Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

18 août 2016

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

[Dossier] Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

[Pre­mière dif­fu­sion le 19 mai 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Début avril, l’International Consortium of Investigate Journalists (ICIJ), basé à Washington, révélait plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. Des personnalités étaient citées comme ayant eu recours à ce cabinet pour créer des sociétés offshore afin de dissimuler leurs actifs. Parmi elles, des patrons de presse…

Patrick Drahi, actionnaire de Libération, L’Express, BFMTV…

Pro­prié­taire d’Altice (SFR, Numéri­ca­ble) et action­naire de nom­breux médias français (Libéra­tion, L’Ex­press, BFMTV, RMC), Patrick Drahi a vu son nom repris par L’Obs et « Cash Inves­ti­ga­tion » (mais pas Le Monde…) dans le scan­dale des « Pana­ma Papers ».

Aus­sitôt, Altice s’est fendu d’un com­mu­niqué affir­mant avoir eu recours tout à fait légale­ment, entre novem­bre 2008 et décem­bre 2010, aux ser­vices d’une société panaméenne. « Le groupe inter­na­tion­al Altice, que con­trôle M. Patrick Drahi et qui compte aujour­d’hui 262 fil­iales et par­tic­i­pa­tions dans le monde, a recou­ru à une société panaméenne, dans laque­lle ni M. Patrick Drahi ni le groupe Altice n’ont jamais détenu, directe­ment ou indi­recte­ment, de par­tic­i­pa­tion », explique le com­mu­niqué.

Pour Altice, cette société off­shore « a été util­isée sur des opéra­tions acces­soires pour des raisons de stricte con­fi­den­tial­ité et dans des con­di­tions par­faite­ment légales, sans aucune inci­dence fis­cale, et a for­tiori étrangères, de près ou de loin, à toute fin d’é­va­sion, de dis­sim­u­la­tion, ou d’op­ti­mi­sa­tion fis­cale ».

Il faut dire que l’or­gan­i­gramme de l’empire Drahi est telle­ment com­plexe qu’il est dif­fi­cile de s’y retrou­ver. Mal­gré tout, quelques lignes se déga­gent, notam­ment grâce à ce graphique réal­isé par Cap­i­tal (voir égale­ment notre info­gra­phie).

On peut voir que la hold­ing Altice SA est domi­cil­iée au Lux­em­bourg, État fan­tôme à la fis­cal­ité aus­si attrac­tive qu’opaque. « De là, plusieurs embranche­ments, dont l’un passe par la société Next LP à Guer­ne­sey, autre par­adis fis­cal, qui détient Jenville SA au Pana­ma qui, elle même, pos­sède Altice Média France », pré­cise Cap­i­tal. C’est dans le porte-feuille de Jenville SA que se trou­vent, juste­ment, les médias con­trôlés en France par Drahi.

Si BFMTV s’est empressée de défendre son patron et qu’Altice nie tout en bloc, l’empire Drahi offrira sans doute de nom­breux secrets à qui voudra bien s’y intéress­er en pro­fondeur…

Juan Luis Cebrian, patron du groupe Prisa (El País)

Patron du jour­nal espag­nol El País, Juan Luis Cebri­an s’est retrou­vé lui aus­si, mêlé à cette vaste affaire.

Comme le rap­porte le jour­nal El Con­fi­den­cial, M. Cebri­an aurait pour intime Mas­soud Far­shall Zan­di, entre­pre­neur ira­no-espag­nol, qui aurait util­isé les ser­vices du cab­i­net Mos­sack Fon­se­ca pour cacher au fisc les activ­ités off­shore de la société espag­nole Star Petro­le­um. Or cette société, dont les activ­ités ont été cachées au Lux­em­bourg, à Samoa ou encore aux Sey­chelles, est détenue à 2 % par Cebri­an, assure El Con­fi­den­tial.

Pire : ce dernier envis­ageait il y a peu d’ac­quérir de nou­velles parts pour près de 14,5 mil­lions d’eu­ros. Con­cer­nant Zan­di le jour­nal El Mun­do en remet une couche : « les doc­u­ments de l’enquête mon­trent man­i­feste­ment que l’entrepreneur a été aidé par le cab­i­net Mos­sack Fon­se­ca pour con­stituer des sociétés off­shore aux Sey­chelles et aux Samoa, à tra­vers lesquelles il con­trôlait Star Petro­le­um, dont le siège admin­is­tratif se trou­ve à Madrid et le siège fis­cal au Lux­em­bourg. »

