Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Thierry Thuillier
Mis à jour le

5 novembre 2019

Temps de lecture : 9 minutes

Thierry Thuillier

L’homme fort de TF1

Né en 1963, Thierry Thuillier est un journaliste professionnel. Entré à TF1 en 1990, puis à France 2 en 1994, il y gravit les échelons et se retrouve rédacteur en chef du « 20 heures » de France 2 en 2007. Il quitte ensuite l’audiovisuel public pour i>Télé en 2008, revient dans l’audiovisuel public en 2010, devient patron de France 2 en 2013 pour partir à Canal+. Débarqué trois mois après par Vincent Bolloré, il part à l’été 2016 sur LCI dont il devient le nouveau directeur général. Il aura la lourde tâche de donner un nouvel avenir à cette chaîne, désormais gratuite et qui a la nécessité d’exister dans le paysage très concurrentiel des chaînes gratuites d’information continue, entre BFMTV, FranceInfo et CNews.

Formation

Diplômé de l’In­sti­tut d’é­tudes poli­tiques de Paris après une licence d’ad­min­is­tra­tion économique et sociale, il entre à l’in­sti­tut de sondages BVA en 1986, puis devient jour­nal­iste.

Parcours professionnel

Au début des années 1990, alors qu’il a 27 ans, il entre à TF1 où il devient reporter chargé de la poli­tique étrangère de 1990 à 1993 puis de la poli­tique intérieure jusqu’en 1994.

En 1994, il rejoint France 2. Il y inter­vient régulière­ment dans les jour­naux télévisés et présente à la fin des années 1990 cer­taines édi­tions de la nuit. Il a aus­si occupé de 2000 à 2003 le poste de chef du ser­vice inter­na­tion­al avant d’as­sumer celui de chef du ser­vice enquête et reportage des bureaux de l’é­tranger, de 2003 à 2007. En août 2007, il est nom­mé rédac­teur en chef du jour­nal de 20 heures de France 2 par Arlette Chabot. Par­al­lèle­ment, entre 2002 et 2008, il présente l’émis­sion de géopoli­tique de France 2 « Un œil sur la Planète ».

Au print­emps 2008, il quitte France 2 pour devenir chef de la rédac­tion de la chaîne d’in­for­ma­tion en con­tinu i>Télé (groupe Canal+) en dif­fi­cultés face à sa con­cur­rente BFMTV. Il trans­forme cette chaîne mag­a­zine en chaîne d’ac­tu­al­ité con­tin­ue, avec deux jour­naux d’ac­tu­al­ité par heure (con­tre un précédem­ment) et un rap­pel des titres tous les quarts d’heure. En août 2010, il revient à l’au­dio­vi­suel pub­lic, où il devient directeur de l’in­for­ma­tion, à la place d’Ar­lette Chabot. En octo­bre 2013 il devient patron de France 2 pour ten­ter de redress­er la barre après de mau­vais­es audi­ences, et reste directeur de l’in­for­ma­tion. Appré­cié de ses équipes, il met en chantier le plan « Info 2015 », con­testé en interne, qui prévoit la fusion des rédac­tions nationales de France 2 et France 3, et on lui doit aus­si une notable pro­gres­sion de l’au­di­ence de France 2. Il émet aus­si l’idée d’une chaîne d’in­for­ma­tion en con­tinu publique, mais qu’il voulait tout-numérique. La nou­velle prési­dente Del­phine Ernotte reprend ce pro­jet, en le réori­en­tant vers la TNT et en gon­flant son enveloppe budgé­taire, passée de 6,5 à 18 mil­lions d’eu­ros ; ce sera France Info, lancée le 1er sep­tem­bre 2016.

Le 1er juin 2015, il quitte France Télévi­sions pour Canal+ pour devenir directeur du ser­vice des sports, une pas­sion chez celui qui pra­tique la course à pied et suit assidû­ment les matchs de rug­by. Il avait d’abord été pressen­ti pour redress­er « le Grand Jour­nal », et peut-être cha­peauter i>Télé. Il part sur fond de ten­sions pro­fes­sion­nelles, alors que la nou­velle direc­trice de l’au­dio­vi­suel pub­lic, Del­phine Ernotte, remanie pro­fondé­ment les équipes dirigeantes et fait entr­er ses hommes. Il a aus­si atten­du, sans suc­cès, que la nou­velle prési­dente garan­tisse l’indépen­dance de France Télévi­sions par rap­port au pou­voir exé­cu­tif. Après un pas­sage éclair, 3 mois à peine, il est débar­qué par Vin­cent Bol­loré qui le rem­place par un proche, Thier­ry Chele­man. Non réaf­fec­té, il quitte Canal+ début octo­bre.

En novem­bre 2015, il rejoint Elephant&Cie, la société de pro­duc­tion de Thier­ry Bizot et d’Em­manuel Chain. Six­ième pro­duc­teur français de fic­tion, selon le classe­ment du mag­a­zine Écran Total, Éléphant pro­duit des séries comme « Fais pas ci, Fais pas ça », « Par­ents Mode d’Em­ploi », « Duel au Soleil », « WorkinGirls », « La Sta­giaire », « Le Mys­tère du Lac », réalise aus­si des mag­a­zines (« Sept à Huit » pour TF1, « Les pou­voirs extra­or­di­naires du Corps humain » pour France 2) et une quin­zaine de doc­u­men­taires par an. Il y est chargé de dévelop­per une nou­velle offre de mag­a­zines.

Le 21 juil­let 2016, le groupe TF1 le nomme directeur général de la chaîne LCI. La chaîne était sans rédac-chef après le départ sur­prise de Céline Pigalle quelques mois plus tôt ; venue d’ i>Télé en févri­er, elle est par­tie en juin sur fonds de dif­férends avec le co-directeur général Nico­las Char­bon­neau. Sa mis­sion est alors de con­solid­er l’au­di­ence, sans pou­voir s’ap­puy­er sur le matraquage de l’in­for­ma­tion brûlante – auprès du CSA, LCI s’est engagée à un jour­nal d’ac­tu­al­ité par heure seule­ment, et un flash toutes les demi-heures – mais aus­si la rédac­tion éprou­vée par une année de tribu­la­tions et d’in­cer­ti­tudes quant à l’avenir de la chaîne.

Cette col­lab­o­ra­tion entre Cather­ine Nayl et Thuil­li­er s’avère rapi­de­ment assez fructueuse puisque LCI est classé deux­ième chaîne d’information en 2017. Ses bons résul­tats l’amènent à être pro­mu en tant que directeur général de l’information de TF1 un an plus tard, le 28 sep­tem­bre 2017, afin de rem­plac­er Cather­ine Nay, qui entrete­nait une rela­tion exécrable avec le PDG de TF1 Giles Pélis­son.

Il est à l’origine du renou­velle­ment de façade du jour­nal de 20h de la chaîne à la ren­trée 2018, qui fait désor­mais la part belle aux décors virtuels ain­si qu’aux images en trois dimen­sions (190 m² au lieu de 125 m²). Cette nou­velle mou­ture est com­plétée par un nou­veau mag­a­zine inti­t­ulé 20h le mag cen­sé gar­nir la tranche 20h30-21h au moyen de reportages sur des sujets « feel good » cen­trés sur le quo­ti­di­en des Français. Comme lorsqu’il offi­ci­ait à France Télévi­sions, il souhaite ori­en­ter l’information vers les nou­veaux usages dig­i­taux qui sont l’apanage des plus jeunes, tout en général­isant la pra­tique du fact-check­ing qui fait l’objet d’une rubrique spé­ciale une fois par semaine au 20h.

