Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions : la plainte de deux syndicats contre la nomination de Delphine Ernotte ressort des tiroirs

2 mars 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | France Télévisions : la plainte de deux syndicats contre la nomination de Delphine Ernotte ressort des tiroirs

France Télévisions : la plainte de deux syndicats contre la nomination de Delphine Ernotte ressort des tiroirs

Les jours passent et le siège de Delphine Ernotte à France Télévisions semble de plus en plus menacé. Ainsi, une vieille plainte de la CGC-Médias et de la CFDT contre le président du CSA Olivier Schrameck, pour abus d’autorité et trafic d’influence, a été ressortie des cartons et les policiers de l’OCLCIFF, l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, ont commencé à s’intéresser de près au CSA.

En 2015 pour­tant, la jus­tice s’é­tait empressée de s’en­dormir sur le dossier, classé par­tielle­ment sans suite. Les jus­ti­fi­ca­tions du classe­ment étaient telle­ment alam­biquées – même pour la jus­tice française – que la CFDT Médias s’en était émue : « En clair, pour le par­quet, plusieurs dis­po­si­tions légales, pré­cisant le devoir d’impartialité du CSA, ne con­stituent pas ensem­ble un cadre légal ! ». Les syn­di­cats se sont ensuite con­sti­tués par­tie civile, ce qui a empêché la plainte de mourir tout à fait.

Et subite­ment, ou plutôt « et en même temps », les policiers de l’O­CLCIFF ont débar­qué en pleine séance plénière du CSA le 20 décem­bre pour rem­plir des car­tons de pièces à con­vic­tion, dans le cadre d’une « demande de doc­u­ments admin­is­trat­ifs relat­ifs à la procé­dure de nom­i­na­tion » de Del­phine Ernotte. Ce n’est pas une perqui­si­tion, non. Mais cela ressem­ble aux con­trôles dans les aéro­ports : on a le « choix » de les refuser.

Mais on ne monte pas dans l’avion. En l’oc­cur­rence, il y avait une com­mis­sion roga­toire du juge Mil­ca Michel-Gabriel, chargée d’in­stru­ire cette fameuse plainte avec con­sti­tu­tion civile des syn­di­cats. « Le par­quet de Paris a com­mencé par s’en­dormir d’un som­meil minéral sur le dossier : pas le moin­dre acte ou presque jusqu’au 20 mars 2017 », écrit Le Canard Enchaîné (07/02/2018). À cette date, une juge a été désignée, mais la procé­dure s’est subite­ment accélérée en décem­bre. Désor­mais, ce sont les 8 mem­bres du CSA qui avaient désigné Ernotte qui ont com­mencé à se faire con­vo­quer à Nan­terre dans les locaux de l’O­CLCIFF. Pour Medi­a­part, la jus­tice devrait aus­si enten­dre Didi­er Quil­lot et Pas­cal Josèphe, prin­ci­pales vic­times de l’en­gage­ment du prési­dent du CSA qui a per­mis de désign­er Del­phine Ernotte.

Retour d’ascenseur

Selon les élé­ments de la plainte, plusieurs faits peu­vent être reprochés à Olivi­er Schrameck, patron du CSA, qui sem­ble avoir tout fait pour impos­er Del­phine Ernotte à France Télévi­sions. Du côté de l’abus d’au­torité déjà, il a tout fait pour que l’une des mem­bres du CSA, Francine Mar­i­ani-Ducray, vote pour Ernotte ; il y aurait même eu, évo­quée par cer­tains mem­bres de l’in­sti­tu­tion et le Canard, une « inter­ven­tion extérieure : un coup de fil du vice-prési­dent du Con­seil d’État, Jean-Marc Sauvé, des­tiné à faire pli­er Mar­i­ani-Ducray, elle-même issue de l’in­sti­tu­tion. Tout comme Schrameck ».

Du côté du traf­ic d’in­flu­ence, c’est en fait un retour d’as­censeur qui est pointé par les syn­di­cats : Olivi­er Schrameck a été nom­mé en 2013 à la tête du CSA par Hol­lande, bien aidé par son con­seiller cul­turel David Kessler. Ce dernier est par­ti chez Orange aux côtés de Del­phine Ernotte qu’il a cor­naquée pour qu’elle se présente à la direc­tion de France Télévi­sions. Hon­ni soit celui qui mal y pense…

Directe­ment visé, Olivi­er Schrameck se défend comme il le peut en inven­tant une nou­velle procé­dure de désig­na­tion (la troisième) pour la prési­dence de Radio France, afin de trou­ver un suc­cesseur à Matthieu Gal­let. De quoi éton­ner la CGC-Médias : « c’est un peu comme si le CSA était un jeu de Lego à géométrie vari­able donc qui parvi­enne à créer 3 fig­ures dis­tinctes avec les mêmes blocs d’une loi pour­tant pré­cise ».

Et tan­dis que Olivi­er Schrameck peut méditer la morale de la fable selon laque­lle « Selon que vous serez puis­sant ou mis­érable, les juge­ments de cour vous ren­dront blanc ou noir », Le Temps s’est décidé à don­ner, lui, la morale de la prési­dence de Del­phine Ernotte à France Télévi­sions, trop seule selon le jour­nal suisse pour « résis­ter au rouleau com­presseur de l’Élysée ». En effet « Del­phine Ernotte est une femme de télévi­sion qui refuse d’incarner le ser­vice pub­lic à l’ancienne, sans savoir définir celui de demain. Jamais une his­toire. Jamais un morceau de réc­it télévi­suel. Aucune con­nivence avec les téléspec­ta­teurs. Élue seule con­tre tous, Del­phine Ernotte reste isolée. Mal cadrée. La greffe cathodique n’a jamais vrai­ment pris ».

Crédit pho­to : marsupilami92 via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.