Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

30 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

Après le monde médiatique, certaines marques et quelques politiques veulent censurer Zemmour

Pre­mière dif­fu­sion le 24/10/2019

Après les attaques des sociétés de journalistes de RTL et du Figaro, les débats autour de sa participation sur LCI, CNews et Paris Première comme nous le relations au début du mois d’octobre, ce sont désormais les entreprises et les politiques qui tentent de faire taire Eric Zemmour. La saga des attaques médiatiques ne semble pas terminée comme en témoigne la réclamation faite par les élus du personnel de CNews à la direction “de cesser sa collaboration avec Eric Zemmour” le 21 octobre 2019. La direction a répondu que “Canal reste le groupe de toutes les opinions”.

Quand le grand capital se soumet aux injonctions politiquement correctes de “Sleeping giants”

Depuis la cam­pagne de lob­by­ing de Sleep­ing giants, spé­cial­isé dans le soft total­i­tarisme à coups de tweets, lancée au début du mois d’octobre pour deman­der aux annon­ceurs de ne plus dif­fuser leurs pub­lic­ités sur les chaînes dif­fu­sant Zem­mour, une ving­taine de mar­ques se sont pliées aux injonc­tions du poli­tique­ment cor­rect.

Nutel­la a été la pre­mière à agir, suiv­ie par plusieurs acteurs du monde de la ban­cas­sur­ance, la MAIF (on sait désor­mais pourquoi ils se revendiquent “assureur mil­i­tant”), Groupa­ma, Mon­a­banq et la MAAF. En résumé, la mal­bouffe et le grand cap­i­tal de la ban­cas­sur­ance.

Par la suite, PSA, Maître Coq, Lip­ton, Aramisauto, Autos­phere, Atlantic, Blablacar, Direct Assur­ance, Lebon­coin, Société générale, Sko­da, Solo­cal, l’Institut Pas­teur, Volk­swa­gen et Novo­tel ont aus­si fait des courbettes. On pen­sait les grandes sociétés un peu plus solides psy­chologique­ment. Au moins, si vous tenez à la lib­erté d’expression, vous savez vous aus­si qui boy­cotter.

De son côté, CNews a coupé court à ce petit jeu en sem­blant ne plus dif­fuser aucune pub­lic­ité avant, pen­dant ou après l’émission Face à l’info de Zem­mour comme l’a con­staté Check­News de Libéra­tion.

Des politiciens aussi, peu adeptes de la liberté d’expression

Côté poli­tique, trois députés, Car­o­line Jan­vi­er (LREM, Loiret), Fiona Lazaar (LREM, Val d’Oise) et Guil­laume Chiche (PS puis LREM, Deux Sèvres) ont annon­cé ne plus se ren­dre sur CNews. Cédric Vil­lani a regret­té d’être venu sur la chaîne au lende­main de pro­pos “homo­phobes” de Zem­mour. Cepen­dant, il ne compte pas “boy­cotter durable­ment la chaîne”, rien d’étonnant à cinq mois des élec­tions munic­i­pales à Paris où il est can­di­dat. Une quin­zaine de mil­i­tants d’extrême gauche ont pour leur part pub­lié une tri­bune sur Medi­a­part inti­t­ulée “Nous n’irons plus sur CNews !”.

Côté per­son­nal­ités médi­a­tiques, Jacques Attali, Valérie Tri­er­weil­er et Mar­wan Muham­mad, ancien directeur du CCIF, ont annon­cé par­ticiper au boy­cott. Nul regret n’a été enreg­istré à ce jour devant cette cru­elle absence.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.