Pour Juan Luis Cebri­an, « ces insin­u­a­tions sont totale­ment fauss­es ». Por­tant l’af­faire devant les tri­bunaux, le patron du groupe Prisa a même ordon­né aux jour­nal­istes de son groupe de ne plus accueil­lir les jour­nal­istes des trois médias ayant rap­porté l’in­for­ma­tion que sont la chaîne La Sex­ta, El Con­fi­den­tial et le site eldiario.es. Igna­cio Esco­bar, rédac­teur en chef d’eldiario.es et chroniqueur sur la radio Cade­na Ser (pro­priété de Prisa), a d’ailleurs reçu une let­tre de licen­ciement. « Je ne regrette rien de ce qu’a pub­lié le jour­nal que je dirige, mal­gré les con­séquences. J’ai accom­pli mon devoir de jour­nal­iste », a‑t-il com­men­té.

Suite à ces révéla­tions, une guerre ouverte fait rage dans la presse espag­nole. La suite se déroulera devant les tri­bunaux.

Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles

Comme le rap­porte Le Monde, l’homme d’af­faires français d’o­rig­ine libanaise a tou­jours aimé « être dans l’ombre des hommes de pou­voir ». Proche de la famille royale saou­di­enne et de Jean-Charles Marchi­ani, min­istre de l’In­térieur sous Pasqua, il a entre autres servi d’in­ter­mé­di­aire pour la libéra­tion des 4 otages français au Liban en 1986.

Grâce à ses réseaux au Moyen-Ori­ent, il a récolté par la suite de nom­breux con­trats, dont un, en 2003, de plusieurs cen­taines de mil­lions de dol­lars avec les Émi­rats arabes unis avec le sou­tien direct de Jacques Chirac. À cette péri­ode, il tisse des liens solides avec la famille royale d’Abou Dabi et crée, en 2007, il hold­ing spé­cial­isée dans la con­struc­tion de bateaux mil­i­taires et yachts de luxe.

« Il n’est dès lors pas inco­hérent de retrou­ver dans les “Pana­ma papers” le nom d’Iskandar Safa asso­cié à la ges­tion de deux sociétés off­shore appar­tenant au cheikh Abdal­lah Ben Zayed Al Nahyane, frère du prési­dent des Emi­rats arabes unis et min­istre des affaires étrangères », note Le Monde. D’après la base de don­nées de la firme off­shore Mos­sack Fon­se­ca, M. Safa a agi au nom du cheikh dans Marsh­dale SA et Main­sail Hold­ings Corp.

En France, ce dernier a fait l’ob­jet d’une procé­dure judi­ci­aire en 2009 : il aurait util­isé ses comptes ban­caires pour vers­er des rétro­com­mis­sions sur la rançon des otages français au Liban. Plus tard, le juge d’in­struc­tion pronon­cera un non-lieu général.

Enfin, Iskan­dar Safa est égale­ment action­naire et béné­fi­ci­aire d’au moins deux sociétés off­shores aux îles Vierges bri­tan­niques. Ces deux sociétés ont servi au mon­tage financier visant à acheter les droits d’exploitation sur des champs gaziers en Pologne… Grâce à un réseau financier tortueux, Safa se retrou­ve ain­si mêlé, de près ou de loin, à de nom­breuses sociétés et con­trats dans dif­férents par­adis fis­caux, du Lux­em­bourg aux îles Vierges en pas­sant par les Antilles néer­landais­es. Pour son avo­cat, en revanche, son client « revendique sa lib­erté de choix » et « gère ses affaires en respec­tant la loi ».

Rodolpho De Benetti, propriétaire du magazine L’Espresso

Indus­triel, patron de Soge­fi Group et action­naire de L’E­spres­so, l’un des prin­ci­paux mag­a­zines ital­iens, Rodolpho De Benedet­ti a égale­ment été cité comme étant mêlé aux « Pana­ma Papers ».

En effet, de 1995 à 2003, celui-ci a été admin­is­tra­teur de McIn­tyre Lim­it­ed, une société off­shore instal­lée aux îles Vierges bri­tan­niques, en asso­ci­a­tion avec un Français spé­cial­isé dans la finance, Antoine Bern­heim. « Cette société a été fer­mée voilà plusieurs années », s’est-il défendu, expli­quant qu’elle ser­vait à « à gér­er les anci­ennes économies de la famille ».

Som­mé de s’ex­pli­quer dans son pro­pre jour­nal, ce dernier pour­suit : « Je n’ai jamais été action­naire ou béné­fi­ci­aire économique de McIn­tyre. Mon nom n’apparaît qu’en tant que mem­bre du con­seil d’administration. Enfin, je tiens à soulign­er que je déclare tous mes revenus et que je paye mes impôts en Ital­ie. »

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.