Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La dernière cartouche de la propagande médiatique : Daech et FN, même combat !

11 décembre 2015

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | La dernière cartouche de la propagande médiatique : Daech et FN, même combat !

La dernière cartouche de la propagande médiatique : Daech et FN, même combat !

« Toujours pas de communiqué de l’EI pour revendiquer et se réjouir des résultats d’hier soir… » : ce Tweet ignoble émis par un député PS a récemment fait le tour des médias. Si le message a été supprimé aussitôt par l’auteur, il témoigne d’un drôle de discours de propagande qui se banalise chez les politiques, mais aussi, beaucoup plus grave, chez certains journalistes.

« Toujours pas de communiqué de l'EI pour revendiquer et se réjouir des résultats d'hier soir... »

« Tou­jours pas de com­mu­niqué de l’EI pour revendi­quer et se réjouir des résul­tats d’hi­er soir… »

Le pre­mier a avoir avancé, sans trem­bler du men­ton, que « Daech vote Front Nation­al » n’est autre que Renaud Dély, le rédac­teur en chef de L’Obs, plus ou plac­ardisé il est vrai, et que plus grand-monde ne prend au sérieux. Sur France Inter le 19 novem­bre, il trou­vait déjà « quelques con­ver­gences de vue entre le FN et les ter­ror­istes ou du moins, quelques indices trou­blants ».

En effet, en voulant « bor­délis­er » la vie poli­tique, le Front Nation­al ferait le jeu de la divi­sion et donc… de Daech. CQFD. « Alors, certes, on ne dira pas que le FN vote Daech, non bien sûr. Mais en revanche, ce qui est clair, c’est que Daech vote FN », con­clut Dély.

Mais le jour­nal­iste n’en est pas resté là. Le 4 décem­bre sur le site de L’Obs, il récidi­vait en jugeant que le FN, en faisant référence à Charles Mar­tel, refu­sait aux musul­mans le droit d’être « des Français comme les autres ». De quoi « attis­er les ger­mes d’une guerre civile dans l’Hexa­gone. Un des­sein qui appa­raît en tous points comme le miroir de celui de… Daech ». Con­clu­sion ? Le Front Nation­al avec ses « dia­tribes racistes et ses vitupéra­tions xéno­phobes » sert « avec zèle » d’« agent recru­teur aux dji­hadistes ». « Rai­son pour laque­lle, tout à son ambi­tion de désta­bilis­er la démoc­ra­tie en France, Daech vote Front nation­al. Qui le lui rend bien », ajoute l’au­teur. Met­tre à plusieurs repris­es sur un même plan un par­ti démoc­ra­tique et une bande d’assassins ne pose évidem­ment aucun prob­lème déon­tologique à notre jour­nal­iste qui se scan­dalise par ailleurs de voir Mar­i­on Maréchal-Le Pen « souiller » l’historien Marc Bloch en le citant.

Mal­heureuse­ment, Renaud Dély n’est pas un cas isolé. Après le « choc » du pre­mier tour, d’autres jour­nal­istes ont com­mencé à repren­dre ce dis­cours, prob­a­ble­ment dans l’idée de ter­roris­er les électeurs FN en vue du sec­ond tour. Dans son édi­to du 6 décem­bre sur Rue89 (qui appar­tient à L’Obs) Pierre Has­ki esti­mait que Marine Le Pen pou­vait, au lende­main de son suc­cès au pre­mier tour des régionales, remerci­er deux acteurs poli­tiques : le groupe Etat islamique et François Hol­lande.

Pour Has­ki, les atten­tats du 13 novem­bre ont « avan­tagé le par­ti qui prône la plus grande fer­meté » et qui « dis­tille depuis tou­jours un dis­cours anti-islam per­ni­cieux ». « C’est exacte­ment le cal­cul que pou­vait faire Daech qui, selon tous les experts, cherche à provo­quer la guerre civile, ou du moins de fortes ten­sions entre Français musul­mans et non musul­mans », ajoute-t-il.

Et comme « des régions présidées par le Front nation­al, c’est plus de dis­crim­i­na­tions, de stig­ma­ti­sa­tions, de xéno­pho­bie », le par­ti fron­tiste se retrou­ve ici l’al­lié objec­tif, voire le com­plice, de l’É­tat islamique !

Pour finir, citons un arti­cle de L’Ex­press du même cru, qui pour­rait être érigé en mod­èle de « manip­u­la­tion par approx­i­ma­tion ». L’article est titré « Pour Daech, le FN a rai­son: les musul­mans n’ont rien à faire en France. » Com­ment le site de l’heb­do­madaire compte-t-il s’y pren­dre pour faire pass­er cette (énorme) pilule ? En citant des « spé­cial­istes », bien enten­du.

Sauf que le principe même du recours aux « experts » con­siste, juste­ment, à nom­mer ces experts, ce que L’Ex­press se garde bien de faire. Au début de son papi­er, Jérémie Pham-Lé affirme que « selon plusieurs spé­cial­istes [sic], l’or­gan­i­sa­tion Etat islamique (EI) se réjouit de la pro­gres­sion du vote fron­tiste, con­statée lors du pre­mier tour des régionales ». Quels spé­cial­istes ? Le lecteur n’en saura rien.

Plus loin, il explique que « pour plusieurs spé­cial­istes [re-sic], il existe un lien de dépen­dance entre les extrêmes, poli­tique et religieux. Lesquels s’al­i­menteraient entre eux à tra­vers leurs idées dis­crim­i­na­toires ». Enfin, tou­jours d’après ces spé­cial­istes fan­tômes, on nous apprend que « le FN et l’EI parta­gent quelques valeurs com­munes mêmes s’ils sont, en apparence, rad­i­cale­ment opposés ». Quelles valeurs com­munes ? Là encore, mys­tère.

Mais l’article vire vite à la farce. En effet, la source prin­ci­pale qui four­nit le fond du papi­er, ain­si que son titre, n’est autre que deux « par­ti­sans de Daech »… anonymes eux aus­si ! Pour ces derniers, cités par David Thom­son, une vic­toire du FN pousserait les musul­mans « à faire la hijra [émi­gr­er en terre d’Is­lam, comme la Syrie, NDLR] ».

Et Nico­las Hénin, jour­nal­iste ex-otage prob­a­ble­ment atteint du syn­drome de Stock­holm, d’a­jouter que « pour les dji­hadistes, le FN a rai­son quand il dit ‘la France aux Français’. Selon eux, les musul­mans n’ont rien à faire dans une société occi­den­tale comme la France, jugée terre de mécréants. L’EI a tout intérêt à ce que les musul­mans se sen­tent de plus en plus mal à l’aise ».

Ne cherchez pas d’autres sources, il n’y en a aucune. L’É­tat islamique n’ayant jamais com­mu­niqué sur le Front Nation­al, l’ar­ti­cle de L’Ex­press, avec son titre racoleur, n’a eu d’autres choix que d’avoir recours à des « spé­cial­istes » anonymes et à des témoignages tout aus­si anonymes, tous prob­a­ble­ment sor­tis de l’imagination du rédac­teur, pour entretenir cette idée en vogue : Daech et le FN, même com­bat ! Un mod­èle de jour­nal­isme…

Une ques­tion reste en sus­pens : à quand une cam­pagne médi­a­tique pour dévoil­er l’al­liance his­torique secrète entre le Ku Klux Klan et Mal­colm X ?

Crédit pho­to : mon­tage Ojim. Source.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.