Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le match Ruquier/Praud a‑t-il vraiment eu lieu ?

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

1 novembre 2023

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Veille médias | Le match Ruquier/Praud a-t-il vraiment eu lieu ?

Le match Ruquier/Praud a‑t-il vraiment eu lieu ?

Temps de lecture : 7 minutes

Ce fut l’une des sensations du « mercato » estival puis de la rentrée médiatique de septembre 2023 : Laurent Ruquier, que l’on connaît mieux comme animateur d’émissions de divertissement, à l’image des Grosses Têtes, débarquait sur BFMTV pour l’émission d’information du 20 heures, pile au moment de L’heure des Pros 2 de Pascal Praud sur CNews. Évidemment, BFMTV et Laurent Ruquier en juraient leurs grands dieux : il ne s’agissait pas d’entrer en concurrence avec l’émission de Pascal Praud, de plus en plus regardée et de plus en plus influente en France.

Une annonce tonitruante

Avant même d’entrer en scène, Lau­rent Ruquier et son émis­sion fai­saient du bruit. C’est ce qu’annonçait le plan com­mu­ni­ca­tion de BFMTV, à ren­fort de mots qui frap­pent : « irrévéren­cieux », « anti­con­formiste », « décalé », « inso­lent »… Le pub­lic allait voir ce qu’il allait voir et finale­ment ces annonces fai­saient tout de même penser aux qual­i­fi­cat­ifs habituelle­ment util­isés pour désign­er L’Heure des Pros, matin comme soir. Sauf qu’à regarder main­tenant le 20 heures de Lau­rent Ruquier, ces qual­i­fi­cat­ifs ne parais­sent pas si évidents.

En tout cas, depuis le lun­di 25 sep­tem­bre 2023, Lau­rent Ruquier est sur BFMTV à 20 heures. Et quoi que veuil­lent en dire Ruquier ou BFMTV, une analyse des deux émis­sions mon­tre claire­ment que le 20 heures de Ruquier vise à s’attaquer directe­ment à celui de Pas­cal Praud.

Des différences ?

Dans Télé-Loisirs, en sep­tem­bre, Lau­rent Ruquier avait ten­té d’expliciter le con­cept de son émission :

« C’est une tranche d’info et de débats d’une heure, qui abor­dera trois grands sujets. J’y apporterai mon regard sur l’ac­tu­al­ité et Julie (Ham­mett) con­tex­tu­alis­era les infos en tant que jour­nal­iste, ce que je ne suis pas ».

En réal­ité, le 20 heures de Ruquier, c’est un peu la volon­té de faire du Praud sans y arriv­er. D’abord… il faut y arriv­er à ce 20 heures de BFMTV, en tra­ver­sant une jun­gle pub­lic­i­taire qui n’en finit plus, à se deman­der s’il y aura bien une émis­sion dans la foulée. Pour L’Heure des Pros 2, le téléspec­ta­teur entre d’un coup dans l’émission, après un court générique, sans être assom­mé de pub­lic­ités. Et entrant d’un coup dans l’émission, il entre de même directe­ment dans le prin­ci­pal sujet d’actualité. Par exem­ple, le jeu­di 26 octo­bre 2023, le plan con­cer­nant les émeutes urbaines devant être annon­cé par Élis­a­beth Borne.

Chez Ruquier ? Peu de voix fortes. Celle du maire com­mu­niste de Grigny qui appelle au sec­ours depuis des années, celle de Charles Con­signy. Pour le reste, des invités ou chroniqueurs peu sig­nifi­ants, aux mots vite oubliés (à l’exception de Mar­i­on Maréchal, en invitée). Chez Praud ? L’animateur pose d’emblée la grav­ité du débat et l’insuffisance des pre­mières mesures ayant fil­trées, ain­si que le lan­gage tech­nocra­tique incom­préhen­si­ble pour la majorité des Français. Les chroniqueurs sont remon­tés, le débat est vif. D’un côté, chez Ruquier, on des­sine un plan dont on peut espér­er des avancées pos­i­tives ; de l’autre, chez Praud, on dis­sèque un plan qui ressasse les mêmes fauss­es solu­tions jamais réelle­ment mis­es en œuvre depuis les années 1990. C’est ce qui ressort du tour de table. En règle générale, les chroniqueurs de CNews sont des voix plus fortes, moins poli­tique­ment cor­rectes, parais­sant plus en prise avec la réal­ité du pays. Selon les émis­sions, c’est par exem­ple le cas de chroniqueurs comme Élis­a­beth Lévy, Math­ieu Bock-Côté ou Char­lotte d’Ornellas.

Décors décalés

Les décors ajoutent au décalage entre les deux émis­sions. Dans le 20 heures de Ruquier, les fig­ures géométriques oranges, bleues, jaunes se dépla­cent der­rière les chroniqueurs et l’animateur, dans une sorte d’ambiance qui se veut peut-être « à l’américaine ». Dans le 20 heures de Praud, le décor est à la mesure de la grav­ité des sujets abor­dés : plus simple.

Une dif­férence prin­ci­pale saute immé­di­ate­ment aux yeux et elle est de taille. C’est celle de la grav­ité, juste­ment. Sur BFMTV, quelle que soit la grav­ité du sujet, plan émeute ou guerre entre Israël et Hamas, Lau­rent Ruquier ne parvient pas à se dépar­tir de son côté ani­ma­teur ricanant d’émission de diver­tisse­ment, si bien qu’il y a un décalage fla­grant entre l’importance des ques­tions posées et les sourires de l’animateur qui les pose. Sur CNews, le ton est grave car les sujets le sont. Et Pas­cal Praud n’hésite pas à taper du poing sur la table. Un ensem­ble qui a per­mis, peu à peu, à son émis­sion de gag­n­er des parts de marché et de s’imposer comme une émis­sion d’information influente.

Voir aus­si : Lau­rent Ruquier, portrait

Un point d’étape sur les audiences, Praud devant par 3 à 1

A la date du 26 octo­bre 2023, un mois après le lance­ment du « match », il n’y a guère pho­to et il n’est pas cer­tain que ce « match » ait véri­ta­ble­ment lieu. D’après Le Parisien, CNews, en par­ti­c­uli­er grâce à L’Heure des Pros, fait une excel­lente ren­trée et ses audi­ences n’ont cessé de pro­gress­er depuis la crise COVID. Pas­cal Praud est l’animateur qui a le vent en poupe. Selon le quo­ti­di­en, « La ten­dance s’est encore accen­tuée depuis l’été dernier. Elle a bat­tu son record d’audience his­torique en sep­tem­bre (2,5 % de PDA) » et parvient à bat­tre BFMTV. « Ce suc­cès est notam­ment porté par un homme : Pas­cal Praud, qui vire au phénomène médi­a­tique ». Le 25 octo­bre, par exem­ple, son émis­sion a été regardée par 790 000 téléspec­ta­teurs (3,7 % de PDA) entre 20 h et 21 h. Au même moment, Lau­rent Ruquier ne par­ve­nait à capter l’audience que de 200 000 téléspec­ta­teurs (0,9 % de PDA).

Selon Télé-Loisirs, Lau­rent Ruquier n’est pas par­venu à faire « vac­iller » l’émission du soir de Pas­cal Praud sur CNews. C’est simple :

« Son Heure des Pros 2 est l’émission la plus suiv­ie chaque soir toutes chaînes d’infos confondues ». 

Ruquier, une audience déjà en déclin

Pour­tant, au moment de son lance­ment, en sep­tem­bre, l’émission de Lau­rent Ruquier avait obtenu des audi­ences encourageantes :

« en rassem­blant 385 000 téléspec­ta­teurs, soit une part d’au­di­ence de 1,8% selon Médiamétrie. Cela représen­tait une pro­gres­sion de l’or­dre de 56% pour le 20h/21h de BFMTV qui, jusqu’alors, atti­rait env­i­ron 230 000 per­son­nes ». Où en sommes-nous un mois plus tard ? « En moyenne, entre le 25 sep­tem­bre et le 25 octo­bre, Lau­rent Ruquier et Julie Ham­mett ont été suiv­is par 302 000 téléspec­ta­teurs et par 1,4% du pub­lic âgé de 4 ans et plus. Le nou­veau vis­age du canal 15 n’a cepen­dant pas fait trem­bler Pas­cal Praud, qui a pu compter sur la même péri­ode sur 802 000 fans (3,8% des 4+). De plus, le jour­nal­iste de CNews a enreg­istré le 10 octo­bre dernier son record his­torique d’au­di­ence depuis la créa­tion de L’heure des Pros 2 en 2019 devant 920 000 Français (4,4% du public) ». 

Plus grave pour le 20 heures sur BFMTV de Lau­rent Ruquier, ses audi­ences sont en baisse. La semaine du 26 octo­bre, mar­di et mer­cre­di, son émis­sion est aus­si, pour la pre­mière fois, arrivée der­rière celle de LCI. Le 25 octo­bre, Lau­rent Ruquier ne réu­nis­sait que 194 000 téléspec­ta­teurs (0,9% de PDA), son score le plus faible depuis son arrivée.

Son record d’audience ? Le 28 sep­tem­bre 2023, trois jours après ses débuts. Ce jour-là, son 20 heures avait réu­ni 457 000 téléspec­ta­teurs… Un résul­tat qui paraît déjà loin­tain face au 20 heures d’un Pas­cal Praud qui ne cesse de progresser.

Voir aus­si : Pas­cal Praud, portrait