Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Victoire de Trump : Soros et ses alliés se rebiffent

28 décembre 2016

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | [Rediffusion] Victoire de Trump : Soros et ses alliés se rebiffent

[Rediffusion] Victoire de Trump : Soros et ses alliés se rebiffent

[Red­if­fu­sion — arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 21/11/2016]

Une campagne s’orchestre depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis dont le but est de vendre au public l’idée de son remplacement. Un changement de régime en somme. À la manœuvre : George Soros, bien décidé à faire jouer tous ses réseaux. Dix jours après le choc, voyons où en est la contre-attaque.

Invité par Fox News le 18 novem­bre, l’animateur radio Chris Plante a relevé que l’élection de Trump a été pour les médias « ce que le 11 sep­tem­bre fut pour les ser­vices de ren­seigne­ment. Une fail­lite éthique… leur cat­a­stro­phe ! » Et de pré­cis­er : « C’était dans la poche, Hillary allait gag­n­er, et elle a per­du… Leurs tours se sont effon­drées… et, pour se rac­crocher, ils pré­par­ent main­tenant “leur inva­sion de l’Irak” ». Trump est ain­si devenu le « dji­hadiste » à abat­tre, coûte que coûte.

Une stratégie payante

Avec à peine 15% des moyens financiers d’Hillary Clin­ton, Trump a habile­ment et mas­sive­ment gag­né un max­i­mum « his­torique » d’États et de Grands Électeurs. Il a géré sa cam­pagne en con­cen­trant ses forces sur les lais­sés-pour-compte du sys­tème. Com­prenant les règles, il n’a pas fait cam­pagne là où il était sûr de per­dre : New York et la Cal­i­fornie, où Hillary a donc pu engranger des voix « inutiles » dans ces deux réser­voirs de larges pop­u­la­tions, ce qui lui a don­né la majorité du vote « nation­al » tout en per­dant au col­lège élec­toral.

La carte des résul­tats est frap­pante, surtout lorsque celle-ci détaille chaque cir­con­scrip­tion élec­torale (les « comtés » intra états) : hormis les grandes villes de la côte ouest et la métro­pole newyorkaise, le ter­ri­toire est totale­ment peint en rouge (couleur des répub­li­cains). Il en va de même pour la représen­ta­tion aux assem­blées lég­isla­tives locales, tout comme pour les postes de gou­verneurs des États : seuls cinq États sur cinquante accor­dent à la fois le con­trôle de l’exécutif et du lég­is­latif aux démoc­rates. La revanche de l’empire con­ti­nen­tal sur l’empire mar­itime, en somme.

Soros, lui aus­si, a vu rouge, ce que souligne Politi­co. Le phil­an­thrope, avec sa puis­sante Democ­ra­cy Alliance, a organ­isé une ren­con­tre le dimanche 13 novem­bre à l’hôtel Man­darin, à Wash­ing­ton, avec les prin­ci­paux dona­teurs démoc­rates et plusieurs élus, dont la cal­i­forni­enne Nan­cy Pelosi, leader des démoc­rates de la Cham­bre, accom­pa­g­née de la séna­trice Eliz­a­beth War­ren. Selon Politi­co, il s’agit de s’organiser pour « repren­dre le pou­voir », et de com­pli­quer le déroule­ment des pre­miers cent jours de Trump.

Contre-attaque du système

En atten­dant, un « Maï­dan améri­cain » ram­pant a été lancé au lende­main de l’élection. Il s’est d’abord cen­tré sur le thème de la cat­a­stro­phe qui serait enclenchée par le nou­veau cycle trumpi­en :

  • Man­i­fes­ta­tions « spon­tanées » quo­ti­di­ennes, coor­don­nées par moveon.org et autres fon­da­tions, relayées en con­tinu par les médias, qui assè­nent un mes­sage som­bre : le peu­ple est très inqui­et.
  • Mul­ti­ples reportages sur l’inquiétude des jeunes, et les poli­tiques de sou­tien psy­chologique post deuil élec­toral.
  • Mul­ti­ples inter­views télévisés de psy­cho­logues paten­tés pour aider les adultes à affron­ter le trau­ma d’une vie sans Hillary.

Et pour cause : avec un Trump hos­tile à la sci­ence, survient l’aube d’un Nou­v­el Âge des Ténèbres : la planète va cuire, les jeunes vont mourir à la fleur de l’âge et affamés (The prospect of a new Dark AgeThe Atlantic, Novem­ber 15, 2016).

En par­al­lèle, on dénonce le réveil des forces du mal :

  • On oublie de rap­porter les agres­sions trumpophobes, cer­taines très vio­lentes, con­tre tout faciès sus­cep­ti­ble d’évoquer un sou­tien à Trump.
  • Mais on pub­lie et mon­tre larga manu une soudaine inva­sion de graf­fi­tis racistes en quête d’auteurs.
  • Surtout on organ­ise une veille télé­phonique et sur médias soci­aux pour suiv­re « les très nom­breuses agres­sions racistes et islam­o­phobes au lende­main de la vic­toire de Trump », les jour­naux pho­tographi­ant des murs de post-it qui cou­vrent leurs salles de rédac­tion afin que télévi­sions et les politi­ciens relaient… même quand les plaig­nants se récusent.

Vient alors le temps mon­tr­er que Trump n’est pas légitime.

Un procès en légitimité

Il est ain­si bruyam­ment rap­pelé que seule Clin­ton a gag­né le vote nation­al, avec 1,5 mil­lion de voix d’avance sur Trump. Il faut donc respecter la démoc­ra­tie.

Une volte­face intéres­sante : en mars dernier, le Wash­ing­ton Post (Derek T. Muller, The elec­toral col­lege could still stop Trump, even if he wins the pop­u­lar vote), craig­nant un suc­cès de Trump, se réjouis­sait de l’existence du sys­tème de col­lège élec­toral, qui offrait la pos­si­bil­ité de l’éliminer, quand bien même ce dernier gag­n­erait le vote pop­u­laire. L’article pré­ci­sait, citant Hamil­ton, que les fon­da­teurs avaient craint que le peu­ple puisse pren­dre des déci­sions « hâtives, rad­i­cale­ment viciées, et sen­si­bles à la tromperie  [car man­quant de] capac­ité de juge­ment ». D’où la pro­liféra­tion de chroniques faisant appel aux grands électeurs afin qu’ils fassent bas­culer leur vote sur Clin­ton le 19 décem­bre 2016. Car il s’agirait en fait de « sécu­rité nationale ».

Dans sa chronique du 18 novem­bre (The Hill: Elec­toral col­lege, a call to duty), l’avocat Russ May argu­mente : « la créa­tion du col­lège élec­toral […] sig­nifi­ait de sere­ines délibéra­tions, per­me­t­tant de se pré­mu­nir con­tre toute inter­férence étrangère, tout can­di­dat n’ayant pas le car­ac­tère, ou tout tyran charis­ma­tique et manip­u­la­teur » Or, avec Trump, « le résul­tat de l’élection est terni par une intrigue étrangère qui risque de détru­ire les fon­da­tions de la démoc­ra­tie ». Et de citer la cam­pagne de Wik­ileaks.

Tempête dans un verre d’eau ?

Un tel dossier d’instruction visant une action en Impeach­ment con­tre le Prési­dent Trump est certes plau­si­ble. Mais le prob­lème actuel de Georges Soros est qu’Hillary a implosé depuis l’élection, lâchée implicite­ment par Oba­ma dans deux dis­cours, dont l’un pronon­cé à Berlin. Le par­ti démoc­rate est en recon­struc­tion, ten­tant de revenir au pro­gramme tra­vail­liste que Trump lui a con­fisqué. Avec un ter­ri­ble besoin de sang neuf.

Quant à Trump, il sem­ble nouer des alliances bipar­ti­sanes avec le sou­tien de répub­li­cains et démoc­rates « tra­di­tion­nels » afin de met­tre en place sa poli­tique d’infrastructures, son pro­gramme de réduc­tions d’impôts et sa nou­velle poli­tique de com­merce inter­na­tion­al. Pru­dent, il agit en stéréo : d’un côté il sem­ble se dot­er d’un boucli­er, avec un cab­i­net min­istériel « tech­nocra­tique » et ras­sur­ant, mais égale­ment d’un glaive, avec des con­seillers prési­den­tiels sans porte­feuille et « con­tro­ver­sés » qui devront veiller à l’application quo­ti­di­enne de son pro­gramme élec­toral. En bref, ses « com­mis­saires poli­tiques », bien enten­du très cri­tiqués par la presse dom­i­nante.

Mais la nou­velle cam­pagne en cours dans les Grands Médias, con­fir­mée par Oba­ma lors de son voy­age en Alle­magne, est la suiv­ante : les sites de « fauss­es infor­ma­tions » pul­lu­lent sur les médias soci­aux. Ceci explique la vic­toire de Trump. Il est temps de gér­er le prob­lème. Mark Zucker­berg vient d’indiquer qu’il s’attelle au prob­lème en « régu­lant » Face­book. Pourquoi pas un Min­istère de la Vérité comme dans 1984 d’Orwell ? L’Ojim suiv­ra évidem­ment avec atten­tion ce dossier qui a une influ­ence directe sur l’Europe dans les prochaines semaines.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.