Accueil | Actualités | Dossiers | [Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

[Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

[Première diffusion le 19 mai 2016] Rediffusions estivales 2016

Début avril, l'International Consortium of Investigate Journalists (ICIJ), basé à Washington, révélait plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca. Des personnalités étaient citées comme ayant eu recours à ce cabinet pour créer des sociétés offshore afin de dissimuler leurs actifs. Parmi elles, des patrons de presse...

Patrick Drahi, actionnaire de Libération, L'Express, BFMTV...

Propriétaire d'Altice (SFR, Numéricable) et actionnaire de nombreux médias français (Libération, L'Express, BFMTV, RMC), Patrick Drahi a vu son nom repris par L'Obs et « Cash Investigation » (mais pas Le Monde...) dans le scandale des « Panama Papers ».

Aussitôt, Altice s'est fendu d'un communiqué affirmant avoir eu recours tout à fait légalement, entre novembre 2008 et décembre 2010, aux services d'une société panaméenne. « Le groupe international Altice, que contrôle M. Patrick Drahi et qui compte aujourd'hui 262 filiales et participations dans le monde, a recouru à une société panaméenne, dans laquelle ni M. Patrick Drahi ni le groupe Altice n'ont jamais détenu, directement ou indirectement, de participation », explique le communiqué.

Pour Altice, cette société offshore « a été utilisée sur des opérations accessoires pour des raisons de stricte confidentialité et dans des conditions parfaitement légales, sans aucune incidence fiscale, et a fortiori étrangères, de près ou de loin, à toute fin d'évasion, de dissimulation, ou d'optimisation fiscale ».

Il faut dire que l'organigramme de l'empire Drahi est tellement complexe qu'il est difficile de s'y retrouver. Malgré tout, quelques lignes se dégagent, notamment grâce à ce graphique réalisé par Capital (voir également notre infographie).

On peut voir que la holding Altice SA est domiciliée au Luxembourg, État fantôme à la fiscalité aussi attractive qu'opaque. « De là, plusieurs embranchements, dont l'un passe par la société Next LP à Guernesey, autre paradis fiscal, qui détient Jenville SA au Panama qui, elle même, possède Altice Média France », précise Capital. C'est dans le porte-feuille de Jenville SA que se trouvent, justement, les médias contrôlés en France par Drahi.

Si BFMTV s'est empressée de défendre son patron et qu'Altice nie tout en bloc, l'empire Drahi offrira sans doute de nombreux secrets à qui voudra bien s'y intéresser en profondeur...

Juan Luis Cebrian, patron du groupe Prisa (El País)

Patron du journal espagnol El País, Juan Luis Cebrian s'est retrouvé lui aussi, mêlé à cette vaste affaire.

Comme le rapporte le journal El Confidencial, M. Cebrian aurait pour intime Massoud Farshall Zandi, entrepreneur irano-espagnol, qui aurait utilisé les services du cabinet Mossack Fonseca pour cacher au fisc les activités offshore de la société espagnole Star Petroleum. Or cette société, dont les activités ont été cachées au Luxembourg, à Samoa ou encore aux Seychelles, est détenue à 2 % par Cebrian, assure El Confidential.

Pire : ce dernier envisageait il y a peu d'acquérir de nouvelles parts pour près de 14,5 millions d'euros. Concernant Zandi le journal El Mundo en remet une couche : « les documents de l’enquête montrent manifestement que l’entrepreneur a été aidé par le cabinet Mossack Fonseca pour constituer des sociétés offshore aux Seychelles et aux Samoa, à travers lesquelles il contrôlait Star Petroleum, dont le siège administratif se trouve à Madrid et le siège fiscal au Luxembourg. »

Pour Juan Luis Cebrian, « ces insinuations sont totalement fausses ». Portant l'affaire devant les tribunaux, le patron du groupe Prisa a même ordonné aux journalistes de son groupe de ne plus accueillir les journalistes des trois médias ayant rapporté l'information que sont la chaîne La Sexta, El Confidential et le site eldiario.es. Ignacio Escobar, rédacteur en chef d’eldiario.es et chroniqueur sur la radio Cadena Ser (propriété de Prisa), a d'ailleurs reçu une lettre de licenciement. « Je ne regrette rien de ce qu’a publié le journal que je dirige, malgré les conséquences. J’ai accompli mon devoir de journaliste », a-t-il commenté.

Suite à ces révélations, une guerre ouverte fait rage dans la presse espagnole. La suite se déroulera devant les tribunaux.

Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles

Comme le rapporte Le Monde, l'homme d'affaires français d'origine libanaise a toujours aimé « être dans l’ombre des hommes de pouvoir ». Proche de la famille royale saoudienne et de Jean-Charles Marchiani, ministre de l'Intérieur sous Pasqua, il a entre autres servi d'intermédiaire pour la libération des 4 otages français au Liban en 1986.

Grâce à ses réseaux au Moyen-Orient, il a récolté par la suite de nombreux contrats, dont un, en 2003, de plusieurs centaines de millions de dollars avec les Émirats arabes unis avec le soutien direct de Jacques Chirac. À cette période, il tisse des liens solides avec la famille royale d'Abou Dabi et crée, en 2007, il holding spécialisée dans la construction de bateaux militaires et yachts de luxe.

« Il n’est dès lors pas incohérent de retrouver dans les "Panama papers" le nom d’Iskandar Safa associé à la gestion de deux sociétés offshore appartenant au cheikh Abdallah Ben Zayed Al Nahyane, frère du président des Emirats arabes unis et ministre des affaires étrangères », note Le Monde. D'après la base de données de la firme offshore Mossack Fonseca, M. Safa a agi au nom du cheikh dans Marshdale SA et Mainsail Holdings Corp.

En France, ce dernier a fait l'objet d'une procédure judiciaire en 2009 : il aurait utilisé ses comptes bancaires pour verser des rétrocommissions sur la rançon des otages français au Liban. Plus tard, le juge d'instruction prononcera un non-lieu général.

Enfin, Iskandar Safa est également actionnaire et bénéficiaire d'au moins deux sociétés offshores aux îles Vierges britanniques. Ces deux sociétés ont servi au montage financier visant à acheter les droits d’exploitation sur des champs gaziers en Pologne... Grâce à un réseau financier tortueux, Safa se retrouve ainsi mêlé, de près ou de loin, à de nombreuses sociétés et contrats dans différents paradis fiscaux, du Luxembourg aux îles Vierges en passant par les Antilles néerlandaises. Pour son avocat, en revanche, son client « revendique sa liberté de choix » et « gère ses affaires en respectant la loi ».

Rodolpho De Benetti, propriétaire du magazine L'Espresso

Industriel, patron de Sogefi Group et actionnaire de L'Espresso, l'un des principaux magazines italiens, Rodolpho De Benedetti a également été cité comme étant mêlé aux « Panama Papers ».

En effet, de 1995 à 2003, celui-ci a été administrateur de McIntyre Limited, une société offshore installée aux îles Vierges britanniques, en association avec un Français spécialisé dans la finance, Antoine Bernheim. « Cette société a été fermée voilà plusieurs années », s'est-il défendu, expliquant qu'elle servait à « à gérer les anciennes économies de la famille ».

Sommé de s'expliquer dans son propre journal, ce dernier poursuit : « Je n’ai jamais été actionnaire ou bénéficiaire économique de McIntyre. Mon nom n’apparaît qu’en tant que membre du conseil d’administration. Enfin, je tiens à souligner que je déclare tous mes revenus et que je paye mes impôts en Italie. »

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This