Accueil | Actualités | Médias | Lagardère sport vendu, un milliard d’euros d’investissements perdus

Lagardère sport vendu, un milliard d’euros d’investissements perdus

Le sport, c’était la grande bataille d’Arnaud Lagardère pour prouver qu’il n’était pas seulement le fils de son père (Jean-Luc Lagardère décédé en 2003 d’une infection nosocomiale) mais aussi un entrepreneur. Une guerre perdue qui s’apparente à un désastre financier.

Du sport, il va y avoir du sport

C’est peut-être ce que se disait le nouvel actionnaire de référence en 2006 en investissant à tour de bras dans le rachat de droits et d’opérations marketing liés au sport avec pour ambition de devenir un acteur de premier plan dans le domaine. Tour à tour, Sportfive (principal gestionnaire de compétitions sportives en Afrique dont la CAN, la Coupe d’Afrique des Nations), IEC (gestion de droits de télévision liés à différents sports) puis World Sport Group (basé à Singapour, actif notamment dans le football, le golf et le cricket) sont achetés pour 1,2 milliards d’euros.

Plus dure sera la chute

13 ans plus tard le groupe a déprécié ces actifs de plus de 1,1 milliards d’euros, soit une dépréciation de plus de 80M€ par an. Pire, alors que la vente de Lagardère sports au groupe américain Wasserman était quasi conclue, le groupe a perdu les droits d’organisation de la CAN qu’il détenait encore pour une vingtaine d’années. Conséquence la vente se serait faite à un fonds d’investissement pour moins de 100 millions d’euros, encore le groupe Lagardère a-t-il été contraint de garder 25% des parts.

Ces mauvaises opérations engendrent de mauvaises rumeurs sur la future configuration du groupe. Après la vente de la plupart des magazines, restent Paris Match, le JDD et Europe 1 dans Lagardère médias, encore la radio est-elle mal en point. Les activités d’Hachette et celles des boutiques hors taxes et galeries marchandes (plus les Relay) sont rentables et sécurisées. Mais quid de l’endettement du groupe ? Selon le Financial Times, pour la première fois la dette de la holding personnelle d’Arnaud Lagardère dépasse la participation qu’elle détient dans le groupe. Arnaud Lagardère ne publie pas les comptes de sa holding personnelle Lagardère Capital&Management. Et dans une société en commandite on est responsable sur ses actifs personnels….

AVERTISSEMENT : le porte-parole du groupe Lagardère Monsieur Ramzi Khiroun a porté plainte contre Claude Chollet, directeur de la publication de l’Ojim pour « injures publiques », voir notre article sur le sujet ici. Cette affaire judiciaire, qui sera jugée en 2020, n’interfère en rien avec les articles que nous publierons sur le groupe Lagardère et ses activités liées aux médias.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This