Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Daech vote FN »: la chronique délirante de France Inter

23 novembre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | « Daech vote FN »: la chronique délirante de France Inter

« Daech vote FN »: la chronique délirante de France Inter

Après les attentats du 13 novembre, on attendait évidemment l’offensive « padamalgamiste » des médias.

Cela n’a pas man­qué. Dès le 19 novem­bre sur France Inter, Renaud Dély repous­sait les lim­ites du délire, allant jusqu’à affirmer sans sour­ciller que « Daech vote FN ».

Pour le rédac­teur en chef de L’Obs, le FN est vis­i­ble­ment le seul par­ti à n’avoir pas fait preuve de « mod­éra­tion » ces jours derniers. En récla­mant la démis­sion du gou­verne­ment, Marine Le Pen réalise ain­si, selon Dély, le « rêve de Daech ». « C’est évidem­ment ravir les ter­ror­istes, qui veu­lent désta­bilis­er l’état français », pour­suit-il, jugeant que « ce n’est pas franche­ment éton­nant ».

Mais le chroniqueur va plus loin dans son analyse. Pour ce dernier, il y aurait « quelques con­ver­gences de vue entre le FN et les ter­ror­istes ». Vous avez bien lu. Daech et le FN : même com­bat ! Citant divers­es réac­tions d’élus fron­tistes, pas franche­ment dans la demi-mesure vis-à-vis de l’is­lam ou du gou­verne­ment, Renaud Dély estime que le FN veut « bor­délis­er » le débat pub­lic pour par­venir à ses fins en 2017.

Une analyse qui pour­rait être recev­able, et même applic­a­ble aux autres for­ma­tions poli­tiques, si le jour­nal­iste ne som­brait pas dans le délire le plus total en con­clu­sion. « Certes, on ne dira pas que le FN vote Daech, non bien sûr. Mais en revanche, ce qui est clair, c’est que Daech vote FN », assure ain­si M. Dély.

Si l’on peut facile­ment accuser les respon­s­ables poli­tiques de récupéra­tion suite aux atten­tats, le rédac­teur en chef de L’Obs apporte ici la preuve que dans les médias, on peut par­fois repouss­er encore plus loin les lim­ites de l’odieux pour ten­ter de dévi­er les colères…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.