Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ardisson/Aliagas, départ de vedettes du buzz médiatique

23 juin 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Ardisson/Aliagas, départ de vedettes du buzz médiatique

Ardisson/Aliagas, départ de vedettes du buzz médiatique

Comme notre article sur les difficultés d’Europe 1 le laissait prévoir, Nikos Aliagas quitte Europe 1. En parallèle et pour des raisons différentes Ardisson quitte C8 du groupe Canal + et interrompt son émission « Salut les terriens ».

Aliagas, un CDD non renouvelé

Après la cat­a­stro­phe indus­trielle de la mati­nale de Patrick Cohen (débauché de France Inter où sa mati­nale car­ton­nait), Arnaud Lagardère avait par­ié sur un « pro­fes­sion­nal­isme peo­ple » avec l’animateur Nikos Alia­gas. La lune de miel n’aura duré qu’un an, Alia­gas ne pro­longe pas l’aventure et présente ce départ comme « sa déci­sion ». Démen­tant la sit­u­a­tion dif­fi­cile de la chaine comme rai­son de son départ, il invoque la fatigue devant une charge de tra­vail trop lourde et le désir de voir plus sou­vent sa famille.

Très proche de Lau­rent Guimi­er, il a peut-être payé le prix de cette prox­im­ité tant ce dernier – encore en arrêt-mal­adie à la mi-juin 2019 – sem­ble en sur­sis. Alia­gas con­tin­uera sa col­lab­o­ra­tion avec TF1 à tra­vers The Voice, 50 min­utes inside, La Chan­son de l’année.

Ardisson, les terriens ne décolleront plus

Thier­ry Ardis­son et les « Ter­riens » étaient devenus depuis 13 ans une insti­tu­tion sur les chaînes de Vin­cent Bol­loré. Bol­loré a estimé que le retour sur investisse­ment n’était pas suff­isant en pro­posant de dimin­uer le moitié la rémunéra­tion du pro­duc­teur pour le même cahi­er des charges. Comme le dit l’intéressé « Quand le pro­prié­taire du groupe auquel vous livrez une émis­sion depuis 13 ans vous demande la même chose pour la sai­son suiv­ante pour la moitié du prix, et que ce n’est pas négo­cia­ble, vous êtes viré ».

Refu­sant « d’accepter l’inacceptable », l’animateur revendique un style cul­turel sus­cep­ti­ble d’attirer à la fois Houelle­becq et Valérie Lemerci­er, refu­sant implicite­ment les émis­sions de pur diver­tisse­ment style Hanouna. In cau­da venenum, il cite un directeur de télévi­sion auquel il demandait si ses enfants regar­daient les émis­sions de téléréal­ité de la chaîne qu’il présidait. Réponse indignée « Pas ques­tion ».

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.