Accueil | Actualités | Médias | Face à l’hostilité de l’AFP, Chauprade forcé de se justifier de ses diplômes
Pub­lié le 14 mai 2014 | Éti­quettes :

Face à l’hostilité de l’AFP, Chauprade forcé de se justifier de ses diplômes

Dans une dépêche AFP intitulée « Aymeric Chauprade, le mystérieux géopolitologue du FN », un journaliste de l'agence met en cause les diplômes du candidat FN pour l'Île-de-France aux élections européennes.

Dans son article Guillaume Daudin juge que le CV de Chauprade « brille d'un peu trop de feux » et se lance dans une série de vérifications téléphoniques, assurant que ce qui est écrit dans le CV de M. Chauprade est incorrect à plusieurs endroits.

Sur son site de campagne, Aymeric Chauprade confie que « ce n’est malheureusement pas la première fois que je suis la cible de ce journaliste, qui ne cesse les attaques personnelles faute de pouvoir ouvertement exposer le fond de sa pensée politique », et qualifie les « révélations » de « ridicules pour la bonne et simple raison que tout est consultable et vérifiable ». « Étant candidat Front National, je ne peux être, dans l’esprit de Monsieur Daudin, un auteur et professeur respectable… », constate-t-il, regrettant de ne pas avoir été contacté par le journaliste de l'AFP pour qu’il puisse se défendre de ces accusations.

« Toute la démarche de cet article est à charge et a pour unique but de salir et jeter le doute. Drôle de période où le journaliste se transforme en petit Vychinski », résume-t-il. Las, ce dernier a donc décidé de scanner tous les documents qui attestent de ses titres. Mais que se passera-t-il ensuite ? « Rien du point de vue médiatique puisque les éclaboussures jetées sur le Front national font rarement l’objet de correction ! », peste M. Chauprade, effaré d'avoir à se justifier ainsi.

Au sujet de l'AFP, ce dernier s'« étonne que cette maison qui produit encore pourtant des analyses de qualité dans mon domaine de prédilection, la politique étrangère, puisse néanmoins admettre en son sein quelqu’un de si peu respectueux des règles de déontologie de son métier, comme la vérification à la source de toute information ». Et de conclure sur une vision plus globale : « Comme responsable politique et comme citoyen, je m’étonne parallèlement du peu de zèle dont ont fait preuve les médias concernant les « diplômes », bien imaginaires eux, de Madame Taubira ! Sans doute le sempiternel “deux poids, deux mesures” appliqué au camp national... »

Crédit photo : chauprade2014.com (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This