Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Peut on attaquer Facebook en justice depuis la France ? Génération Identitaire s’y lance

5 décembre 2018

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Peut on attaquer Facebook en justice depuis la France ? Génération Identitaire s’y lance

Peut on attaquer Facebook en justice depuis la France ? Génération Identitaire s’y lance

Accueil | Veille médias | Peut on attaquer Facebook en justice depuis la France ? Génération Identitaire s’y lance

Peut on attaquer Facebook en justice depuis la France ? Génération Identitaire s’y lance

5 décembre 2018

Lundi 12 novembre, dans un discours au Forum sur la gouvernance de l’Internet et comme nous le relations, le Président Macron a annoncé un programme de travail commun avec Facebook contre les « discours de haine ». Comprenons : tout discours contraire aux intérêts matériels et moraux du monde libéral libertaire, communs à l’entourage macronien et aux sociétés californiennes qui dominent le numérique. Peut-on se défendre lorsque Facebook supprime ou censure un compte ? Un mouvement de jeunes le tente.

La Dilcrah revendique la censure

Le mou­ve­ment de jeunesse Généra­tion Iden­ti­taire s’était vu cen­suré sans préavis le 3 mai 2018 par Face­book. À la suite de leur opéra­tion paci­fique qui blo­quait un col dans les Alpes pour rétablir une fron­tière sym­bol­ique, la Dil­crah (Délé­ga­tion Inter­min­istérielle à la Lutte Con­tre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT, ouf), demandait à Face­book de sup­primer la page de Généra­tion Iden­ti­taire qui com­pre­nait plus de 120.000 abon­nés. Ce qui fut fait par le réseau social et revendiqué par l’organisme gou­verne­men­tal de censure.

Assignation de Facebook

Ceux et celles qui ont vu leur compte sup­primé ou caviardé ou cen­suré et qui ont essayé de com­mu­ni­quer avec le réseau cal­i­fornien en sont restés pour leurs frais. Face­book cen­sure pour les raisons les plus vagues, « votre post est con­traire à la poli­tique de Face­book etc ». Cette fois ci le mou­ve­ment de jeunes porte l’affaire devant la jus­tice. Il a déposé assig­na­tion le 21 novem­bre 2018 devant la 17ème cham­bre du tri­bunal de grande instance de Paris, deman­dant la réac­ti­va­tion des pages sup­primées sans rai­son ain­si que le verse­ment de dom­mages et intérêts. La réac­tion de Face­book n’est pas encore con­nue, mais l’affaire mérite d’être suiv­ie. Pour la lib­erté d’expression de cha­cun face aux nou­velles censures.

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés