L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
BFMTV et Emmanuel Macron se renvoient l’ascenseur

18 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | BFMTV et Emmanuel Macron se renvoient l’ascenseur

BFMTV et Emmanuel Macron se renvoient l’ascenseur

18 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Après une incursion sur TF1 en cours de semaine, le président de la République était devant les caméras de BFMTV dimanche 15 avril 2018. Comment la presse papier a‑t-elle réagi le lendemain ?

Avant même de com­mencer, l’interview accordée par Emmanuel Macron, sur BFMTV, avait fait couler beau­coup d’encre. En par­ti­c­uli­er du fait du choix des deux inter­locu­teurs du prési­dent, Jean-Jacques Bour­din et Edwy Plenel, patron de Médi­a­part. Et surtout du fait du choix de ce dernier, ce qui a été analysé par l’OJIM. D’autres points n’ont cepen­dant pas été assez relevés par les médias, avant le soir fatidique. Par exemple :

  • Le prési­dent de la République française, ce dimanche soir, comme le 12 avril sur TF1, n’avait choisi que des médias télévisés privés. Le choix n’est pas anodin.
  • Le prési­dent de la République a adoubé un média, Médi­a­part, et un jour­nal­iste, Edwy Plenel, qui sont sou­vent sujets à polémiques, par exem­ple au sujet de Ramadan. Plenel a été accusé de con­fon­dre le méti­er de jour­nal­isme et le mil­i­tan­tisme, ce qui n’est pas nou­veau : la con­fu­sion opérait déjà lorsqu’il dirigeait Le Monde.
  • Éton­nement, il n’a pas été relevé que le choix de BFMTV (laque­lle a bat­tu son record d’audience à l’occasion) a tout d’une forme de remer­ciements, eu égards au sou­tien accordé sans ver­gogne par la chaîne d’informations en con­tin­ue au can­di­dat Macron lors de la cam­pagne des élec­tions prési­den­tielles. Sans BFMTV, Macron serait-il par­venu au 2e tour de ces élec­tions ? Pas cer­tain. La chaîne a martelé « l’affaire Fil­lon » au quo­ti­di­en. Sans cette réso­nance, François Fil­lon ne serait-il pas passé devant lui ? Qui sait ?

D’une cer­taine façon, Macron s’est affir­mé comme le prési­dent non pas « des rich­es » mais plus sim­ple­ment du monde social libéral lib­er­taire, ce que les soci­o­logues améri­cains nom­ment main­tenant « la classe ambitieuse ». Là où cer­tains pré­conisent l’union des droites, Macron réalise l’union du monde libéral lib­er­taire. Reste que les remer­ciements du prési­dent, via le choix de BFM pour l’émission, valent plusieurs mil­lions d’euros et plus encore xur le plan de la recon­nais­sance de la chaine dans le paysage audio-visuel français.

De quoi ont par­lé les trois prin­ci­paux quo­ti­di­ens papi­er le lendemain ?

Emmanuel Macron adoubé

Que dis­ent les quo­ti­di­ens, le 16 avril 2018 ? Out­re le fait de relever les prin­ci­paux points et annonces du prési­dent, sur lesquels nous ne revenons pas ici :

  • Le Figaro : le 16 avril, l’interview du prési­dent n’est qu’un titre de Une par­mi d’autres, le titre prin­ci­pal étant con­sacré aux frappes en Syrie. Les deux événe­ments sont cepen­dant reliés en pages intérieures où Macron est annon­cé comme « Un chef de guerre face aux cri­tiques ». Cepen­dant, l’article ayant été final­isé avant la fin de l’entretien, il faut se tourn­er vers l’édition du 17 avril. Le quo­ti­di­en insiste sur la con­nais­sance des dossiers du prési­dent, son sang-froid, son courage d’affronter des jour­nal­istes qui ne seraient pas inféodés, sa sci­ence des « upper­cuts », l’aspect nova­teur et mod­erne du genre de cette inter­view… Le quo­ti­di­en donne par ailleurs la parole aux cri­tiques des adver­saires du prési­dent, en par­ti­c­uli­er à Jean-Luc Mélen­chon. Adoube­ment du Figaro.
  • Libéra­tion : le 16 avril, Libéra­tion titre en Une, sur fond de pho­to de l’entretien : « Macron au com­bat ». Pour le quo­ti­di­en, « le chef de l’État a jus­ti­fié à la télévi­sion les frappes des alliés ». Plus avant : « Il avait prévu de faire la péd­a­gogie de ses réformes. Mais c’est en tant que chef de guerre qu’Emmanuel Macron a dû s’explique.. ». Deux pages plus loin, un édi­to insiste sur le côté ten­du du début de l’entretien, au sujet des ques­tions sociales, puis indique que la suite est moins « orageuse » et pour­tant « d’une inten­sité rare ». L’édito évoque « le grand mérite des deux jour­nal­istes » pour « avoir su créer ce moment sin­guli­er », et la force du prési­dent. Adoube­ment de Libéra­tion.
  • Le Monde : le quo­ti­di­en du soir titre sur un ent­hou­si­aste : « Macron, com­bat­if pour défendre ses choix », avec une belle et ample pho­togra­phie. Autres mots mis en avant, la volon­té affichée par le chef de l’État de « réc­on­cili­er le pays ». Le quo­ti­di­en indique que le débat a par­fois été « abrupt », et que le prési­dent a pu reprocher aux jour­nal­istes leurs ques­tions « ori­en­tées » et leur « dém­a­gogie », ne faisant cepen­dant pas remar­quer que, au vu de l’évidente intel­li­gence du chef de l’État et des com­mu­ni­cants qui l’entourent, cette sit­u­a­tion était sans doute à la fois voulue et sous con­trôle. Du reste, Le Monde rap­porte fidèle­ment l’image que Mon­sieur Macron a voulu don­ner, comme si son rôle n’était que de pro­pos­er un compte ren­du de la volon­té prési­den­tielle à lire. Adoube­ment du Monde.

Il n’y a pas de vraie cri­tique ou de réelle analyse des pro­pos du chef de l’État dans les retours des prin­ci­paux quo­ti­di­ens, lesquels adoubent le choix fait en 2017, leur choix et celui de BFMTV finale­ment. Une volon­té général­isée de créer de l’empathie, tant par les mots que par le ton. Que Plenel et Bour­din ne dis­ent pas « Mr le Prési­dent » mais « Emmanuel Macron » est d’ailleurs dans le même ordre d’idées, un peu comme quand tous les médias libéraux lib­er­taires dis­aient « Hillary » d’un côté et « Trump » de l’autre. La cul­ture des start-up s’installe. On con­seillera vive­ment de regarder le film Cor­po­rate, his­toire d’avoir une idée de ce qui approche. Et l’on pour­ra peut-être bal­ay­er devant la porte France quant aux liens plutôt com­plaisants entre médias et chef de l’État, avant de vouloir faire le ménage ailleurs.

Crédit pho­to : Gou­verne­ment français via Wiki­me­dia (cc)

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés