Accueil | Actualités | Médias | Oskar Freysinger : médias suisses, le « bien » tue la vérité
Pub­lié le 24 octobre 2017 | Éti­quettes :

Oskar Freysinger : médias suisses, le « bien » tue la vérité

Oskar Freysinger, ancien conseiller d’État (équivalent de ministre en France) du canton du Valais en Suisse, a toujours présenté une personnalité originale. Écrivain, poète, chanteur, il est plus un intellectuel et un artiste qu’un homme politique classique. Après avoir été battu lors des dernières élections valaisannes, il est sorti de sa réserve pour un débat sur les médias suisses.

Organisé début octobre 2017 par l’association Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), le débat sur « l’indépendance des médias » opposait Freysinger à Alain Jeannet ancien rédacteur en chef de L’Hebdo (magazine suisse romand disparu). Verbatim.

Si Alain Jeannet recommande de ne pas mettre « tous les médias dans le même panier » et insiste sur les difficultés économiques du secteur dues essentiellement à l’avènement d’une information abondante et gratuite sur internet, Oskar Feysinger met l’accent sur l’absence de pluralité des médias suisses. Sans réduire la question à une simple opposition gauche-droite, « les journalistes suisses ne sont pas tous de gauche », il met en cause le conformisme d’un grand nombre d’entre eux :

« Le journaliste est sans frontières, antiraciste, pro-européen (pro Union Européenne, note de la rédaction), féministe, écologiste, pro-LGBT, en faveur de sexualités qui se déclinent aux couleurs de l’arc en ciel ».

Et de compléter le tableau :

« Il est porteur d’une très forte morale, il vit dans un monde binaire, il travaille pour le bien, mais pas pour le vrai. »

Une définition sans doute un peu réductrice mais qui semble souvent s’appliquer en Suisse. Nous avions publié en 2016 un excellent article de notre confrère Antipresse sur le sujet. Et en France ? Un reportage à charge réalisé en 2014 par Canal+ sur Oskar Freysinger pourrait servir de témoin. Un reportage tronqué et qui constitue un joli exemple pour illustrer la disparition de la vérité au bénéfice d’un empire du "Bien moralisateur".

Crédit photo : Weltbild Verlag GmbH via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

66% récolté
Nous avons récolté 1.320€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store