Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

1 août 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

Facebook bien plus préoccupé par les médias russes que qataris avec son nouveau label

[Pre­mière dif­fu­sion le 12 juin 2020]

Pour les élections européennes de 2019, YouTube avait sorti un label permettant d’identifier les vidéos issues de médias “bénéficiant d’un financement public ou gouvernemental”. Alors que les GAFA ont montré qu’ils travaillaient désormais activement sur l’élection américaine de cette année, Facebook prend les devants en sortant un label similaire, qui semble cependant viser certains pays en particulier.

Les médias liés aux gouvernements désormais marqués au fer rouge

Annon­cé par un com­mu­niqué du 4 juin, les médias “entière­ment ou par­tielle­ment sous le con­trôle édi­to­r­i­al de leur gou­verne­ment” por­tent désor­mais une men­tion par­ti­c­ulière sur leurs pages. C’est déjà le cas, entre autres, de RT et Sput­nik. En revanche, du côté d’Al Jazeera par exem­ple, rien de noti­fié. Cette label­li­sa­tion sem­ble claire­ment faire écho à la para­noïa de 2016 autour des comptes russ­es qui auraient influ­encé l’élection prési­den­tielle américaine.

Fin avril, le réseau social avait déjà ajouté une nou­velle fonc­tion­nal­ité dans l’anticipation des élec­tions améri­caines. Cette dernière per­met de con­naître l’emplacement géo­graphique (comme par hasard) duquel une page Face­book est gérée.

La lente dérive de Facebook vers toujours plus de contrôle

Alors que le réseau social doit désor­mais lut­ter con­tre les “con­tenus de haine”, le fait de pren­dre des mesures de con­trôle est devenu pour lui une habi­tude. D’un côté, des pages comme celles de Généra­tion Iden­ti­taire sont abon­dam­ment cen­surées, un con­seil de sur­veil­lance lié aux ques­tions de con­tenu a été mis en place, et d’un autre, les cri­tiques pleu­vent. Au point qu’il y a quelques jours, l’Italie a con­damné le réseau social pour atteinte à la lib­erté d’expression.

Après des phas­es d’accroissement du con­trôle, le réseau con­naît par­fois des relâche­ments comme l’a démon­tré la “guerre” entre Twit­ter et Trump, lors de laque­lle Face­book a été accusé d’être trop gen­til avec le prési­dent améri­cain. On peut imag­in­er que cette ini­tia­tive de label­li­sa­tion, inter­v­enue seule­ment quelques jours plus tard, est une énième ten­ta­tive de ras­sur­er les garants du poli­tique­ment cor­rect de la « bonne con­duite » du géant américain.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.