Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Face à l’hostilité de l’AFP, Chauprade forcé de se justifier de ses diplômes

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 mai 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Face à l’hostilité de l’AFP, Chauprade forcé de se justifier de ses diplômes

Face à l’hostilité de l’AFP, Chauprade forcé de se justifier de ses diplômes

Temps de lecture : 2 minutes

Dans une dépêche AFP intitulée « Aymeric Chauprade, le mystérieux géopolitologue du FN », un journaliste de l’agence met en cause les diplômes du candidat FN pour l’Île-de-France aux élections européennes.

Dans son arti­cle Guil­laume Daudin juge que le CV de Chauprade « brille d’un peu trop de feux » et se lance dans une série de véri­fi­ca­tions télé­phoniques, assur­ant que ce qui est écrit dans le CV de M. Chauprade est incor­rect à plusieurs endroits.

Sur son site de cam­pagne, Aymer­ic Chauprade con­fie que « ce n’est mal­heureuse­ment pas la pre­mière fois que je suis la cible de ce jour­nal­iste, qui ne cesse les attaques per­son­nelles faute de pou­voir ouverte­ment expos­er le fond de sa pen­sée poli­tique », et qual­i­fie les « révéla­tions » de « ridicules pour la bonne et sim­ple rai­son que tout est con­sultable et véri­fi­able ». « Étant can­di­dat Front Nation­al, je ne peux être, dans l’esprit de Mon­sieur Daudin, un auteur et pro­fesseur respectable… », con­state-t-il, regret­tant de ne pas avoir été con­tac­té par le jour­nal­iste de l’AFP pour qu’il puisse se défendre de ces accusations.

« Toute la démarche de cet arti­cle est à charge et a pour unique but de salir et jeter le doute. Drôle de péri­ode où le jour­nal­iste se trans­forme en petit Vychin­s­ki », résume-t-il. Las, ce dernier a donc décidé de scan­ner tous les doc­u­ments qui attes­tent de ses titres. Mais que se passera-t-il ensuite ? « Rien du point de vue médi­a­tique puisque les éclabous­sures jetées sur le Front nation­al font rarement l’objet de cor­rec­tion ! », peste M. Chauprade, effaré d’avoir à se jus­ti­fi­er ainsi.

Au sujet de l’AFP, ce dernier s’« étonne que cette mai­son qui pro­duit encore pour­tant des analy­ses de qual­ité dans mon domaine de prédilec­tion, la poli­tique étrangère, puisse néan­moins admet­tre en son sein quelqu’un de si peu respectueux des règles de déon­tolo­gie de son méti­er, comme la véri­fi­ca­tion à la source de toute infor­ma­tion ». Et de con­clure sur une vision plus glob­ale : « Comme respon­s­able poli­tique et comme citoyen, je m’étonne par­al­lèle­ment du peu de zèle dont ont fait preuve les médias con­cer­nant les « diplômes », bien imag­i­naires eux, de Madame Taubi­ra ! Sans doute le sem­piter­nel “deux poids, deux mesures” appliqué au camp national… »

Crédit pho­to : chauprade2014.com (DR)