Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

30 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

Pre­mière dif­fu­sion le 24/10/2019

Après les attaques des sociétés de journalistes de RTL et du Figaro, les débats autour de sa participation sur LCI, CNews et Paris Première comme nous le relations au début du mois d’octobre, ce sont désormais les entreprises et les politiques qui tentent de faire taire Eric Zemmour. La saga des attaques médiatiques ne semble pas terminée comme en témoigne la réclamation faite par les élus du personnel de CNews à la direction “de cesser sa collaboration avec Eric Zemmour” le 21 octobre 2019. La direction a répondu que “Canal reste le groupe de toutes les opinions”.

Quand le grand capital se soumet aux injonctions politiquement correctes de “Sleeping giants”

Depuis la cam­pagne de lob­by­ing de Sleep­ing giants, spé­cial­isé dans le soft total­i­tarisme à coups de tweets, lancée au début du mois d’octobre pour deman­der aux annon­ceurs de ne plus dif­fuser leurs pub­lic­ités sur les chaînes dif­fu­sant Zem­mour, une ving­taine de mar­ques se sont pliées aux injonc­tions du poli­tique­ment correct.

Nutel­la a été la pre­mière à agir, suiv­ie par plusieurs acteurs du monde de la ban­cas­sur­ance, la MAIF (on sait désor­mais pourquoi ils se revendiquent “assureur mil­i­tant”), Groupa­ma, Mon­a­banq et la MAAF. En résumé, la mal­bouffe et le grand cap­i­tal de la bancassurance.

Par la suite, PSA, Maître Coq, Lip­ton, Aramisauto, Autos­phere, Atlantic, Blablacar, Direct Assur­ance, Lebon­coin, Société générale, Sko­da, Solo­cal, l’Institut Pas­teur, Volk­swa­gen et Novo­tel ont aus­si fait des courbettes. On pen­sait les grandes sociétés un peu plus solides psy­chologique­ment. Au moins, si vous tenez à la lib­erté d’expression, vous savez vous aus­si qui boycotter.

De son côté, CNews a coupé court à ce petit jeu en sem­blant ne plus dif­fuser aucune pub­lic­ité avant, pen­dant ou après l’émission Face à l’info de Zem­mour comme l’a con­staté Check­News de Libéra­tion.

Des politiciens aussi, peu adeptes de la liberté d’expression

Côté poli­tique, trois députés, Car­o­line Jan­vi­er (LREM, Loiret), Fiona Lazaar (LREM, Val d’Oise) et Guil­laume Chiche (PS puis LREM, Deux Sèvres) ont annon­cé ne plus se ren­dre sur CNews. Cédric Vil­lani a regret­té d’être venu sur la chaîne au lende­main de pro­pos “homo­phobes” de Zem­mour. Cepen­dant, il ne compte pas “boy­cotter durable­ment la chaîne”, rien d’étonnant à cinq mois des élec­tions munic­i­pales à Paris où il est can­di­dat. Une quin­zaine de mil­i­tants d’extrême gauche ont pour leur part pub­lié une tri­bune sur Medi­a­part inti­t­ulée “Nous n’irons plus sur CNews !”.

Côté per­son­nal­ités médi­a­tiques, Jacques Attali, Valérie Tri­er­weil­er et Mar­wan Muham­mad, ancien directeur du CCIF, ont annon­cé par­ticiper au boy­cott. Nul regret n’a été enreg­istré à ce jour devant cette cru­elle absence.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.