Accueil | Actualités | Médias | BFM Business révèle les salaires des patrons de l’audiovisuel public
Pub­lié le 29 septembre 2014 | Éti­quettes : , , , , , , , ,

BFM Business révèle les salaires des patrons de l’audiovisuel public

Document à l'appui, BFM Business vient de publier les salaires des grands patrons de l'audiovisuel public.

Et le mieux payé est... Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions, qui peut toucher jusqu'à 400 000 euros par an, bonus compris. C'est un tiers de plus que son prédécesseur, Patrick de Carolis, qui était à 300 000 euros.

« Mais cette hausse a une explication: Rémy Pflimlin venait du privé, en l'occurrence la messagerie de presse Presstalis, et a dû faire un sacrifice en venant dans le service public », écrit BFM Business.

Derrière lui, la patronne de France Médias Monde, Marie-Christine Saragosse, touche jusqu'à 260 000 euros par an, au coude à coude avec celle d'Arte France, Véronique Cayla, qui est à 259 113 euros annuels.

Bien que dirigeant d'une plus grosse société que les deux précédentes, le patron de Radio France est le moins bien payé du secteur audiovisuel public. Jean-Luc Hees touchait jusqu'à 217 638 euros par an, et Mathieu Gallet gagne légèrement plus aujourd'hui avec 222 000 euros.

Des salaires confortables, bien que largement en dessous de ceux que l'on rencontre dans le privé. Par exemple, les patrons de TF1, M6 ou Canal+ touchent entre 1,5 et 2 millions d'euros par an.

Pour s'adapter, le public a décidé de verser également des bonus indexés sur les performances à ses dirigeants. Mais là encore, s'ils peuvent aller de 14 à 24% du salaire fixe annuel, cela reste toujours bien en dessous du secteur privé où les salaires peuvent être multipliés par 1 à 1,5.

Contacté par BFM Business, France Télévisions s'est justifié en précisant que, « par rapport à l'équipe précédente, la moyenne des salaires des 10 plus hauts dirigeants est inférieur de plus de 10 % en euros constants. Et en 2012 lors du lancement du plan d'économies, le PDG Rémy Pflimlin a décidé de baisser de 25% sa part variable, ainsi que celle de son conseil de présidence (ses quatre directeurs généraux). »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux