Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Salaires dans le groupe Lagardère, du très lourd

27 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Salaires dans le groupe Lagardère, du très lourd

Salaires dans le groupe Lagardère, du très lourd

[Pre­mière dif­fu­sion le 22 mai 2020]

La dernière assemblée générale du groupe a été pour son PDG un succès, mais qui s’apparente à une victoire à la Pyrrhus. Si les prétentions du groupe américain Amber ont été défaites, l’irruption au capital de Marc Ladreit de Lacharrière et surtout de Vincent Bolloré, maintenant proche de 14% des parts, est lourde de changements significatifs pour l’avenir. De quoi inquiéter une garde rapprochée aux émoluments mirifiques comme le rapporte le magazine Capital du 4 mai 2020.

Plus les actifs diminuent, plus les salaires augmentent

Sous le règne d’Arnaud Lagardère, entre 2003 et 2019, en arrondis­sant, le chiffre d’affaires a été divisé par 2, la valeur en bourse par 2,6, les effec­tifs réduits d’un petit 30%, mais son salaire fixe a aug­men­té de 24%. Voir notre info­gra­phie sur le groupe.

Le cab­i­net de con­seil Prox­in­vest a appelé à vot­er con­tre les émol­u­ments jugés exces­sifs des cadres du groupe, il a été débouté de sa demande. Le gérant (Arnaud lui-même) touche un salaire brut de 1,1M€ plus un bonus max­i­mum de 1,7M€, une rémunéra­tion « digne du CAC 40 ». Plus des div­i­den­des etc.

Les cadres supérieurs choyés, trop choyés ?

Prenons le secré­taire général du groupe, Pierre Leroy, son salaire est mul­ti­plié par 2,2 en qua­torze ans, pas­sant à 1,4M€ en 2019, alors que le groupe rétréc­it comme une peau de cha­grin. Encore faut-il ajouter un bonus autour de 700K€. Le DRH Thier­ry Funck-Brentano nav­igue dans les mêmes eaux, 1,2M de salaire brut et un bonus de 700K€.

Curieuse­ment, il n’est pas pos­si­ble pour 2019 de déter­min­er exacte­ment les salaires et les bonus du directeur financier Gérard Adsuar et du porte-parole Ramzi Khi­roun, car leurs salaires et bonus sont présen­tés de manière cumulée, au nom du « respect de la vie privée ». Le cumul donne un salaire fixe total de 1,8M€ et un bonus (2019) de 1M€, coupons la poire en deux, cela fait 1,4M€ cha­cun. Il sem­ble que les bonus soient accordés de manière sys­té­ma­tique, quels que soient les résul­tats du groupe.

Primes exceptionnelles et avantages divers

Il y a les bonus mais aus­si des « primes excep­tion­nelles » ron­delettes. En 2014, Leroy, Funck-Bre­tano et Khi­roun empochent 1,1M€ cha­cun. Ce dernier en 2018 et avec Adsuard touche 1,2M€ sans qu’il soit pos­si­ble de dire qui a touché quoi. Rajou­tons les « retraites cha­peaux », sur-coti­sa­tions patronales qui per­me­t­tent d’augmenter les retraites des heureux béné­fi­ci­aires. Le coût en a été estimé à 45M€ en 2010. Pas­sons sous silence les attri­bu­tions gra­tu­ites d’actions pour ne pas com­pli­quer les choses.

Le groupe est aus­si généreux avec ceux qui le quit­tent. Les indem­nités de départ sont copieuses. Le respon­s­able des mag­a­zines est par­ti avec 3M€ plus 3,6M€ sup­plé­men­taires après procès. Un directeur financier part en 2016 avec 3,7M€. Mieux, son suc­cesseur, qui ne reste que moins de 3 mois, part avec 600K€.

Mais le groupe demande par­fois des sac­ri­fices, mais si ! Les cinq prin­ci­paux dirigeants ont accep­té de baiss­er leur salaire fixe de 20% jusqu’à l’été 2020 et peut-être au-delà si le coro­n­avirus fait encore par­ler de lui. Même si leurs rémunéra­tions antérieures leur per­me­t­tent de voir venir, on ne peut que saluer un tel sens du devoir. Cha­peau ! et même (retraite) cha­peau !

NB : Mon­sieur Ramzi Khi­roun, porte-parole du groupe Lagardère, a porté plainte con­tre Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Cette plainte n’influence en rien les arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère, pro­prié­taire de médias (Paris Match, JDD, Europe 1). Voir notre arti­cle sur la plainte de M. Ramzi Khi­roun.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).