Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
AG du groupe Lagardère, une victoire à la Pyrrhus

9 mai 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | AG du groupe Lagardère, une victoire à la Pyrrhus

AG du groupe Lagardère, une victoire à la Pyrrhus

AG du groupe Lagardère, une victoire à la Pyrrhus

Accueil | Veille médias | AG du groupe Lagardère, une victoire à la Pyrrhus

9 mai 2020

Nous sommes revenus plusieurs fois  sur la lutte entre Amber (fonds américain) et Arnaud Lagardère pour le contrôle du groupe éponyme. Ce dernier a gagné une manche lors de l’assemblée générale à huis clos du 5 mai 2020 mais il pourrait bien perdre le match. Avis de l’arbitre.

Un vote gagné haut la main

Un des enjeux était le vote pour nom­mer les mem­bres du con­seil d’administration. Le Qatar (20% des droits de votes) a voté con­tre toutes les nom­i­na­tions pro­posées par Amber, rejetées par un peu moins de 60% ou proche de 70% suiv­ant les can­di­dats. Le prési­dent du con­seil de sur­veil­lance a été con­fir­mé. L’arrivée de Nico­las Sarkozy (au mieux avec les qataris) et de Guil­laume Pépy (ex PDG de la SNCF) ont fait leur effet. Pre­mier set 6/1 pour Arnaud.

Mais la commandite est en péril

Bien qu’Arnaud Lagardère indique ne rien avoir promis à Bol­loré et Ladre­it de Lachar­rière, ses nou­veaux action­naires (qui ont voté pour lui), qui pour­rait croire que ces deux croc­o­diles expéri­men­tés vont rester pas­sifs, l’arme au pied ? Amber a beau jeu de soulign­er qu’Arnaud Lagardère (via la com­man­dite) con­trôle la société avec seule­ment 7% des parts. Tout en sig­nalant que sous sa ges­tion fan­tasque, son groupe a per­du la moitié de son chiffre d’affaires, englouti des sommes faramineuses dans le sport, et vu l’action plonger.

La gou­ver­nance du groupe est bel et bien en jeu ain­si que ses étranges (et généreuses) poli­tiques de rémunéra­tion révélées récem­ment par Cap­i­tal et sur lesquelles nous revien­drons. Les deux prochains sets seront à suiv­re de près, nous ver­rons si Bolloré/Lacharrière se con­tenteront de ren­voy­er la balle ou mon­teront tout à coup au filet.

Voir notre infographie sur le groupe Lagardère.

NB : Mon­sieur Ramzi Khi­roun, porte-parole du groupe Lagardère, a porté plainte con­tre Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Cette plainte n’influence en rien les arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère, pro­prié­taire de médias (Paris Match, JDD, Europe 1). Voir notre arti­cle sur la plainte de M. Ramzi Khi­roun.

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».