Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Amber contre Lagardère/Bolloré/Lacharrière, le match continue

29 avril 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Amber contre Lagardère/Bolloré/Lacharrière, le match continue

Amber contre Lagardère/Bolloré/Lacharrière, le match continue

Amber contre Lagardère/Bolloré/Lacharrière, le match continue

Accueil | Veille médias | Amber contre Lagardère/Bolloré/Lacharrière, le match continue

29 avril 2020

Une société doit en théorie déposer ses comptes au greffe. Mais beaucoup préfèrent payer une amende et ne pas révéler des détails qui peuvent être déplaisants. Ainsi la holding personnelle d’Arnaud Lagardère ne publiait pas ses comptes depuis 2010. La Lettre A a pu jeter un coup d’œil sur les années 2017/2018.

Des comptes équilibrés fin 2018

La sit­u­a­tion n’était pas si mau­vaise pour le patron du groupe fin 2018. L’action valait près de 22€ soit pour Arnaud Lagardère un mon­tant proche de 210M€, supérieur à son emprunt auprès du Crédit Agri­cole (160M€) et très proche de son endet­te­ment total en inclu­ant les autres dettes per­son­nelles notam­ment immo­bil­ières. Jusqu’ici tout va bien ou presque.

Mais l’action joue le yoyo

Avec une action à 22€, tout roule Raoul. Mais quand le cours s’effondre autour de 10€ au pre­mier trimestre 2020, notam­ment après des pertes faramineuses dans le sport, Horace fait la gri­mace. Car à ce moment les actions détenues par Arnaud Lagardère ne valent qu’une pau­vre cen­taine de mil­lions d’euros, bien moins que la créance de la banque.

Appel au sec­ours, Sarkozy va entr­er au con­seil de sur­veil­lance, Bol­loré prend 10% du cap­i­tal et Lachar­rière 5%, l’action remonte à 17€ et se sta­bilise à 15€. La valeur des actions nanties remonte à 150M€, pas loin de la dette due à la banque, cha­peau Arnaud.

Embuscade ?

À ceci près que Marc Ladre­it de Lachar­rière a main­tenant 5%, du cap­i­tal et Bol­loré plus de 10%. Plus joli encore – ou plus inquié­tant — alors que c’était la hold­ing per­son­nelle de Bol­loré qui devait inve­stir, c’est Viven­di qui est entré comme action­naire. En-dehors du fonds Amber, deux nou­veaux loups sont dans la berg­erie, garez vos moutons !

NB : Mon­sieur Ramzi Khi­roun, porte-parole du groupe Lagardère, a porté plainte con­tre Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Cette plainte n’influence en rien les arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère, pro­prié­taire de médias (Paris Match, JDD, Europe 1). Voir notre arti­cle sur la plainte de M. Ramzi Khi­roun.

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».