Accueil | Actualités | Médias | Avis de tempête sur les médias suisses
Pub­lié le 14 février 2018 | Éti­quettes : , ,

Avis de tempête sur les médias suisses

Longtemps les médias suisses ont été à l’abri des remous des différents secteurs de l’information en Europe, protégés par un système plutôt décentralisé et par le multi-linguisme. Même critiqués pour être dans certains cas le miroir de l’empire du Bien, même si la section locale de Reporters Sans Frontières militait ouvertement pour la censure, les journalistes suisses coulaient des jours (plus ou moins) heureux. Plus maintenant.

Coupes dans le secteur privé

Alors que l’Hebdo, à l’origine du Bondy Blog, a disparu corps et biens et que les équipes du très conformiste Le Temps (groupe Ringier Axel Springer) sont réduites c’est au tour de l’Agence Télégraphique Suisse (ATS) – l’équivalent de notre AFP – de se retrouver en difficulté.

Largement plus que centenaire, l’ATS est – contrairement à son équivalent français – une société à statut privé. Auparavant essentiellement détenue par ses clients locaux suisses elle est désormais dans les mains d’un actionnaire majoritaire étranger, l’agence autrichienne APA. Cette dernière envisage de licencier un quart des effectifs.

Et menaces sur le secteur public

Mais une initiative plus sérieuse menace maintenant le monstre de la SSR, la radio-télévision étatique suisse. En Suisse chaque ménage doit payer 450FS (environ 400€, soit trois fois ce que paye un français pour la redevance) par an qu’il ait un téléviseur ou pas, une radio ou pas. Cette redevance obligatoire est la plus élevée du monde, environ le double de la redevance allemande ou britannique. La taxe finance essentiellement la SSR à hauteur de plus de 1200M de FS (soit environ 1100M d’euros).

L’initiative No Billag soumise à référendum populaire le 4 mars propose de supprimer purement et simplement la redevance, la SSR (qui dispose déjà d’un budget de publicité important) étant poliment invitée à s’auto-financer. Alors que certains soutiennent l’initiative, les sondages à mi février indiqueraient une majorité pour le maintien de la redevance. Quel que soit le résultat de la votation, la SSR sera soumise à plus de pressions pour se réformer. Qui sait, pour plus de pluralisme ?

Crédit photo : Elionas2 via Pixabay (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This