Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Arnaud Lagardère, plus dure sera la chute

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

2 mai 2024

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Arnaud Lagardère, plus dure sera la chute

Arnaud Lagardère, plus dure sera la chute

Temps de lecture : 2 minutes

Double salto arrière, looping, sans les pieds, sans les mains, Arnaud Lagardère était considéré comme un trapéziste financier. D’abord considéré comme fini, puis sauvé par le couple rival Bernard Arnault Vincent Bolloré, enfin dévoré par eux. Début 2024, il retrouve un mandat social inespéré avant d’être rattrapé par la patrouille financière au printemps.

Mise en examen et contrôle judiciaire

Comme analysé fréquem­ment dans l’OJIM, dans le match entre le fonds vau­tour améri­cain Amber et Arnaud Lagardère pour le con­trôle du groupe éponyme, c’est l’Américain qui joue et gagne. Mal­gré un arrange­ment à l’amiable sur­venu entretemps et un aban­don du dépôt de plainte, c’est bien la plainte d’Amber ouverte en févri­er 2021 au sujet de la ges­tion aven­tureuse du fils Lagardère qui aura mis la puce à l’oreille du Par­quet Nation­al Financier et qui aboutit à une mise en exa­m­en trois ans plus tard fin avril 2024.

Conclusions sévères

Les ter­mes de l’audition sont sévères, Arnaud Lagardère est mis en exa­m­en pour « dif­fu­sion d’informations fauss­es ou trompeuses, achat de vote, abus de biens soci­aux et abus de pou­voir, et non-dépôt de comptes ». L’obligation de fournir une cau­tion judi­ci­aire de 200K€ n’est qu’un incon­vénient mineur face à l’interdiction de gér­er une société. Mal­gré une procé­dure d’appel Arnaud Lagardère s’est vu obligé de démis­sion­ner de ses man­dats aus­si bien chez Hachette que dans le groupe qui porte son nom.

Comptes trop acrobatiques

Comme l’Ojim l’a sou­vent relaté, Arnaud Lagardère avait un train de vie princi­er financé par les remon­tées des sociétés vers sa hold­ing per­son­nelle. Autrement dit les sociétés finançaient vil­las, loy­ers, pen­sions ali­men­taires, voy­ages en jet privé, fes­tiv­ités divers­es, entre­tien de la par­en­tèle, etc, le tout sur un grand pied. Ce qui pour­rait s’appeler de l’ABS, terme ne définis­sant pas le sys­tème de freinage d’un véhicule mais le plus désagréable abus de biens sociaux.

Les chiffres évo­qués se situeraient quelque part entre 60 et 120M€ de pré­sumés trans­ferts illicites. Arnaud Lagardère se pro­tège der­rière ses con­seils, avo­cats, notaires, com­mis­saires aux comptes dont cer­tains sont à leur tour mis en exa­m­en ou sous statut de témoin assisté. Arnaud Lagardère va devoir renon­cer à sa rémunéra­tion de 3,5M€ annuels sans compter de plus graves incon­vénients si les pos­si­bles amendes excé­daient sa sit­u­a­tion nette.

Voir aus­si : groupe Lagardère, infographie