Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

1 août 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

[Pre­mière dif­fu­sion le 12 juin 2020]

Pour les élections européennes de 2019, YouTube avait sorti un label permettant d’identifier les vidéos issues de médias “bénéficiant d’un financement public ou gouvernemental”. Alors que les GAFA ont montré qu’ils travaillaient désormais activement sur l’élection américaine de cette année, Facebook prend les devants en sortant un label similaire, qui semble cependant viser certains pays en particulier.

Les médias liés aux gouvernements désormais marqués au fer rouge

Annon­cé par un com­mu­niqué du 4 juin, les médias “entière­ment ou par­tielle­ment sous le con­trôle édi­to­r­i­al de leur gou­verne­ment” por­tent désor­mais une men­tion par­ti­c­ulière sur leurs pages. C’est déjà le cas, entre autres, de RT et Sput­nik. En revanche, du côté d’Al Jazeera par exem­ple, rien de noti­fié. Cette label­li­sa­tion sem­ble claire­ment faire écho à la para­noïa de 2016 autour des comptes russ­es qui auraient influ­encé l’élection prési­den­tielle améri­caine.

Fin avril, le réseau social avait déjà ajouté une nou­velle fonc­tion­nal­ité dans l’anticipation des élec­tions améri­caines. Cette dernière per­met de con­naître l’emplacement géo­graphique (comme par hasard) duquel une page Face­book est gérée.

La lente dérive de Facebook vers toujours plus de contrôle

Alors que le réseau social doit désor­mais lut­ter con­tre les “con­tenus de haine”, le fait de pren­dre des mesures de con­trôle est devenu pour lui une habi­tude. D’un côté, des pages comme celles de Généra­tion Iden­ti­taire sont abon­dam­ment cen­surées, un con­seil de sur­veil­lance lié aux ques­tions de con­tenu a été mis en place, et d’un autre, les cri­tiques pleu­vent. Au point qu’il y a quelques jours, l’Italie a con­damné le réseau social pour atteinte à la lib­erté d’expression.

Après des phas­es d’accroissement du con­trôle, le réseau con­naît par­fois des relâche­ments comme l’a démon­tré la “guerre” entre Twit­ter et Trump, lors de laque­lle Face­book a été accusé d’être trop gen­til avec le prési­dent améri­cain. On peut imag­in­er que cette ini­tia­tive de label­li­sa­tion, inter­v­enue seule­ment quelques jours plus tard, est une énième ten­ta­tive de ras­sur­er les garants du poli­tique­ment cor­rect de la « bonne con­duite » du géant améri­cain.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.