Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Grèce : la digue de l’opinion publique devient un enjeu

9 mars 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Grèce : la digue de l’opinion publique devient un enjeu

Grèce : la digue de l’opinion publique devient un enjeu

Les tentatives de manipulation de l’opinion publique ne sont pas nouvelles. Dans le conflit qui oppose l’Union Européenne à la Turquie, ce pays ne manque pas d’utiliser les médias pour rallier l’opinion publique à sa cause. Par le choix de leurs sujets et leur traitement, de nombreux médias ont choisi dans quel sens ils estimaient nécessaires d’orienter l’opinion publique : celui de l’immigration massive dans les pays européens.

Les enjeux stratégiques

En ouvrant sa fron­tière avec la Grèce, le Prési­dent turc entend non seule­ment faire pres­sion sur l’Union Européenne pour avoir plus de sub­ven­tions pour les très nom­breux déplacés présents en Turquie. Il recherche égale­ment le sou­tien des autorités européennes dans son offen­sive en Syrie pour y réin­staller les syriens présents sur son ter­ri­toire. Pour par­venir à ses fins et créer un début de chaos en Europe, il est néces­saire pour le gou­verne­ment turc que les fron­tières entre la Turquie et la Grèce lais­sent pass­er de très nom­breux migrants. Les médias de grand chemin peu­vent (par lâcheté ou con­vic­tion) l’aider dans cette tâche.

L’orientation des migrants vers la frontière

Alors que le Prési­dent turc a annon­cé le 29 févri­er qu’il lais­serait pass­er les migrants à la fron­tière turquo-grecque, les médias turcs sont mis à con­tri­bu­tion pour sus­citer une vague de départs. Le 28 févri­er, le compte Twit­ter de la chaine publique turque TRT affiche une carte de l’Europe avec les itinéraires à pren­dre pour gag­n­er les pays d’Europe de l’ouest. Le mes­sage adressé aux migrants présents en Turquie est clair : il est temps de par­tir.

Le jour­nal­iste Guil­laume Per­ri­er dif­fuse une vidéo mon­trant des bus affrétés pour con­duire des migrants « iraniens, afghans, algériens » des cen­tres de réten­tion où ils séjour­nent vers la fron­tière grecque.

Mais quand le jour­nal­iste bri­tan­nique Mark Stowe pose des ques­tions sur les auto­cars qui amè­nent par cen­taines des migrants à la fron­tière turque et bul­gare à un représen­tant des autorités turques et à un jour­nal­iste turc pro­gou­verne­men­tal, il reçoit une volée de bois vert, selon une infor­ma­tion d’Ipa.news. Toutes les ques­tions ne seraient-elles pas bonnes à pos­er ?

Dans cette guerre de l’information, le vice-min­istre grec de la défense affirme dans les pages du Figaro, au sujet des migrants que « non seule­ment (les autorités turques) ne les arrê­tent pas ( sous-enten­du à la fron­tière NDLR ), mais ils les aident ( sous-enten­du : à la pass­er NDLR ) ».

La frontière renforcée, la digue de l’opinion publique à enfoncer

Les autorités grec­ques ont rapi­de­ment ren­for­cé la fron­tière avec la Turquie face aux manœu­vres du gou­verne­ment turc. Il importe alors pour celui-ci de par­venir à établir une véri­ta­ble pres­sion auprès de l’opinion publique européenne en ren­dant pos­si­ble un début de sub­mer­sion migra­toire, à l’image de celle de 2015. Pour cela, il est néces­saire de jouer sur la corde sen­si­ble « human­i­taire ».

Alors que des migrants agressent des douaniers et mil­i­taires grecs pour pass­er en force la fron­tière, le gou­verne­ment turc affirme que deux migrants ont été tués lors d’échauffourées. Le Parisien s’empresse le 4 mars de con­sacr­er une page aux « derniers instants de Mohamed, tué par l’armé grecque ». Ce qui inspire à Ver­tumne ce com­men­taire sur Twit­ter : « pou­vez-vous svp nous retrac­er les derniers instants de Maria Laden­burg­er, vio­lée et assas­s­inée par un réfugié syrien qui avait réus­si à pass­er la fron­tière grecque ? ».

