Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook à l’assaut du journalisme (Perugia 2)

30 juillet 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook à l’assaut du journalisme (Perugia 2)

Facebook à l’assaut du journalisme (Perugia 2)

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 16/04/2017]

La 11ème édition du Festival International du Journalisme s’est tenue à Pérouse (Perugia, Ombrie, Italie) du 5 au 9 avril 2017. Créé en 2006 à l’initiative d’Arianna Ciccone le festival a reçu près de 600 intervenants venus de 47 pays et organisé plus de 300 conférences, ateliers, débats dans douze salles de la ville de Pérouse. Le Festival a été marqué par une véritable prise en mains de Facebook et Google (à la fois sponsors officiels et participants à de nombreux débats). Un envoyé spécial de l’Ojim était présent, voici le deuxième de ses comptes rendus.

Vous avez pu voir dans un précé­dent arti­cle la ten­ta­tive de Google via Google News check de se posi­tion­ner comme fil­tre en amont du jour­nal­isme en qual­i­fi­ant l’information trans­mise : bonne/vraie (com­pren­dre : désir­able) ou mauvaise/fausse (com­pren­dre : indésir­able), intro­duisant un juge­ment moral qui per­me­t­tra au mal­heureux jour­nal­iste de sépar­er le bon grain de l’ivraie et de ne pas per­turber le non moins mal­heureux pub­lic.

Si Google peut le faire, Face­book le fera, con­cur­rence oblige.

Facebook et son drapeau rouge

Le réseau social a été cri­tiqué car cer­tains inter­nautes auraient fait un « mau­vais usage » du réseau dif­fu­sant des « fauss­es nou­velles » con­duisant à des « évène­ments indésir­ables » comme l’élection de Don­ald Trump, le Brex­it ou le non au référen­dum con­sti­tu­tion­nel organ­isé par Ren­zi en Ital­ie. Il fal­lait donc réa­gir.

Adam Mosseri, vice-prési­dent pro­duit (Prod­uct Vice Pres­i­dent) de Face­book est venu porter la bonne parole auprès des jour­nal­istes réu­nis à Pérouse le 7 avril 2017. Pull over ras du cou, jean, veste élé­gante, Mosseri est le pro­to­type du grand frère améri­cain, ath­lé­tique, souri­ant, sym­pa­thique, il ne vous veut que du bien. Quelques extraits.

À Face­book nous sommes les amis du jour­nal­isme et nous avons une respon­s­abil­ité vis à vis de votre pub­lic. Nous voulons « aider notre com­mu­nauté » et en 2017 nous met­trons l’accent sur qua­tre points. Pre­mier point la décou­verte, nous allons met­tre en rela­tion vos sujets préférés avec leur envi­ron­nement. Ensuite « l’intégrité », il y a des soucis avec les fauss­es nou­velles. Vous allez pou­voir sig­naler « les fauss­es nou­velles, les dis­cours de haine », nous allons avoir recours à des tiers vérifi­ca­teurs d’information (Third par­ty fact check­ing pro­grams) qui vont nous sig­naler les fauss­es infor­ma­tions. Troisième point : nous allons lancer un pro­gramme d’éducation du pub­lic. Qua­trième point, nous allons être un meilleur parte­naire pour les médias. Nous allons tra­vailler avec vous pour vous amélior­er, pour que vous puissiez moné­tis­er vos pro­duits. Tout ceci fait par­tie du pro­gramme « Jour­nal­isme 2017 » que Face­book a lancé au début de cette année. Nous allons lancer une alliance avec vous édi­teurs, jour­nal­istes, mem­bres qual­i­fiés de la com­mu­nauté. Quand une nou­velle sera dou­teuse, un dra­peau rouge sera posté qui vous met­tra en garde.

Ministère de la vérité

Le gou­verne­ment alle­mand veut met­tre en place une loi qui per­me­t­tra de con­damn­er à de lour­des amendes les réseaux soci­aux qui dif­fuseront des « dis­cours de haine » (sous-enten­du c’est le gou­verne­ment qui défini­ra ce qu’est ou ce que n’est pas un dis­cours de haine). La loi alle­mande con­sid­ér­erait les réseaux soci­aux comme des édi­teurs et non comme des dis­trib­u­teurs, ce qui est à la fois une men­ace et une chance pour Face­book.

Le réseau social annonce qu’il ne veut pas s’impliquer lui même dans la véri­fi­ca­tion des faux dis­cours ni dans la qual­i­fi­ca­tion de ce qu’est un dis­cours de haine ou de vio­lence. Il aura donc recours aux fameuses « par­ties tierces » comme Inter­na­tion­al Fact Check­ing Net­work de l’université (améri­caine bien enten­du) Poyn­ter, qui à son tour va se repos­er sur des cor­re­spon­dants qual­i­fiés. Leur cor­re­spon­dant pour la France ? Dés­in­tox de Libéra­tion dont le pro­prié­taire Patrick Drahi n’a cer­taine­ment aucun con­flit d’intérêt…

Cer­tains gou­verne­ments d’un côté (l’Allemagne en pointe, la France pas très loin avec le comité inter­min­istériel con­tre les dis­crim­i­na­tions) avec l’aide des puis­santes sociétés numériques améri­caines ten­tent de met­tre en place un sys­tème qui ressem­blera au monde décrit par George Orwell dans 1984, avec la minute de la haine (con­tre la haine bien enten­du), la mise en scène du réel, voire la recon­struc­tion du réel. Comme le dis­ait Guy Debord « dans la société du spec­ta­cle, le vrai devient un moment du faux ». Au même moment Face­book en étant plus intrusif par la qual­i­fi­ca­tion de ses infor­ma­tions sera en mesure de capter encore un peu plus de la valeur ajoutée créée par les édi­teurs. Pau­vres médias dont la pub­lic­ité se déplace déjà sur les réseaux soci­aux, com­plices de Face­book ils sci­ent avec appli­ca­tion la branche sur laque­lle ils sont assis…

À suiv­re…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.