Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Guerre ouverte dans la presse espagnole après des révélations sur le patron d’El País

2 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Guerre ouverte dans la presse espagnole après des révélations sur le patron d’El País

Guerre ouverte dans la presse espagnole après des révélations sur le patron d’El País

Temps de lecture : 2 minutes

D’après le site d’information espagnol El Confidencial, Juan Luis Cebrian, patron du journal El País, serait concerné par l’affaire des « Panama Papers ».

« Les ami­tiés peu­vent être dan­gereuses, surtout lorsque l’on fait du busi­ness avec des per­son­nes qui rési­dent dans des par­adis fis­caux », écrit El Con­fi­den­cial. En cause : Mas­soud Far­shall Zan­di, entre­pre­neur ira­no-espag­nol, intime du patron d’El País. Ce dernier aurait util­isé les ser­vices du cab­i­net Mos­sack Fon­se­ca pour cacher au fisc les activ­ités off­shore de la société espag­nole Star Petro­le­um, détenue à 2 % par Cebri­an, au Lux­em­bourg mais aus­si à Samoa ou aux Sey­chelles. Ces 2 %, c’est Zan­di qui les aurait gra­cieuse­ment cédé au patron du groupe de presse Prisa. D’après le site d’in­for­ma­tion, Cebri­an envis­ageait même d’ac­quérir de nou­velles parts pour près de 14,5 mil­lions d’euros.

Pour M. Cebri­an, « ces insin­u­a­tions sont totale­ment fauss­es ». Le patron de presse nie avoir détenu une quel­conque société off­shore, sans toute­fois nier en détenir des parts. Toute­fois, « les doc­u­ments de l’enquête mon­trent man­i­feste­ment que l’entrepreneur [Zan­di] a été aidé par le cab­i­net Mos­sack Fon­se­ca pour con­stituer des sociétés off­shore aux Sey­chelles et aux Samoa, à tra­vers lesquelles il con­trôlait Star Petro­le­um, dont le siège admin­is­tratif se trou­ve à Madrid et le siège fis­cal au Lux­em­bourg », renchérit le jour­nal El Mun­do.

En guise de réponse, Juan Luis Cebri­an a décidé de pour­suiv­re El Con­fi­den­cial en diffama­tion, tout comme la chaîne de télévi­sion La Sex­ta et le site eldiario.es. Tou­jours d’après El Mun­do, les jour­nal­istes du groupe Prisa, et donc ceux d’El País notam­ment, ont reçu des con­signes afin de ne plus par­ler de La Sex­ta. Aus­si, les jour­nal­istes des trois médias ayant rap­porté l’af­faire ne sont désor­mais plus les bien­venus au sein du groupe…

Igna­cio Esco­bar, rédac­teur en chef d’eldiario.es et chroniqueur sur la radio Cade­na Ser (pro­priété de Prisa), a même reçu une let­tre de licen­ciement. « Je ne regrette rien de ce qu’a pub­lié le jour­nal que je dirige, mal­gré les con­séquences. J’ai accom­pli mon devoir de jour­nal­iste », a‑t-il commenté.

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés