A la une
Niel, Bergé et Pigasse vont-ils s’offrir le Nouvel Obs ?

Niel, Bergé et Pigasse vont-ils s’offrir le Nouvel Obs ?

Télécharger en PDF

Le trio d’actionnaires du Monde, Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse est en négociation pour le rachat du Nouvel Observateur, ont rapporté Le Figaro et Les Échos.

C’est Claude Perdriel, 87 ans, actuel patron du magazine qu’il a fondé il y a 50 ans, qui l’a annoncé ce mardi matin aux salariés. Pour le moment, les deux parties étudieraient un rachat via la holding du Monde (LML, Le Monde Libre), celle-là même que le trio B-N-P détient à parts égales. Cependant, dans ce schéma, Perdriel devrait conserver malgré tout 35 % du titre.

Toujours selon Perdriel, dont les propos ont été rapportés par un salarié, le prix de vente se situerait autour de 13,4 millions d’euros (pour 65 % du capital). « Claude nous a expliqué qu’il mettait des conditions hors normes au rachat d’où le montant peu élevé des repreneurs », explique ce salarié. Et de plaisanter : « C’est bizarre que nous apprenions cela pour le premier jour des soldes ! »

Cette vente ne se fera pas sans conditions. Claude Perdriel aurait demandé le maintien de l’équipe dirigeante actuelle, mais aussi celui de la ligne « sociale-démocrate » que prétend défendre le Nouvel Obs. Il souhaite également qu’aucun licenciement ne soit fait sans son accord. Enfin, Perdriel souhaite demeurer président du comité éditorial du journal (qui rassemble la direction et la rédaction) dans le but de faire accepter sa charte aux futurs actionnaires. En effet, les conditions sont nombreuses, mais le prix de vente reste peu élevé.

De quoi motiver le trio d’actionnaires ? Ce n’est pas le cas de Pierre Bergé qui, dans Le Monde, a confié qu’il n’avait « pas l’intention de le faire ». Visiblement, les trois hommes ne seraient pas d’accord entre eux… Mais ce mercredi, une source interne a indiqué à l’AFP que le rachat allait bien avoir lieu. « Dans cette affaire, l’homme clef des négociations pour Le Monde, c’est Xavier Niel. Claude Perdriel nous a dit qu’il n’avait rencontré ni Matthieu Pigasse, ni Pierre Bergé. Il a croisé Xavier Niel aux Maldives pendant les vacances de Noël où ils auraient trouvé un accord de principe. C’est ce qu’il a expliqué », conclut un salarié.

Début décembre, Claude Perdriel avait fait part de sa volonté de vendre le Nouvel Obs (dont fait partie Rue89). Il avait alors multiplié les appels du pied : à Xavier Niel, patron de Free, à Jacques-Antoine Granjon, PDG de Ventesprivées.com ainsi qu’à Jean-Louis Beffa, ex PDG de Saint-Gobain. Au-delà de cette intention, le patron de l’hebdomadaire souhaitait que le Nouvel Observateur et Le Monde, qui ont une ligne éditoriale assez similaire, se rapprochent. En 2011, alors associé à Orange, Claude Perdriel n’était pas parvenu à racheter le quotidien… cédé alors au trio qui convoite aujourd’hui le sien.

Le Nouvel Observateur, premier hebdomadaire d’information français, maintient ses ventes à plus de 500 000 exemplaires mais devrait perdre 5 à 7 millions d’euros cette année. Claude Perdriel venait d’injecter 17 millions d’euros dans le magazine pour apurer ses dettes.

Infographies à télécharger

Infographie du groupe Le MondeInfographie de Xavier NielInfographie de Matthieu Pigasse

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook