Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Sophia Aram, l’échec de trop pour Philippe Vilamitjana
Sophia Aram, l’échec de trop pour Philippe Vilamitjana

22 octobre 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Sophia Aram, l’échec de trop pour Philippe Vilamitjana

Sophia Aram, l’échec de trop pour Philippe Vilamitjana

Sophia Aram, l’échec de trop pour Philippe Vilamitjana

Philippe Vilamitjana, le directeur des programmes de France 2, a été débarqué de son poste ce week-end.

L’échec cuisant de l’émission de Sophia Aram, « Jusqu’ici tout va bien », est la cause prin­ci­pale de ce limo­geage. Mer­cre­di dernier, elle a enreg­istré la pire audi­ence depuis son lance­ment (2,6% de part d’au­di­ence). « C’est un échec per­son­nel pour Philippe Vil­amit­jana, qui avait fait de la recon­quête de l’access-prime-time son chantier prin­ci­pal pour la ren­trée 2013 », écrit Libéra­tion. Au-delà du bide qu’a fait Sophia Aram sur le petit écran, entrainant le JT de 20h dans sa chute, les émis­sions « Dans la peau d’un chef » et « Un air de famille » ont égale­ment fait défaut.

Ce n’est pas la pre­mière fois que les choix de Philippe Vil­amit­jana causent du tort à France 2. En 2012, l’émission « Vous trou­vez ça nor­mal ? » présen­tée par Bruce Tou­s­saint avait été sup­primé après trois mois de retrans­mis­sion. « Roumanoff et les garçons » est égale­ment à déplor­er pour le directeur des pro­grammes de France 2. « Et c’est à lui tou­jours que revient la sup­pres­sion des « Mots de minu­it », en juin dernier — sup­pres­sion injus­ti­fiée, au vu des économies de bout de chan­delle réal­isées, et une émis­sion non rem­placée, con­traire­ment à Tarata­ta, elle aus­si stop­pée par le directeur des pro­grammes de la Deux », ajoute Libéra­tion.

En out­re, France Télévi­sions « a décidé de con­fi­er à Thier­ry Thuil­li­er la Direc­tion de l’an­tenne et des pro­grammes de France 2 pour une mis­sion dont la pri­or­ité sera la redéf­i­ni­tion des pro­grammes des après-midi de France 2 et, plus générale­ment, la réaf­fir­ma­tion du statut général­iste de référence de la pre­mière chaîne du ser­vice pub­lic. », écrit le groupe pub­lic dans un communiqué.

Voir aussi : Sophia Aram, la reine
de la polémique bien-pensante (portrait)

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France Inter via Youtube

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.