvien­dra à fab­ri­quer de toutes pièces l’idée d’une cohérence civil­i­sa­tion­nelle entre l’Europe et la Méditer­ranée, laque­lle jus­ti­fierait, en somme, l’africanisation de la sec­onde ville de France. Un dis­posi­tif de pro­pa­gande qui fait songer à l’évocation de Charle­magne par les Nazis occu­pant la France : « Non, vous n’êtes pas envahis par les Alle­mands, vous venez juste de retrou­ver votre bon vieil empire car­olingien ! » Tour de passe-passe assez grossier, surtout que dans le cas de Mar­seille, il ne repose sur aucune réal­ité tan­gi­ble. S’il y a bien eu une Europe méditer­ranéenne, ce fut à l’époque de l’empire romain, alors que les Berbères et les Ethiopi­ens étaient des citoyens romains, par la suite chris­tian­isés, et cette « euroméditer­ranée » là s’est éteinte avec la chute de l’Empire et l’expansion musul­mane, c’est dire qu’elle appar­tient davan­tage à l’archéologie qu’à une His­toire vivante.

« Plus belle la vie » ou le réalisme socialiste 2.0

« Plus belle la vie » ou le réalisme socialiste 2.0

« Plus belle la vie » ou le réal­isme social­iste 2.0

C’est donc pour toutes ces raisons que Mar­seille est dev­enue le ter­ri­toire d’élection de l’utopie mul­ti­cul­turelle, et que le feuil­leton de prop­a­ga­tion de cette utopie y a pris ses quartiers. Le titre même de la série sem­ble sug­gér­er au téléspec­ta­teur : « La vie sera plus belle quand elle sera vécue selon les par­a­digmes que nous allons expos­er dans la fic­tion suiv­ante. » Quels sont-ils ? Le soci­o­logue Jean-Yves le Naour, qui a con­sacré une étude extasiée à la série (Plus belle la vie, la boîte à his­toires, PUF) les expose ain­si : « On y voit des jeunes filles avorter, des homo­sex­uels en veux-tu en voilà, une apolo­gie de l’amour libre et du métis­sage, des plaidoiries pour les sans-papiers, etc. Même la ques­tion de l’islam (…) est abor­dée dans le feuil­leton. Au cen­tre du réc­it, on trou­ve le vivre-ensem­ble, le rejet du com­mu­nau­tarisme, la pro­mo­tion de ce que l’on appelle la « diver­sité », et ce n’est pas un hasard si la plu­part des cou­ples de « Plus belle la vie » sont mixtes. Les scé­nar­istes ont même poussé la per­ver­sion démoc­ra­tique jusqu’à faire tomber amoureux un flic raciste et une poli­cière beurette. » D’une cer­taine manière, le feuil­leton suit une démarche esthé­tique sem­blable à celle prônée autre­fois par le « réal­isme social­iste » en art et en lit­téra­ture, trans­posée sur l’idéologie de l’époque, l’enjeu étant de décrire le monde non tel qu’il est, mais tel qu’il devrait être si l’utopie pro­mue était réal­isée.

Un instrument de lutte idéologique au quotidien

En plus de cette vision arti­fi­cielle du monde délayée tout au long de la série, celle-ci développe au jour le jour une lutte idéologique sur les sujets que soulève l’actualité. Un récent arti­cle d’Arrêt sur images va jusqu’à affirmer qu’ « à par­tir de 2007/2008, la série a engagé une lutte idéologique con­tre le sarkozysme en détri­cotant com­plète­ment les argu­ments de l’UMP qua­si­ment au jour le jour. » En quoi con­siste ce pré­ten­du « détri­co­tage » ? Eh bien par exem­ple : « Lorsque Sarkozy s’at­taqua pour la pre­mière fois aux Roms, un per­son­nage de gen­til jeune gitan apparut très peu de temps après et enta­ma une his­toire d’amour avec une des jeunes vedettes de la série. » « Détri­co­tage » ultime, et éthique­ment très lim­ite sur le ser­vice pub­lic : « Quelques jours avant les élec­tions prési­den­tielles, nous avons été témoins d’une scène extra­or­di­naire. Dans le café du Mis­tral qui est le point de ral­liement de tous les per­son­nages, au comp­toir, le doc­teur Leser­man, une des fig­ures les plus pos­i­tives de la série a exprimé, évidem­ment sans le nom­mer, mais de manière très claire, qu’il n’é­tait pas ques­tion de vot­er pour Sarkozy. Les autres ont opiné comme si ça allait de soi. » Plus récem­ment, lors du débat sur le mariage gay, pour don­ner la parole aux opposants, d’après le site de Jean-Marc Moran­di­ni, on a vu une mère de famille acar­iâtre insul­ter deux hon­nêtes homo­sex­uels qui s’embrassaient inno­cem­ment. Ce « détri­co­tage » n’a donc stricte­ment rien à voir avec le moin­dre début d’argument rationnel, il con­siste sim­ple­ment à exploiter le sen­ti­ment d’identification du spec­ta­teur à des fig­ures pos­i­tives, lesquelles relaient l’idéologie poli­tique­ment cor­rect, et sont vic­times de fig­ures néga­tives car­i­cat­u­rales qui assu­ment et résu­ment tout dis­cours divergeant. Une sim­ple manip­u­la­tion émo­tion­nelle de masse sous le cou­vert d’un diver­tisse­ment bas de gamme.

Bienvenue dans le monde réel

Dans la réal­ité, cepen­dant, Mar­seille est loin de cette réus­site voulue par le pou­voir libéral-lib­er­taire et anticipée par « Plus belle la vie » ; dans la réal­ité autrement plus moche, la sec­onde ville de France est même l’exemple le plus man­i­feste de l’échec du mul­ti­cul­tur­al­isme, et cette dis­so­nance est telle qu’elle ren­voie le dis­cours offi­ciel comme l’univers de car­ton pâte du feuil­leton à leur nature de farce sin­istre et à leur pure fonc­tion de pro­pa­gande. En effet, si Mar­seille a été sous le feu des pro­jecteurs en cette fin d’été, ce n’est pas tant parce qu’elle était cette année la « cap­i­tale européenne de la cul­ture » ou parce que le « vivre-ensem­ble » y était aus­si mer­veilleux que dans le quarti­er du Mis­tral, mais parce qu’elle n’est plus que le ter­ri­toire de jeu des ban­des rivales maffieuses. Sur le ter­rain, la belle utopie mar­seil­laise se résume à une ville dont la moitié des arrondisse­ments est classée en zone de sécu­rité pri­or­i­taire et où la vio­lence est telle et la police si dépassée par les événe­ments, que Samia Ghali, pour­tant « néo-européenne » encar­tée au PS en appelle depuis un an à l’armée. «Il y a un an jour pour jour, j’avais tiré la son­nette d’alarme en lançant un appel à l’armée dans les cités, et la sit­u­a­tion est tou­jours la même !», a‑t-elle déclaré alors que les min­istres Ayrault et Vals venaient assur­er un min­i­mum de com­mu­ni­ca­tion après le treiz­ième meurtre de 2013 com­mis par les trafi­quants. Il faut dire que ces règle­ments de compte provo­quent des dom­mages col­latéraux jusque dans les hôpi­taux, comme à La Con­cep­tion, le dimanche 18 août, lorsqu’un infir­mi­er est agressé au couteau parce qu’il ne veut pas pren­dre assez rapi­de­ment en charge un groupe d’hommes qui venait de poignarder à mort un rival de 18 ans. Les infir­miers récla­ment des ren­forts de police aux urgences. Après l’armée dans les cités, doit-on envis­ager que l’Etat français ruiné paie un polici­er der­rière chaque infir­mi­er pour que celui-ci puisse soign­er gra­tu­ite­ment des assas­sins sans risque pour sa vie ? À ce compte-là, l’utopie mul­ti­cul­turelle risque de coûter une for­tune…

Le multiculturalisme : retour au chaos

« La France mul­ti­cul­turelle est un échec. Cet idéal, pro­mu depuis trente ans par l’idéolo­gie antiraciste, pro­duit plus de racisme encore. C’est ce qui ressort du rap­port de la Com­mis­sion nationale con­sul­ta­tive des droits de l’homme. Il est urgent de stop­per la liban­i­sa­tion de la France », affir­mait le jour­nal­iste Yvan Rioufol, il y a quelques mois et peu de temps avant que ce lab­o­ra­toire du mul­ti­cul­tur­al­isme qu’est la citée phocéenne illus­tre son pro­pos d’une manière aus­si élo­quente que sanglante. Cet échec était pour­tant prévis­i­ble, non seule­ment parce que cette utopie est absurde, mais de sur­croît parce que les con­di­tions de son hypothé­tique réal­i­sa­tion sont absentes. En effet, comme nous l’avons dit, renonçant à faire com­mu­nier le peu­ple dans une cul­ture his­torique dom­i­nante, le pro­jet mul­ti­cul­turel, pro­jet libéral, ne dis­pose plus, comme fac­teur de lien social, que des deux ressorts de la loi et de l’argent — les bien­faits du doux com­merce qui domes­tiquent les rela­tions humaines sur la base de l’intérêt bien com­pris, et la coerci­tion de l’Etat. Quand les pris­ons sont sat­urées et le pays en pleine crise économique, for­cé­ment, on va droit au chaos, et l’idéal mul­ti­cul­turel se retourne en société mul­ti-raciste, ultra-vio­lente et atom­isée, dont les symp­tômes sont par­ti­c­ulière­ment nom­breux à Mar­seille, bien au-delà des règle­ments de compte.

Ce que vous ne verrez jamais dans « Plus belle la vie »

Il est aisé de mon­tr­er à Mar­seille le revers de la fic­tion, en lis­tant par exem­ple un ensem­ble d’anecdotes qui en dit beau­coup sur la réal­ité de cette ville et de son lien social, mais qui, pour­tant, ne seront jamais exploitées par les scé­nar­istes de « Plus belle la vie », seule­ment occupés à peaufin­er leur décors fac­tices. Vous ne ver­rez jamais, dans ce feuil­leton : « des asso­ci­a­tions tenues par des deal­ers notoires (…) sub­ven­tion­nées par des fonds publics. En échange (de quoi), les caïds de quarti­er tien­nent les bureaux de vote ! », comme le rap­porte Saïd Ahama­da, créa­teur du col­lec­tif AME. Aucun per­son­nage, comme Fabi­en, vic­time au quo­ti­di­en d’un racisme anti-blanc dans les quartiers nord, ne sera épaulé ou écouté par les clients du Mis­tral, alors qu’il témoign­erait de son cal­vaire : «Plusieurs fois, dans le métro, j’ai dû subir des “sale Gaulois”, “mécréant” ou d’autres injures en arabe (…). Une fois, ils ont même sor­ti un couteau, j’ai pris un coup de bouteille de Coca-Cola sur la tête et un coup de poing sur la tempe. Des inscrip­tions “va crev­er, Français”, il y en a jusque sur les murs de ma rue. » Jamais, le sym­pa­thique médecin de la série ne sera con­fron­té à une sit­u­a­tion comme celle que rap­por­tait dans Le Point du 16 juil­let, cette médecin mar­seil­laise, « séquestrée dans un apparte­ment au milieu d’une dizaine de per­son­nes qui (lui) deman­dent d’établir un cer­ti­fi­cat de vir­ginité pour l’une de leurs filles. ». Jamais vous n’assisterez non plus à l’éviction vio­lente d’un camp de Roms par des habi­tants maghrébins excédés, comme cela s’est pro­duit pour­tant l’année dernière sans sus­citer l’émotion des asso­ci­a­tions anti-racistes.

L’avenir de la France

Il serait pour­tant judi­cieux de se pencher sur ce genre de cas, puisque si Mar­seille est un lab­o­ra­toire du mul­ti­cul­tur­al­isme, la moin­dre des choses serait tout de même, plutôt que fan­tas­mer sans cesse le pro­gramme, de s’intéresser aux résul­tats con­crets de l’expérience. Résul­tats d’autant plus impor­tants qu’ils con­cern­eraient, à terme, le ter­ri­toire entier, où est déjà engagée la « mul­ti­cul­tur­i­sa­tion » à marche for­cée. C’est pourquoi, très naturelle­ment et prenant au mot la doxa offi­cielle, le jour­nal­iste dis­si­dent Éric Zem­mour peut con­clure au vu des événe­ments : « La trilo­gie de Mar­seille n’est plus Mar­ius, Fan­ny, César mais désin­dus­tri­al­i­sa­tion, décen­tral­i­sa­tion, défran­ci­sa­tion. La trilo­gie noire de Mar­seille est la pointe émergée du mal­heur français, Mar­seille est l’avenir de la France. » Pen­dant ce temps, la presse dom­i­nante à d’autres com­bats. Rel­a­tivis­er la sit­u­a­tion pour Le Monde et Libéra­tion, ou bien, comme à Téléra­ma ou à La Provence réagis­sant à une enquête du Figaro, s’élever con­tre le « Mar­seille Bash­ing ». Ain­si, pen­dant que « Plus belle la vie » con­tin­ue d’entretenir le rêve, la presse bien-pen­sante traque ceux qui ten­teraient de le bris­er, tout cela dût-il s’achever dans le pire cauchemar.

M.D.

Crédit pho­tos : France 3/DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).