Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Public Sénat fête ses 20 ans

6 mai 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Public Sénat fête ses 20 ans

Public Sénat fête ses 20 ans

La chaîne Public Sénat, qui a fêté ses 20 ans au mois de mars 2020, a récemment été présentée par son PDG Emmanuel Kessler comme essentiellement une chaîne de débats : très longues heures de débats au Sénat, des auditions, documentaires faisant intervenir différents protagonistes. Mais la chaîne présente également un site internet contenant nombre d’articles. Courte présentation.

Le temps du débat

Dans une récente inter­view don­née au site puremedias.com, Emmanuel Kessler déclarait « La télévi­sion a un rôle majeur à jouer, c’est le décryptage, c’est le temps du débat, c’est le temps du réc­it et de l’explication de l’actualité ». Il se per­me­t­tait d’ajouter, auto-pro­mo­tion oblige, que jamais Pub­lic Sénat n’avait été aus­si utile qu’aujourd’hui.

D’Amazon au copinage avec SOS Racisme

La chaîne a mis en avant le sys­tème d’Amazon avec un doc­u­men­taire sur Jeff Bezos et son entre­prise le 2 mai 2020. Dans ce doc­u­men­taire on décou­vre un homme plutôt antipathique et au pro­jet jugé assez dan­gereux, exploitant ses employés à tra­vers le monde. Le même jour la chaîne pas­sait un doc­u­men­taire dans l’air du temps, inti­t­ulé « À notre tour », rela­tant l’aventure du tour « Salam Shalom Salut » organ­isé par SOS Racisme. On appréciera le titre du doc­u­men­taire et l’ordre des mots choisit pour le tour de SOS Racisme. Le ton du doc­u­men­taire est des plus prévis­i­bles, avec une réc­on­cil­i­a­tion de jeunes issus de la com­mu­nauté juive et musul­mane. Un des inter­venants est le sym­pa­thique Dominique Sopo, prési­dent de SOS Racisme, qui en cette année 2020 s’est dis­tin­gué par une insulte à car­ac­tère raciste con­tre Jean Mes­si­ha, le com­para­nt à un chameau. Ce doc­u­men­taire a été réal­isé par Han­na Assouline et a fait l’objet d’une inter­view de la réal­isatrice sur le site de Pub­lic Sénat, cette dernière souligne : « Une sim­ple ren­con­tre entre deux jeunes a beau­coup plus d’impact que les grands dis­cours ». On la croit volon­tiers…

Emmanuel Kessler a révélé lors de son inter­view au site puremedias.com avoir aug­men­té de 10% le bud­get pour les doc­u­men­taires sur la chaîne Pub­lic Sénat. La chaîne a pro­posé de nom­breux sujets ces dernières semaines avec notam­ment un doc­u­men­taire sur Thomas Pes­quet et son objec­tif d’aller sur Mars, ou encore un doc­u­men­taire adap­té des mémoires de Daniel Cordier, résis­tant français.

Sur le site

Sur le site de Pub­lic Sénat on peut décou­vrir une inter­view de Jérôme Four­quet, le poli­to­logue qui a mis en avant le con­cept de « l’archipellisation » de la société française. C’est finale­ment la jour­nal­iste Rebec­ca Fitous­si qui pose une ques­tion plus polémique « Oui mais ces allu­sions au dis­cours changeant du monde sci­en­tifique (pro­pos d’Édouard Philippe évo­qués par Four­quet)… Était-ce une façon de se dédouan­er du flou qui lui a été reproché ? ». Enfin le poli­to­logue d’ajouter : « Et puis on a toute une autre par­tie de la pop­u­la­tion, type Gilets jaunes, qui, eux, n’ont pas du tout renon­cé au mode de con­som­ma­tion habituel et pour lesquels la con­som­ma­tion est très statu­taire voire iden­ti­taire. C’est une façon de se réalis­er. On a vu par exem­ple les files d’at­tente inter­minables devant les McDrive ».

La chaîne Pub­lic Sénat reste avant tout une chaîne mon­trant prin­ci­pale­ment les débats au Sénat et au sein des insti­tu­tions. Ce qui a pu être intéres­sant notam­ment lors de l’affaire Benal­la qui a été par­ti­c­ulière­ment débattue à l’intérieur du Sénat. Pour le reste, s’il y a de nom­breux doc­u­men­taires et des archives d’intérêt dif­fusées, on est loin d’être sur une chaîne de débats et de décryptage de l’actualité comme peut l’être la chaîne CNews. Et encore plus loin d’une chaîne plu­ral­iste financée par les impôts. Emmanuel encore un effort !

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.