Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : La Vague dissidente

18 février 2013

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : La Vague dissidente

Dossier : La Vague dissidente

Zemmour, Ménard, Lévy, Cohen, Rioufol, Brunet : leur nombre s’accroît et les médias les rassemblent sous l’étiquette de « néo-réacs ». Mais forment-ils, pour autant, une équipe cohérente ? Sont-ils réellement « réactionnaires » ou seulement « réactifs » ? Et comment se cognent-ils au mur de la Pensée Unique ?

Au début des années 90 du siè­cle précé­dent, alors que le mur sovié­tique finis­sait de s’effondrer, un autre achevait de bar­ri­cad­er la nou­velle doxa à l’encontre de tous ceux qui auraient pré­ten­du la remet­tre en cause. Était-ce la con­séquence de la vic­toire occi­den­tale par for­fait du camp adverse ? En tout cas, on baig­nait dans une atmo­sphère de fin de l’Histoire, la dialec­tique idéologique sem­blait désor­mais devoir appartenir à une ère révolue, et un con­sen­sus se met­tait en place, pro­pre à béton­ner tout débat, que cer­tains finirent par nom­mer « Pen­sée Unique » ou « Poli­tique­ment cor­rect », une fois qu’il apparut que les parpaings solide­ment encas­trés étaient égale­ment recou­verts de verre pilé. Cepen­dant, la décen­nie suiv­ante allait peu à peu voir grossir une vaguelette, quoique sécrétée au compte-goutte, de jour­nal­istes cri­tiques ten­tant d’éclabousser le mur de la rec­ti­tude morale offi­cielle. À peine une poignée, ils fer­ont pour­tant telle­ment tâche dans le paysage mono­chrome du dis­cours médi­a­tique, qu’on ne par­lera bien­tôt plus que d’eux, jusqu’à don­ner l’impression d’une grande défer­lante réac­tion­naire s’abattant sur la muraille du Pro­grès. Qu’en est-il réelle­ment ?

Une décennie « néo-réac »

Les atten­tats du World Trade Cen­ter, qui ont ouvert véri­ta­ble­ment le XXIème siè­cle, sem­blent avoir égale­ment relancé le cours de l’Histoire intel­lectuelle. En effet, c’est en 2002 que parais­sent en France deux livres tout à fait symp­to­ma­tiques : d’un côté, la jour­nal­iste Élis­a­beth Lévy pub­lie Les Maîtres censeurs (Lat­tès), attaquant la Pen­sée Unique de manière frontale et dans le champ médi­a­tique ; de l’autre, Daniel Lin­den­berg assène un pam­phlet, Le Rap­pel à l’ordre (Seuil), sur les têtes d’une dizaine d’intellectuels accusés de « réac­tion » (dont la plu­part, c’est à not­er, vien­nent de la gauche ou s’en procla­ment, comme Alain Finkielkraut, Pas­cal Bruck­n­er ou Alain Badiou). Ces deux livres, soule­vant cha­cun de fortes polémiques, vont déter­min­er les modal­ités de l’affrontement. Ceux qui se dressent con­tre la Pen­sée Unique reprochant à ses représen­tants d’entretenir un véri­ta­ble ter­ror­isme intel­lectuel, de refuser le débat et de recourir à des formes insi­dieuses de cen­sure ; ceux qui emboîteront le pas de Lin­den­berg se con­tentant la plu­part du temps de dress­er des listes et d’amalgamer les gêneurs sous le voca­ble de « réac­tion­naires », « néo-réacs », voire, comme Renaud Dély fin 2012 dans Le Nou­v­el Obs, « néo-fachos ».

Tête à clash

En 2006, Lau­rent Ruquier offre un fau­teuil de chroniqueur à Éric Zem­mour, un jour­nal­iste du Figaro à peine con­nu du grand pub­lic pour son livre Le Pre­mier Sexe (Denoël), au sein de son talk-show « On n’est pas couché ». D’abord sys­té­ma­tique­ment hué par les spec­ta­teurs de l’émission, c’est lui qui, par la suite, accom­pa­g­né d’Éric Naul­leau, va assur­er l’immense suc­cès du pro­gramme, notam­ment grâce à un nom­bre con­sid­érable de « clashs » avec les invités qui tour­nent en boucle sur Inter­net. Brisant soudaine­ment à la fois le con­sen­sus pro­mo­tion­nel auquel ont été réduites depuis longtemps les émis­sions cul­turelles et de diver­tisse­ment, et le con­sen­sus idéologique, en assumant des vues de droite dans un milieu uni­for­mé­ment de gauche, Zem­mour fait le show, polémique avec brio, démolit avec humour et devient un véri­ta­ble phénomène de société. Franken­stein échap­pant des mains de ses créa­teurs, une bête médi­a­tique est née, qui dérange un milieu corseté dans le poli­tique­ment cor­rect mais arrange ses employeurs par sa fac­ulté de faire mon­ter l’audimat.

Les mousquetaires des plateaux télé…

Le suc­cès inat­ten­du d’Éric Zem­mour va entraîn­er dans son sil­lage la médi­ati­sa­tion d’autres jour­nal­istes qui, sans doute, seraient restés dans l’ombre si le sys­tème médi­a­tique n’avait pas, grâce au phénomène Zem­mour, repris con­science de quelques équa­tions élé­men­taires : pour qu’il y ait de l’audimat, il faut du spec­ta­cle ; pour qu’il y ait du spec­ta­cle, il faut du débat ; pour qu’il y ait du débat, il faut des con­tra­dicteurs… C’est ain­si qu’Ivan Rioufol, jour­nal­iste au Figaro égale­ment, plus clas­sique, moins flam­boy­ant, mais s’assumant réac­tion­naire (De l’urgence d’être réac­tion­naire, PUF, 2012), va trou­ver égale­ment sa place de mous­que­taire des plateaux télé, à fer­railler seul con­tre tous sur des sujets où l’opinion offi­cielle est par­faite­ment for­matée. Auteur d’Être de droite : un tabou français (Albin Michel, 2006), Éric Brunet va quant à lui car­ré­ment se « ven­dre » sur cette éti­quette tou­jours infâ­mante, mais dev­enue depuis peu asso­ciée à un quo­ta néces­saire à assur­er dans les grandes rédac­tions. Il obtient ain­si une quo­ti­di­enne sur RMC (« Car­ré­ment Brunet ») à par­tir de novem­bre 2010, non sans essuy­er les attaques de l’ACRIMED, l’association bour­dieusi­enne accu­sant tout bon­nement l’un des seuls ani­ma­teurs ouverte­ment de droite de faire une « émis­sion de pro­pa­gande ». À gauche, en effet, on se con­tente de rap­pel­er la Vérité. Prav­da.

Tartuffe démocrate

En 2008, le directeur de Reporters sans fron­tières, Robert Ménard, infati­ga­ble défenseur de la lib­erté d’expression, se con­fronte assez vio­lem­ment à Éric Zem­mour lors de l’émission « On n’est pas couché », au sujet de la Chine. Pour­tant, trois ans plus tard, le pre­mier vient témoign­er en faveur du sec­ond, dans le cadre d’un procès inten­té par plusieurs asso­ci­a­tions sub­ven­tion­nées de lutte con­tre les dis­crim­i­na­tions. Ménard a‑t-il retourné sa veste ? Changé de camp ? Non, sim­ple­ment, cohérent avec l’intitulé de sa cause, le jour­nal­iste s’attache, surtout depuis qu’il a quit­té RSF, à défendre la lib­erté d’expression à l’intérieur des fron­tières, enfin de ce qu’il en reste. Ain­si s’insurge-t-il – presque naïve­ment -, con­tre tous les tabous qu’il détecte, allant jusqu’à sor­tir, avec sa femme Emmanuelle Duverg­er, un pam­phlet titré : Vive le Pen ! (Mordi­cus, 2011), sans accorder pour autant nul sou­tien au Front Nation­al mais pour soulign­er la tartufferie d’une presse soi-dis­ant démoc­rate qui dia­bolise des par­tis pour­tant autorisés.

