Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marie-Ève Malouines
Mis à jour le

11 mai 2015

Temps de lecture : 5 minutes

Marie-Ève Malouines

La nouvelle patronne de LCP-AN

Tout juste nommée à la tête de la Chaine Parlementaire de l’Assemblée Nationale (LCP-AN), jusqu’alors journaliste et chef du service politique intérieure de France Info, Marie-Ève Malouines est née en mai 1961 à Karachi (Pakistan). Auteur de cinq portraits de personnalités (dont deux consacrés à Ségolène Royal) et présentée le plus souvent comme une fine connaisseuse des arcanes du pouvoir français, Marie-Ève Malouines est d’une relative discrétion sur sa biographie ou ses opinions. D’origine antillaise, elle a deux enfants et réside à Paris et à Saint-Malo où elle est propriétaire d’une maison bien que son nom n’a, selon elle, rien à voir avec la ville bretonne.

Formation

Marie-Eve Mal­ouines est tit­u­laire d’une licence en let­tres mod­ernes (uni­ver­sité Paris III – Cen­si­er).

Parcours professionnel

De 1988 à 1990

Elle débute sa car­rière sur les sta­tions du réseau France Bleu, en se spé­cial­isant en poli­tique, à Mar­seille.

1989 à 1995

Jour­nal­iste poli­tique à France Inter, d’abord aux infor­ma­tions générales puis à par­tir de 1990 au ser­vice poli­tique.

Depuis 1995

Nom­mée au ser­vice poli­tique de France Info, qu’elle dirige depuis juil­let 2004. Elle lance en 2008 le pre­mier « zap­ping » radio des déc­la­ra­tions poli­tiques des invités des médias audio-visuels.

Depuis 2004

Co-ani­ma­trice de l’émis­sion « ques­tions d’in­fo » sur LCP-Assem­blée nationale, présen­tée par Frédéric Haz­iza de LCP-Assem­blée nationale, avec Françoise Fres­soz du Monde et Sylvie Malig­orne, puis Frédéric Dumoulin (AFP).

Depuis 2008

Vice-prési­dente de l’As­so­ci­a­tion des jour­nal­istes par­lemen­taires.

6 mai 2015

Nom­mée à la prési­dence de la chaîne Par­lemen­taire de l’Assem­blée Nationale (LCP-AN). Elle a été préférée à Gérard Leclerc, tit­u­laire du poste depuis 2009 et can­di­dat à sa suc­ces­sion. Marie-Ève Mal­ouines, qui souhaite ori­en­ter vers les jeunes une chaîne à l’au­di­ence pour l’heure con­fi­den­tielle (0,4% de parts de marché) mal­gré des moyens impor­tants soit 16,9 mil­lions d’eu­ros de bud­get en 2014 et 70 salariés, pren­dra ses fonc­tions le 8 juin 2015.

Parcours militant

Non ren­seigné.

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné.

Publications

  • Deux hommes pour un fau­teuil, Chroniques de la cohab­i­ta­tion 1997–2001, Fayard, 2001, 350 p.
  • La madone et le cul­b­u­to ou l’in­lass­able ambi­tion de Ségolène Roy­al et François Hol­lande, Fayard, 2006, 360 p.
  • Ségolène Roy­al, l’in­soumise (avec Carl Meeus), Fayard, 2007, 345 p.
  • Nico­las Sarkozy: Le pou­voir et la peur, Stock, 2010, 240 p.
  • François Hol­lande ou la force du gen­til, Fayard, 2010, 240 p.
  • Paris de femmes, Fayard, 2014, 312 p.

Elle a égale­ment fourni la trame d’une bande dess­inée con­sacrée à François Hol­lande à l’Élysée ; le dessi­na­teur est Christophe Faraut, alias Faro, dessi­na­teur de presse. Deux tomes sont déjà parus.

  • Moi, Prési­dent (tome 1), Jun­gle, 2013, 54 p.
  • Moi, Prési­dent (tome 2), Jun­gle, 2014, 54 p.

Faits marquants

En janvier 2009

Elle refuse la légion d’honneur : « Je ne vois vrai­ment rien, dans mon par­cours, qui puisse jus­ti­fi­er une telle dis­tinc­tion ». C’est Roger Karoutchi, alors secré­taire d’État chargé des rela­tions entre le gou­verne­ment et le Par­lement qui avait établi la liste des pro­mus. L’État a expliqué son choix par le fait qu’elle apparte­nait à l’as­so­ci­a­tion de la presse par­lemen­taire, comme Françoise Fres­soz, chef du ser­vice poli­tique au quo­ti­di­en Le Monde qui a égale­ment refusé la déco­ra­tion.

Selon l’heb­do­madaire économique Chal­lenges Marie-Ève Mal­ouines aurait béné­fi­cié d’une voie royale pour pren­dre la tête de la chaîne par­lemen­taire : en témoign­eraient la volon­té maintes fois répétée en privé de Claude Bar­tolone de porter une femme à la tête de la chaîne – ce que Le Monde a con­fir­mé par ailleurs – mais aus­si le dés­in­térêt des can­di­dats pour une élec­tion qui sem­blait être jouée d’a­vance. Ain­si, con­traire­ment aux appels à can­di­da­tures précé­dents, cette fois il n’y avait que deux can­di­dats – dont le prési­dent de la chaîne en exer­ci­ce – con­tre cinq à dix aupar­a­vant.

Elle l’a dit

« Jean-Marie Le Pen, qui avait tou­jours été très fort sur ce thème [l’insécurité], n’avait rien à dire et on l’a traité du point de vue jour­nal­is­tique comme on le traitait aupar­a­vant, en cher­chant à démon­tr­er qu’il était raciste, xéno­phobe, qu’il util­i­sait l’insécurité et l’immigration à des fins élec­torales alors qu’il ne dis­ait pas du tout cela », « La presse et le Front Nation­al », Hors-série des Cahiers du jour­nal­isme, avril 2003.

« Cette liste étant publique, je tiens à pré­cis­er que je n’ai jamais réclamé une telle dis­tinc­tion, ni même été sol­lic­itée en vue d’une telle démarche. Je ne vois vrai­ment rien, dans mon par­cours, qui puisse jus­ti­fi­er une telle dis­tinc­tion, c’est pourquoi je me vois dans l’oblig­a­tion de refuser cette pres­tigieuse déco­ra­tion », « Françoise Fres­soz et Marie-Ève Mal­ouines refusent la légion d’hon­neur », libération.fr, 05/01/2009

Au moment de la sor­tie de son livre sur Nico­las Sarkozy en 2010 : « la peur, c’est son moteur [à Sarkozy], c’est ce qui l’incite à agir, à com­bat­tre cette peur, à la juguler. Le pou­voir, il le veut pour se ras­sur­er, pour être le plus fort. Et la peur c’est aus­si un mode de ges­tion. On n’ose pas lui par­ler car on a peur de sa réac­tion, il n’ose pas déléguer car il a peur d’être trahi. ( …) L’a­ban­don pour lui c’est le sum­mum de ce qui ne se fait pas ».

« [François Hol­lande] se dit le pou­voir il faut le chang­er de l’intérieur. Inve­stir ses rouages, inve­stir ses insti­tu­tions, inve­stir ses lieux de pou­voir. Il a une stratégie d’infiltration, et il le dit, il faut con­quérir et sub­ver­tir le pou­voir (…) Donc c’est une stratégie réfléchie d’investir le pou­voir pour le sub­ver­tir et donc c’est pour ça qu’il choisit des gens qui peu­vent per­me­t­tre cette stratégie », « Marie-Ève Mal­ouines : François Hol­lande est-il “gen­til”? », dailymotion.fr, 15/02/2012

Lors d’un dia­logue avec des enfants sur la ques­tion du mariage homo­sex­uel. Ques­tion d’un enfant : « Est-ce que dans les pays où on a autorisé le mariage homo­sex­uel il y a eu des prob­lèmes ? » Réponse de Marie-Ève Mal­ouines : « Oui, il y a eu des prob­lèmes dans plein d’autres pays qui ont autorisé le mariage homo­sex­uel et c’est d’ailleurs une des références pour les lég­is­la­teurs de gauche aujourd’hui, c’est qu’il dis­ent qu’il y a eu beau­coup de prob­lèmes, beau­coup de man­i­fes­ta­tions, beau­coup de gens qui n’étaient pas d’accord et puis une fois que le texte a été voté, et bien, c’est ren­tré dans les mœurs et puis les gens se mari­ent et ça ne crée plus de prob­lèmes, donc ils dis­ent oui il y a des man­i­fes­ta­tions quand ça se fait, et puis après, en France comme ailleurs, ça se passera très bien », « Encore plus de ques­tions-répons­es sur le mariage homo avec Marie-Ève Mal­ouines », franceinfo.fr, 02/02/2013

Lors de son audi­tion par le comité de sélec­tion de l’Assem­blée Nationale pour la prési­dence de la chaîne LCP-AN le 13 avril 2015 : « Je con­state égale­ment que la presse est dans le col­li­ma­teur de l’opin­ion. Nous vivons un boule­verse­ment total du sys­tème d’in­for­ma­tion. Inter­net mod­i­fie totale­ment les pra­tiques, les accès aux sources d’in­for­ma­tion se mul­ti­plient (…) l’in­for­ma­tion nous parvient à l’é­tat brut, de partout, dans tous les sens (…). Trop sou­vent l’im­por­tant est de faire du bruit, du buzz. La vie poli­tique appa­raît sou­vent réduite à des enjeux de pou­voir cyniques, loin­tains, inutiles, quand ce n’est pas ris­i­bles ».

Sa nébuleuse

Asso­ci­a­tion des Jour­nal­istes Par­lemen­taires, Frédéric Haz­iza, Françoise Fres­soz, Frédéric Dumoulin.

Ils ont dit

Au sujet du livre pub­lié par Marie-Ève Mal­ouines sur Nico­las Sarkozy (Le pou­voir et la peur), Bernard Gen­sane, sur Le Grand Soir : « Pen­dant 230 pages, l’auteur va tourn­er autour du prob­lème sans jamais don­ner de vraies répons­es. Il aurait fal­lu être autrement armé, psy­chologique­ment par­lant, pour s’élever au-dessus d’évidences ren­con­trées à satiété dans les médias depuis trois au qua­tre ans, pour attein­dre le cœur du per­son­nage de Sarkozy. (…) L’incapacité de Marie-Ève Mal­ouines à aller à la racine des choses est due à une lim­ite qu’elle partage avec son sujet d’études : elle ne trou­ve jamais la bonne dis­tance. Peut-être parce qu’elle a trop fréquen­té le milieu poli­tique, M.-E. Mal­ouines se retrou­ve dans la posi­tion de la phalène attirée et éblouie par la pre­mière lumière qui troue l’obscurité. »

Crédit pho­to : DR France Info

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision