Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
LCP-Assemblée nationale et Public Sénat : une chaîne de trop ?

25 mai 2015

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | LCP-Assemblée nationale et Public Sénat : une chaîne de trop ?

LCP-Assemblée nationale et Public Sénat : une chaîne de trop ?

Fin janvier 2015, le bureau du Sénat rejetait la fusion des deux chaînes parlementaires françaises, LCP-Assemblée Nationale et Public Sénat. Ces deux chaînes se partagent le même canal, une exception française, mais il y a dans leur gestion de nombreux doublons, une masse salariale pléthorique et un budget conséquent. La comparaison avec la chaîne parlementaire européenne laisse songeur…

Fin avril 2015, l’eu­rodéputé picard Gilles Pargneaux pub­li­ait sur son blog ses remar­ques sur son rap­port au sujet de la décharge budgé­taire du Par­lement Européen pour 2013. Par­mi les “suc­cès de notre admin­is­tra­tion” qu’il tenait “à saluer”, l’on trou­vait : “la diminu­tion du bud­get d’Europarl TV (8 mil­lions d’eu­ros en 2013 con­tre 5 mil­lions d’eu­ros en 2014)” et l’aug­men­ta­tion du nom­bre des vidéos con­sultées : “entre 2012 et 2014 le nom­bre de vidéos vues est passée de 5 000 à 400 000″. Le par­lement européen dis­pose en effet d’une TV, mais il a fait délibéré­ment le choix d’une plate-forme de dif­fu­sion et non d’une chaîne, afin de lim­iter les coûts.

Lancée en 2008, Europarl TV dif­fuse en con­tinu les ses­sions par­lemen­taires et les réu­nions des dif­férents comités, ain­si que des vidéos « éduca­tives », sous-titrées ou traduites dans une des 22 langues de l’U­nion. Plusieurs émis­sions (« Back­stage », « A‑Z » et « Eure­ka ») sont des­tinées aux jeunes ; des inter­views ou des reportages de 1 à 5 min­utes sont aus­si disponibles sur des sujets d’ac­tu­al­ité. D’autres émis­sions décryptent le fonc­tion­nement du Par­lement et l’his­toire des insti­tu­tions européennes. Deux entre­pris­es extérieures sont impliquées dans l’or­gan­i­sa­tion de la chaîne : Twofour, une entre­prise de web­d­if­fu­sion basée à Ply­mouth, en Angleterre, gère le site web, les serveurs et le stream­ing. Les con­tenus sont pro­duits par l’a­gence de com­mu­ni­ca­tion brux­el­loise ICF Mostra. Celle-ci pro­duit aus­si des appli­ca­tions et des con­tenus médias pour divers organ­ismes européens.

Bien que n’ayant pas d’ob­jec­tifs chiffrés en matière d’au­di­ence, Europarl TV essaie d’amélior­er ses chiffres depuis plusieurs années. En 2012, son audi­ence était estimée à 1612 vues par jour, mieux que l’an­née précé­dente (697 vues par jour) mais encore net­te­ment insuff­isante. En 2013 le nom­bre de vidéos vues était estimé à 17 800 par mois (soit 213 600 par an) et en 2014, comme Gilles Pargneaux le men­tionne, ce nom­bre avait atteint 400 000 vidéos par an. Par ailleurs la chaîne a dévelop­pé près de 200 parte­nar­i­ats avec des médias dans et hors UE.

Les chaînes parlementaires en France : beaucoup de moyens, peu de résultats

Au vu des bud­gets des chaînes par­lemen­taires en France, les moyens alloués à la chaîne du Par­lement Européen sont mis­érables. Et pour­tant, les résul­tats ne sont guère au ren­dez-vous en France. En novem­bre 2014, Claude Bar­tolone (PS), qui pré­side l’Assem­blée nationale, avait écrit au nou­veau prési­dent de droite du Sénat, Gérard Larcher, pour envis­ager une fusion des deux chaînes par­lemen­taires. Objec­tif : économiser 5 à 7 mil­lions d’eu­ros. Le Sénat, qui chiffrait de son côté les économies à seule­ment un mil­lion d’eu­ros, a rejeté cette fusion fin jan­vi­er 2015.

Créée en 1999, LCP dis­pose du canal 13 de la TNT depuis son lance­ment en 2005, et le partage avec Pub­lic Sénat. La chaîne dis­pose d’un bud­get de 16,8 mil­lions d’eu­ros (16 834 000 en 2015) pour une audi­ence de 0,4%, qui aug­mente certes mais bien moins vite que le bud­get qui a, lui, aug­men­té de 8,8% depuis 2010. Il y a 66 salariés en CDD ou CDI et 10 salariés inter­mit­tents ou pigistes. Le détail du bud­get, disponible dans le rap­port de Marc Le Fur (PDF) dédié aux mis­sions budgé­taires des Pou­voirs publics indique qu’en 2014 un quart du bud­get était con­sacré aux coûts de dif­fu­sion (4,5 mil­lions d’eu­ros) et 30 % à la masse salar­i­ale.

Créée en 2000, Pub­lic-Sénat dis­pose d’un bud­get de 18,4 mil­lions d’eu­ros (2014). Une note du Sénat (PDF) donne le mon­tant du bud­get 2015 de la chaîne : 19 108 000 euros dont un quart (4,5 mil­lions d’eu­ros) est absorbé par les frais de dif­fu­sion et 59% par les frais de la grille (11 mil­lions d’eu­ros). La dota­tion de la chaîne a aug­men­té de 20,6% sur la péri­ode 2010–2014. Il y a 61 salariés, dont 34 tit­u­laires de la carte de presse ; un prestataire extérieur gère le plateau et les moyens de pro­duc­tion, à rai­son de 10 jours-homme pour 44 semaines par an.

Les audi­ences de Pub­lic-Sénat ne sont habituelle­ment pas com­mu­niquées, offi­cielle­ment pour des raisons de coût des études Médi­amétrie, ce qui paraît éton­nant au vu de son bud­get. L’a­van­tage, c’est que Pub­lic Sénat peut maîtris­er sa com­mu­ni­ca­tion à ce sujet : en 2011 Gilles Leclerc don­nait ain­si sur des records d’au­di­ence lors des élec­tions séna­to­ri­ales : 2,2 mil­lions de téléspec­ta­teurs dans la pre­mière par­tie de soirée et 330 000 con­nex­ions sur Inter­net. Mais quid des audi­ences habituelles ? Pour l’heb­do­madaire économique Chal­lenges, qui con­sacrait un arti­cle au vit­ri­ol à la ques­tion en mars 2015 : “sur la box d’un des opéra­teurs de télé­phonie, qui tient à rester anonyme, la Chaîne Par­lemen­taire”, c’est à dire le canal qui regroupe LCP-AN et Pub­lic Sénat, “affiche en moyenne 0,25% de l’au­di­ence télévisée nationale. Soit le niveau d’Eu­rosport (0,2%), la moitié d’i>Télé ou cinq fois moins que BFM”. La moitié des résul­tats d’i>Télé (40 mil­lions d’€ de bud­get) alors que la dota­tion cumulée des deux chaînes par­lemen­taires atteint 35 mil­lions d’eu­ros…

Des doublons à tous les étages

Plus grave, la grille est illis­i­ble et les dou­blons sont nom­breux. Con­séquence d’une excep­tion française qui veut que deux chaînes à l’ob­jet sim­i­laire se parta­gent le même canal. Chal­lenges relève : “les JT dou­blon­nent, l’un à 19 heures, l’autre à 19 h 30. Les émis­sions se ressem­blent”. Au sujet des médias, « Medi­apol » sur LCP-AN répond à « La Poli­tique c’est net » sur Pub­lic Sénat. Con­cer­nant l’in­for­ma­tion générale, « Ques­tions d’in­fos » sur LCP-AN est très sem­blable à « Preuves par 3 » sur Pub­lic Sénat. Pour les livres, Jean-Pierre Elk­a­b­bach, ancien prési­dent et créa­teur de Pub­lic Sénat, ani­me « Bib­lio­thèque Médi­cis » tan­dis que LCP-AN cou­vre le même sujet avec « La Cité du Livre ».

Certes, les événe­ments poli­tiques de pre­mier plan sont cou­verts ensem­ble. Mais il n’y a que trois émis­sions com­munes, « Par­lement Heb­do », « Europe Heb­do », « Les Clés de la République ». La com­mu­ni­ca­tion, la pro­duc­tion, les frais généraux ne sont pas mutu­al­isés, ce qui avait con­duit Marc Le Fur à con­clure : “eu égard notam­ment à la dérive des dota­tions de Pub­lic Sénat, il faut saisir l’oc­ca­sion du renou­velle­ment du Sénat pour fusion­ner les deux chaînes, la réponse con­sti­tuée par la mutu­al­i­sa­tion n’é­tant qu’un faux sem­blant”.

Une indépendance en question

Par ailleurs, si les con­di­tions de fonc­tion­nement des deux chaînes sem­blent claire­ment à revoir alors que le pays, con­fron­té à d’im­por­tantes dif­fi­cultés économiques, cherche partout à réduite la voil­ure, l’indépen­dance des deux chaînes par rap­port au pou­voir est elle aus­si ques­tion­née.

L’Obs relaie ces doutes, en met­tant en cause la désig­na­tion du nou­veau PDG de Pub­lic Sénat – où c’est finale­ment Emmanuel Kessler, ancien du pôle économie de LCI, qui a été choisi. Selon cet arti­cle, c’est Jean-Pierre Elk­a­b­bach qui se trou­vait der­rière la déci­sion de Gérard Larcher de faire vot­er à bul­letin secret les 26 mem­bres du bureau du Sénat pour départager les deux derniers can­di­dats – dont une can­di­date d’Europe 1. Ancien directeur de Pub­lic Sénat de 1999 à 2009, le jour­nal­iste a été plusieurs fois mis en cause pour son indépen­dance.

Du reste, LCP-AN n’est pas non plus à l’abri des reproches puisque la nom­i­na­tion de Marie-Eve Mal­ouines à la tête de la chaîne a aus­si posé ques­tion. Marc Bau­driller, chef de rubrique médias à Chal­lenges, par­le même de “fait du prince” dans l’ar­ti­cle qui met en lumière le rôle trou­ble de Frédéric Haz­iza et la volon­té de Claude Bar­tolone de bom­barder coûte que coûte une femme à la tête de l’in­sti­tu­tion, au risque de faire accroire que “les jeux sont faits”. Une impres­sion qui est d’au­tant plus gênante que les deux chaînes ont pour mis­sion de réc­on­cili­er les citoyens avec les insti­tu­tions répub­li­caines.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.