Complaisance

Le clan Le Pen incar­nant le pôle nord de la vie intel­lectuelle, médi­a­tique et fan­tas­ma­tique française, en 2012 comme vingt ans plus tôt, c’est encore ce sujet qui va faire naitre le scan­dale autour de Philippe Cohen, auteur, avec Pierre Péan, de Le Pen, une his­toire française (Robert Laf­font). En effet, parce que les jour­nal­istes ont mené une enquête très cri­tique, mais volon­taire­ment dépas­sion­née (et sans « dia­boli­sa­tion », donc), sur les cro­quemi­taines du cirque poli­tique, on les accuse de « com­plai­sance ». Le seul soupçon de com­plai­sance envers ce par­ti, fût-il légal, suff­isant à se voir con­fér­er une répu­ta­tion de nos­tal­gique des camps de la mort, ou presque, et s’appelât-on « Cohen », la polémique enfle au point d’aboutir à la démis­sion du coupable de l’hebdomadaire Mar­i­anne, dont il était pour­tant l’un des fon­da­teurs, après une rude con­tro­verse avec Mau­rice Szafran, PDG de la revue. Une revue dont les objec­tifs ini­ti­aux avaient été juste­ment de lut­ter… con­tre la Pen­sée Unique. Élis­a­beth Lévy, qui y col­lab­o­rait, avait mon­té avec Philippe Cohen la « Fon­da­tion du 2 mars », un think-tank des­tiné à pro­mou­voir les valeurs répub­li­caines, ten­dance gaul­lo-chevène­men­tiste. Cette affaire prou­ve, par ailleurs, que dix ans après ses pre­mières ébul­li­tions vis­i­bles, la « vague dis­si­dente », si elle déchaîne tou­jours davan­tage les réac­tions out­rées des milieux médi­a­tiques offi­ciels, n’a jamais pu con­clure sur un réel ancrage dans cette sphère.

Bilan et perspectives

Si l’on en croit les dis­cours des médias autorisés, les « néo-réacs » (voire « néo-fachos », bref, ces « SS 2.0 »), for­ment un ensem­ble idéologique cohérent, suff­isam­ment cohérent pour être insi­dieuse­ment réductible à une seule chose : la cervelle de la Bête immonde, et un ensem­ble d’autant plus menaçant qu’il aurait peu à peu pris ses mar­ques dans le sys­tème médi­a­tique au point de le gan­grén­er de sa pen­sée « nauséabonde ». Tel serait donc le bilan à tir­er de cette décen­nie qui vit sur­gir les néo-réacs. Or, sur ces deux aspects du phénomène : unité de pen­sée et ancrage dans le sys­tème, il serait bon de se pencher de manière objec­tive.

« Ménard sans interdit »… interdit

Tout d’abord, l’ancrage. Quelle est la sit­u­a­tion pro­fes­sion­nelle réelle de nos pro­tag­o­nistes ? Philippe Cohen, nous venons de le voir, a démis­sion­né de la revue Mar­i­anne dont il avait été plus de dix ans plus tôt, l’un des mem­bres fon­da­teurs. Robert Ménard a été débar­qué d’i>Télé en juil­let 2012 où il ani­mait une émis­sion quo­ti­di­enne, « Ménard sans inter­dit », après avoir été déjà évincé de la sta­tion RTL l’année précé­dente. Il s’est depuis « replié » sur Inter­net en lançant le site d’information Boule­vard Voltaire. Si Éric Brunet con­serve sa quo­ti­di­enne sur RMC, il ne sem­ble pas dépass­er le statut de « quo­ta droiti­er ». Quant à Ivan Rioufol, hormis son « Bloc-notes » au Figaro, il n’est jamais qu’un invité récur­rent des talk-shows, de la même manière qu’Élis­a­beth Lévy, laque­lle n’a plus comme il y a quelques années chez Franz-Olivi­er Gies­bert, un fau­teuil de chroniqueuse télé, et se con­cen­tre sur le développe­ment de sa revue Causeur, qui devrait attein­dre les kiosques en avril 2013. Enfin, Éric Zem­mour, le plus emblé­ma­tique de tous, s’est fait évin­cer d’« On n’est pas couché » en pleine gloire et s’il a relancé une émis­sion avec son com­père Éric Naul­leau (« Zem­mour et Naul­leau »), ce n’est plus que sur le câble qu’il appa­raît, demeu­rant égale­ment chroniqueur sur i>Télé (« Ça se dis­pute »), quand ses chroniques quo­ti­di­ennes sur RTL ont été réduites au rythme de deux par semaine. Par con­séquent, l’idée d’une inva­sion des médias par les néo-réacs, telle qu’elle est véhiculée par des jour­nal­istes dis­posant quant à eux de postes clés dans les chaînes de télévi­sion ou de radio publiques paraît totale­ment dis­pro­por­tion­née, si ce n’est déli­rante, ou encore rel­e­vant du pur fan­tasme ou bien, peut-être, d’un sim­ple « sen­ti­ment d’insécurité » que ceux-ci éprou­veraient sur le plan pro­fes­sion­nel.

Un courant intellectuel défini et organisé ?

Analysons main­tenant cet autre préjugé qui accorderait une unité idéologique aux néo-réacs, comme s’il s’agissait d’un courant intel­lectuel défi­ni et organ­isé, qu’on pour­rait par con­séquent aisé­ment rap­procher d’autres courants ayant ani­mé les « heures les plus som­bres de notre His­toire ». Si l’on use de la typolo­gie établie par René Rémond dans son célébris­sime ouvrage Les droites en France, force est de con­stater qu’un Zem­mour bona­partiste est assez éloigné, d’un point de vue idéologique, des orléanistes libéraux Rioufol ou Brunet, ces trois-là étant les seuls, par ailleurs, à se déclar­er eux-mêmes « réac­tion­naires », quand cette épithète reste en out­re dénuée de réelle per­ti­nence, puisqu’il faudrait encore savoir quel repère est asso­cié à la « réac­tion » : Avant mai 1968 ? Les années 1930 ? 1802 ? L’Ancien Régime ? Quant à Élis­a­beth Levy et Philippe Cohen, les pre­mières plumes de Mar­i­anne ne peu­vent être situées à droite qu’en ver­tu d’un mou­ve­ment « sin­istr­o­gyre » (« gauchi­sa­tion » des cli­vages poli­tiques), qui aurait déplacé le mar­queur à bâbord d’un engage­ment répub­li­cain laï­ciste de gauche tra­di­tion­nel. Ménard, l’ancien trot­skyste qual­i­fié de représen­tant d’une « gauche libérale » au début des années 2000, même s’il est dif­fi­cile de le main­tenir aujourd’hui de ce côté de l’hémicycle, s’en réfère quoiqu’il en soit tou­jours à Voltaire plutôt qu’à Joseph de Maistre.

Scénario complotiste

Il est donc clair que nous ne sommes pas en présence d’une nou­velle idéolo­gie réac­tion­naire con­stru­ite et qui se dif­fuserait par le biais de jour­nal­istes s’implantant avec habileté dans les médias afin de laver le cerveau du peu­ple. Même si ce scé­nario com­plo­tiste est pro­pre à flat­ter les bas instincts de lyn­chage d’une élite ten­ant à ses prérog­a­tives, un min­i­mum d’honnêteté intel­lectuelle exige qu’il soit bat­tu en brèche. La vérité est beau­coup plus sim­ple : depuis dix ans, le mur édi­fié par la Pen­sée Unique a com­mencé de trem­bler. Du haut des miradors, les gar­di­ens grasse­ment payés se voient oblig­és de laiss­er pass­er de temps en temps un réfrac­taire parce qu’une foule trop impor­tante garde les yeux rivés sur lui. S’il fran­chit les bar­belés, on lui tire néan­moins dessus pour crime de « déra­page » en espérant obtenir en con­trepar­tie un brevet de Résis­tance. On explique ensuite au peu­ple qu’une telle sévérité n’est pas exces­sive quand un com­plot réac­tion­naire men­ace le par­adis à venir, après avoir qual­i­fié de « fas­ciste » le pre­mier déviant venu et d’où qu’il vienne. En fin de compte, il sem­blerait qu’en 1991, si le bloc occi­den­tal a vain­cu, ce n’était que pour asseoir sa vic­toire libérale sous une forme sovié­tique. Quant à la « vague dis­si­dente », si elle man­i­feste un élan réel, sa con­sis­tance et sa force de frappe demeurent pour l’heure essen­tielle­ment sous-jacentes. Mais rien ne s’oppose à ce qu’un jour elle explose véri­ta­ble­ment.

MD

Crédit pho­to : mon­tage Ojim

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision