Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google à l’assaut du journalisme (Perugia 1)

30 juillet 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Google à l’assaut du journalisme (Perugia 1)

Google à l’assaut du journalisme (Perugia 1)

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 15/04/2017]

La 11ème édition du Festival International du Journalisme s’est tenue à Pérouse (Perugia, Ombrie, Italie) du 5 au 9 avril 2017. Créé en 2006 à l’initiative d’Arianna Ciccone le festival a reçu près de 600 intervenants venus de 47 pays et organisé plus de 300 conférences, ateliers, débats dans douze salles de la ville de Pérouse. Le Festival a été marqué par une véritable prise en mains de Facebook et Google (à la fois sponsors officiels et participants à de nombreux débats). Un envoyé spécial de l’Ojim était présent, voici le premier de ses comptes rendus.

Dialogue

La grande et mag­nifique salle de la Guilde des notaires (Sala dei notari) est pleine à cra­quer pour accueil­lir le 7 avril un invité de mar­que qui est aus­si un des prin­ci­paux financiers du Fes­ti­val. Il s’agit de Richard Gin­gras, vice-prési­dent de Google News. Gin­gras dans la soix­an­taine, cheveux et barbe grison­nants, col ouvert dans un très élé­gant cos­tume style Armani est à l’aise et fort affa­ble. Pour l’interroger Davide Casati du quo­ti­di­en Il Cor­riere del­la Sera, plus jeune, bien cra­vaté, moins bien habil­lé, fort respectueux. Com­mence alors une danse du ven­tre du jour­nal­iste autour de l’homme de Google, sur un ton de plus en plus énamouré. Résumé du dia­logue :

Jour­nal­iste (sur le ton de l’espoir) : J’utilise Google tous les jours pour faire des recherch­es et j’en suis fort con­tent mais je souhait­erais que votre admirable entre­prise puisse m’aider plus. Pour être plus pré­cis non seule­ment trou­ver des infor­ma­tions mais aus­si les qual­i­fi­er, je veux dire par là savoir si une infor­ma­tion est vraie ou fausse, bonne ou mau­vaise (buona o cat­ti­va), est ce pos­si­ble ?

Google (sur un ton bon­homme) : Vous con­nais­sez la mis­sion de Google News (mis­sion state­ment), « les nou­velles sont néces­saires aux citoyens pour être de bons (c’est nous qui soulignons) citoyens » (news are nec­es­sary for cit­i­zens to be good cit­i­zens). Google News a un mil­liard de lecteurs par semaine, nous agré­geons des infor­ma­tions venues de 80000 sources dif­férentes dans 70 pays avons donc un devoir vis à vis de la com­mu­nauté. Les fake news (terme à la mode pour qual­i­fi­er les bons vieux bobards, note de l’auteur) sont une men­ace car elles spécu­lent sur la peur des gens, nous allons les élim­in­er.

Jour­nal­iste (atten­tif) : Et com­ment ?

Google Fact check va faciliter votre travail

Google (sûr de lui) : Bien enten­du il n’est pas ques­tion de cen­sure. Nous allons sim­ple­ment utilis­er nos puis­sants algo­rithmes et le big data pour lancer Google Fact check. Ce dernier vous per­me­t­tra de manière sûre et dés­in­téressée de vous retrou­ver dans la jun­gle de l’information, de savoir ce qui est juste et ce qui est faux, ce qui est bon et souhaitable et ce qui est mau­vais et odieux.

Jour­nal­iste (les yeux pleins de larmes) : Vous l’avez déjà lancé ?

Google (impérieux) : Nous sommes opéra­tionnels depuis octo­bre aux États-Unis et au Roy­aume-Uni. Nous nous appuyons sur des con­trôleurs d’information (Duke Uni­ver­si­ty, Jig­saw) et nous met­tons un émoticône sur les infor­ma­tions véri­fiées. Émoticône souri­ant vert : oui cette infor­ma­tion est bonne (sous enten­du con­forme à nos intérêts, ceux de la côte ouest des États-Unis et du libéral lib­er­tarisme), émoticône rouge faisant la gri­mace cette infor­ma­tion est fausse (sous enten­du hos­tile à nos intérêts etc…), émoticône gris neu­tre nous ne savons pas.

Jour­nal­iste (ent­hou­si­aste) : Et quand allons nous prof­iter de cette mer­veilleuse opéra­tion en Ital­ie ?

Google (souri­ant) : Tout de suite, La Repub­bli­ca et votre jour­nal le Cor­riere sont déjà parte­naires et vos jour­nal­istes pour­ront prof­iter pleine­ment de cette infor­ma­tion dans les prochaines semaines

Le jour­nal­iste remer­cie, le pub­lic applau­dit. Google s’est posi­tion­né en amont de l’information et va la « qual­i­fi­er » faisant ain­si le tra­vail du jour­nal­iste qui n’aura plus à véri­fi­er lui-même quoi que ce soit, réduit au rôle de copieur de com­mu­niqués d’agences de presse « qual­i­fiés » par Google l’ami de la démoc­ra­tie et des bons sen­ti­ments. Oui Google sou­tient bien les jour­nal­istes, comme la corde sou­tient le pen­du.

À suiv­re…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.