Accueil | Actualités | Médias | RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure
Pub­lié le 22 décembre 2017 | Éti­quettes : , ,

RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

L’Observatoire avait déjà attiré l’attention des lecteurs francophones sur la section Suisse de Reporters Sans Frontières (RSF). Cette dernière, dans une démarche inédite, avait demandé l’annulation d’une réunion du Club de la Presse de Genève (CSP), le thème abordé (les liens des casques blancs syriens avec les mouvements islamistes) ne lui convenant pas. Le président du club le député démocrate chrétien Guy Mettan refusant les pressions qualifiées d’« habituellement le fait d’États dictatoriaux ou autoritaires » avait maintenu la conférence qui fût un succès.

RSF Suisse s’est retiré mercredi 20 décembre 2017 du Club. Son président Gérard Tschopp affirme sans rire que son intention était de « susciter un débat sur le rôle, la mission et les valeurs respectives du CSP et de ses partenaires média dans un environnement informationnel en profonde transformation ». Dans le même temps RSF avait suggéré que le parlement genevois retire ou diminue sa subvention au Club ce que le Parlement avait refusé mi-décembre.

Le même Gérard Tschopp, toujours adepte du comique involontaire, déclarait dans un communiqué « que – sur fond d’un retour massif de la propagande – la distinction entre la communication et le journalisme doit être réaffirmée avec une nouvelle détermination et sans aucun compromis ». Sans réaliser que RSF Suisse par ses prises de position en faveur de la censure, son refus du débat, son mépris de tout dialogue sur des sujets « interdits » est un parfait exemple d’outil de communication, pratiquant la propagande sur fond de bonne conscience. Rappelons au malheureux Tschopp les paroles de Virgile Quos vult perdere Jupiter demendat.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This