Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

22 décembre 2017

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | not_global | RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

Accueil | not_global | RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

RSF Suisse confirme et signe en faveur de la censure

22 décembre 2017

L’Observatoire avait déjà attiré l’attention des lecteurs francophones sur la section Suisse de Reporters Sans Frontières (RSF). Cette dernière, dans une démarche inédite, avait demandé l’annulation d’une réunion du Club de la Presse de Genève (CSP), le thème abordé (les liens des casques blancs syriens avec les mouvements islamistes) ne lui convenant pas. Le président du club le député démocrate chrétien Guy Mettan refusant les pressions qualifiées d’« habituellement le fait d’États dictatoriaux ou autoritaires » avait maintenu la conférence qui fût un succès.

RSF Suisse s’est retiré mer­cre­di 20 décem­bre 2017 du Club. Son prési­dent Gérard Tschopp affirme sans rire que son inten­tion était de « sus­citer un débat sur le rôle, la mis­sion et les valeurs respec­tives du CSP et de ses parte­naires média dans un envi­ron­nement infor­ma­tion­nel en pro­fonde trans­for­ma­tion ». Dans le même temps RSF avait sug­géré que le par­lement genevois retire ou dimin­ue sa sub­ven­tion au Club ce que le Par­lement avait refusé mi-décembre.

Le même Gérard Tschopp, tou­jours adepte du comique involon­taire, déclarait dans un com­mu­niqué « que – sur fond d’un retour mas­sif de la pro­pa­gande – la dis­tinc­tion entre la com­mu­ni­ca­tion et le jour­nal­isme doit être réaf­fir­mée avec une nou­velle déter­mi­na­tion et sans aucun com­pro­mis ». Sans réalis­er que RSF Suisse par ses pris­es de posi­tion en faveur de la cen­sure, son refus du débat, son mépris de tout dia­logue sur des sujets « inter­dits » est un par­fait exem­ple d’outil de com­mu­ni­ca­tion, pra­ti­quant la pro­pa­gande sur fond de bonne con­science. Rap­pelons au mal­heureux Tschopp les paroles de Vir­gile Quos vult perdere Jupiter demendat.

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés