Accueil | Actualités | Médias | Ardisson/Aliagas, départ de vedettes du buzz médiatique
Pub­lié le 23 juin 2019 | Éti­quettes : , , , , ,

Ardisson/Aliagas, départ de vedettes du buzz médiatique

Comme notre article sur les difficultés d’Europe 1 le laissait prévoir, Nikos Aliagas quitte Europe 1. En parallèle et pour des raisons différentes Ardisson quitte C8 du groupe Canal + et interrompt son émission « Salut les terriens ».

Aliagas, un CDD non renouvelé

Après la catastrophe industrielle de la matinale de Patrick Cohen (débauché de France Inter où sa matinale cartonnait), Arnaud Lagardère avait parié sur un « professionnalisme people » avec l’animateur Nikos Aliagas. La lune de miel n’aura duré qu’un an, Aliagas ne prolonge pas l’aventure et présente ce départ comme « sa décision ». Démentant la situation difficile de la chaine comme raison de son départ, il invoque la fatigue devant une charge de travail trop lourde et le désir de voir plus souvent sa famille.

Très proche de Laurent Guimier, il a peut-être payé le prix de cette proximité tant ce dernier – encore en arrêt-maladie à la mi-juin 2019 – semble en sursis. Aliagas continuera sa collaboration avec TF1 à travers The Voice, 50 minutes inside, La Chanson de l’année.

Ardisson, les terriens ne décolleront plus

Thierry Ardisson et les « Terriens » étaient devenus depuis 13 ans une institution sur les chaînes de Vincent Bolloré. Bolloré a estimé que le retour sur investissement n’était pas suffisant en proposant de diminuer le moitié la rémunération du producteur pour le même cahier des charges. Comme le dit l’intéressé « Quand le propriétaire du groupe auquel vous livrez une émission depuis 13 ans vous demande la même chose pour la saison suivante pour la moitié du prix, et que ce n’est pas négociable, vous êtes viré ».

Refusant « d’accepter l’inacceptable », l’animateur revendique un style culturel susceptible d’attirer à la fois Houellebecq et Valérie Lemercier, refusant implicitement les émissions de pur divertissement style Hanouna. In cauda venenum, il cite un directeur de télévision auquel il demandait si ses enfants regardaient les émissions de téléréalité de la chaîne qu’il présidait. Réponse indignée « Pas question ».

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This