Le quo­ti­di­en bri­tan­nique The Tele­graph titre le 2 mars sur la noy­ade d’un enfant réfugié, avec une pho­to d’un père débar­quant sur la côte grecque avec un enfant pleu­rant dans ses bras. On ne peut s’empêcher de penser à la pho­to du petit Aylan Kur­di en 2015, qui avait été util­isée pour met­tre en accu­sa­tion les pays européens taxés d’égoïsme et faire accepter des mou­ve­ments colos­saux de pop­u­la­tion.

Ces décès, s’ils étaient avérés, aus­si mal­heureux soient-ils, sont large­ment mis en avant – par médias inter­posés – par les autorités turques. Cela fait vive­ment réa­gir le min­istre grec des affaires étrangères selon la New Reuters foun­da­tion. Non seule­ment celui-ci nie la réal­ité de ces morts, mais il estime égale­ment qu’un gou­verne­ment (celui de la Turquie NDLR) qui manip­ule l’opinion et vio­le le droit inter­na­tion­al ne peut pas met­tre en accu­sa­tion un autre.

Cela n’empêche pas le gou­verne­ment turc, qui empris­onne ses opposants poli­tiques, de se pos­er en défenseur… des droits de l’homme en prenant les médias à témoin. L’agence Reuters nous apprend ain­si le 4 mars que la Turquie s’apprête à atta­quer la Grèce devant la Cour européenne des droits de l’homme pour non-respect du droit d’asile.

Que se passe t‑il vraiment sur l’ile de Lesbos ?

Plusieurs man­i­fes­ta­tions con­tre la sub­mer­sion migra­toire et la con­struc­tion de camps de réten­tion de migrants ont rassem­blé des dizaines de mil­liers de grecs en févri­er sur les iles de la mer Egée.

Il était dif­fi­cile à Fabi­enne Sintes de ne pas faire lors d’un jour dans le monde le 4 mars sur France Inter la morale sur l’absence d’ouverture des fron­tières par les pays européens.

Plutôt que de s’appesantir sur les man­i­fes­ta­tions con­tre l’immigration sur l’île de Les­bos, ce sont cer­tains débor­de­ments com­mis par des « fas­cistes ». qui sont mon­tés en épin­gle. « L’ile avait été exem­plaire en 2015 dans l’accueil des migrants », nous assène Fabi­enne Sintes. Une fois de plus, toute protes­ta­tion con­tre l’immigration mas­sive est stig­ma­tisée sur la radio publique et lim­itée à des débor­de­ments mar­gin­aux.

Il aurait peut-être été de mau­vais gout d’évoquer dans le reportage de France inter les kur­des qui ont été vio­lem­ment agressés par des musul­mans en mai 2018 sur l’ile de Les­bos parce qu’ils ne fai­saient pas le ramadan, comme nous l’apprenait Kur­dis­tan 24. De mau­vais traite­ments dont sont vic­times sur cette ile des kur­des et des yézidis ain­si que des athées ont égale­ment été évo­qués dans le doc­u­men­taire sur l’immigration en Europe réal­isé en 2018 par la doc­u­men­tariste Lau­ren South­ern. Plus récem­ment, le 4 mars c’est une église ortho­doxe qui a été van­dal­isée par des migrants selon Voice of Europe. Tou­jours silence radio.

Tous ces faits ne sont pas présen­tés par les médias de grand chemin dans les élé­ments de con­texte, alors qu’ils sont de nature à rel­a­tivis­er la fig­ure du migrant présen­té comme le nou­veau damné de la terre qu’il faudrait accueil­lir sans con­di­tion. Tout comme le fait de rap­pel­er que c’est par la route des Balka­ns que des ter­ror­istes islamistes sont arrivés avant de par­ticiper aux atten­tats à Paris en 2015 et Brux­elles en 2016, comme le rap­pelle Atlanti­co.

Les Organisations non gouvernementales attaquées, les médias à la rescousse

Pour l’Union, les ONG « qui vien­nent en aide aux migrants » (ont été ) attaquées le 3 mars. Si toute vio­lence est con­damnable, on ne trou­ve par con­tre aucune infor­ma­tion sur le rôle trou­ble de cer­taines ONG.

Pour­tant, en août 2018, une ONG (ERCI) a été accusée de com­plic­ité avec des passeurs et d’avoir aidé des migrants à entr­er illé­gale­ment en Grèce en échange d’argent selon France 24. Plusieurs de ses mem­bres ont été arrêtés en août 2018.

Comme le révélait le doc­u­men­taire de Lau­ren South­ern déjà cité, la Direc­trice d’une autre ONG d’aide aux migrants a recon­nu en Grèce en 2018 en micro caché con­seiller à des clan­des­tins de men­tir aux agents chargés d’instruire les deman­des d’asile.

Un canot de migrants attaqué en Grèce par des garde côtes grecs, vraiment ?

L’Obs nous l’apprend le 3 mars, les autorités turques ont dif­fusé une vidéo mon­trant des garde côtes grecs essayant de faire chavir­er puis couler des can­ots de migrants qui ten­taient de gag­n­er l’Europe. L’effet est immé­di­at : la gauche morale réag­it au quart de tour, le pre­mier étant Raphael Glucks­mann qui clame sa « honte ». Les choses sont-elles si sim­ples, avec des bons d’un côté et des mau­vais  de l’autre ? 20 Min­utes nous apprend que l’on ne con­nait ni la prove­nance, ni le lieu, ni la date de ces images, trans­mis­es par les autorités turques elles-mêmes. C’est ce que l’on appelle un tra­vail de véri­fi­ca­tion des sources qui n’est pas pra­tiqué par tous.

Des choix iconographiques décisifs

Dans les images illus­trant les arti­cles sur les clan­des­tins qui cherchent à gag­n­er la Grèce, le choix des images a toute son impor­tance. Choisir comme Le Parisien et beau­coup d’autres de mon­tr­er des familles avec enfants qui arrivent paci­fique­ment mais illé­gale­ment en bateau ou comme Bour­so­ra­ma de jeunes hommes qui attaque­nt les douaniers grecs relève d’un vrai choix édi­to­r­i­al. Dans les événe­ments en cours, l’aspect human­i­taire est large­ment pri­or­isé par rap­port à l’aspect con­flictuel et vio­lent.

France Info dénonce « la violence grecque »

Alors que, comme nous venons de le voir, les preuves d’une instru­men­tal­i­sa­tion des médias par les autorités turques com­men­cent s’accumuler, Europe 1 est formel : « dans ce con­flit, la Grèce n’hésite pas à instru­men­talis­er la presse d’après notre reporter sur place ».

Par con­tre, les ten­ta­tives vio­lentes des migrants pour forcer les bar­rières de la fron­tière turquo-grecque, les tirs de policiers turcs de gaz lacry­mogènes con­tre les forces de l’ordre grecque, les cris de « Allah Akbar » de cer­tains migrants, la con­struc­tion de bar­rières par les autorités turques pour empêch­er les migrants de revenir en Turquie, tout cela sem­ble peser bien peu dans cette guerre de l’opinion dans laque­lle de nom­breux médias de grand chemin ont per­du toute hon­nêteté sur la sit­u­a­tion : celle d’une sub­mer­sion migra­toire organ­isée.

Et quand France info évoque le 5 mars le sort des migrants poussés vers la fron­tière grecque, c’est non pas le gou­verne­ment turc qui est mis en accu­sa­tion pour les instru­men­talis­er, pour faire pres­sion sur l’U.E., ce sont les sol­dats grecs qui sont accusés de vio­lence. Sans com­men­taire.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.