Les bons résul­tats d’audience qui ont suivi la refonte du 20h (0,3 point de part d’audience sur en 2018–2019 alors que France 2 perd 0,7 point sur la même péri­ode) vien­nent valid­er la stratégie de Thuil­li­er qui avait déjà réus­si à redress­er la barre tant bien que mal à Canal+ dans des con­di­tions encore plus com­pliquées lors de son pas­sage éclair en 2015.

Parcours militant

Il n’a pas d’en­gage­ment poli­tique con­nu, mais serait classé comme étant plutôt à droite par le nou­v­el exé­cu­tif de France Télévi­sions. Une source syn­di­cale interne con­firme : « il est ressen­ti comme étant de droite, alors que Del­phine Ernotte et ses proches ont des accoin­tances poli­tiques – y com­pris famil­iales – à gauche ».

Collaborations

  • TF1 (1990–1994)
  • France 2 (1994–2008)
  • i>Télé (2008–2010)
  • France Télévi­sions (2010–2015) et France 2 (2013–2015)
  • Canal+ (juin-octo­bre 2015)
  • Elephant&Cie (novem­bre 2015 – juil­let 2016)
  • LCI (depuis août 2016)

Publications

Il n’a pas pub­lié de livre, ni réal­isé de film.

Ce qu’il gagne

De source syn­di­cale, il avait, alors qu’il était à la fois directeur de l’in­for­ma­tion et patron de la chaîne France 2, de 2013 à 2015, un salaire annuel d’en­v­i­ron 200 000 €.

Sa nébuleuse

Rémy Pflim­lin, Cather­ine Nayl, Emmanuel Chain.

Kim Pham, con­seiller chargé de l’au­dio­vi­suel de l’an­ci­enne min­istre de la Cul­ture Aurélie Fil­ipet­ti, qui fut aus­si, de 2007 à 2012 directeur général adjoint chargé de la ges­tion et de l’organisation de France télévi­sions.

David Pujadas, Pas­cal Golom­er, Éric Mon­nier, Agnès Vahrami­an sur lesquels il s’ap­puyait quand il était à France 2.

Il l’a dit

« Nous avons creusé l’écart avec France 2 et sommes con­tents d’avoir inver­sé une ten­dance. Nous sommes d’autant plus sat­is­faits que depuis la ren­trée le feuil­leton Plus Belle la vie sur France 3 démarre à 20h20 et mord sur le 20 heures ». Chal­lenges, 12/06/2019.
« Au nom du groupe TF1, nous con­sid­érons que ces chaînes et les ser­vices asso­ciés à ces chaînes ont une valeur, à com­mencer par l’in­fo : avoir une infor­ma­tion hiérar­chisée et véri­fiée, avec des rédac­tions, demande de l’ar­gent et il est nor­mal que les chaînes deman­dent une val­ori­sa­tion de cet investisse­ment. Nous souhaitons une forme d’a­paise­ment et des solu­tions le plus vite pos­si­ble. » Europe 1, 05/09/2019.

« Les dis­trib­u­teurs ont beau­coup de mal à se pass­er des con­tenus des chaînes TF1. » alors qu’il com­men­tait le bras de fer entre les prin­ci­paux opéra­teurs (SFR, Free, Canal Sat et Orange) et TF1 sur France Inter, 12 mars 2018.

« Il faut faire notre méti­er avec plaisir, con­fi­ance et exi­gence », aux jour­nal­istes de LCI, mi-août 2016.

« À France 2, lorsque je me suis occupé des pro­grammes, j’ai beau­coup poussé pour que le sport soit présent sur nos antennes. Je suis à la base un homme de télé donc, pour moi, le spec­ta­cle du sport est aus­si impor­tant qu’un diver­tisse­ment, une fic­tion, un doc­u­men­taire, voire un mag­a­zine d’in­fo. Et je con­sid­ère que c’est bien d’a­jouter des expéri­ences pro­fes­sion­nelles les unes aux autres. J’ai tou­jours fonc­tion­né comme cela. », Tele­ca­ble­sat, 17/8/2015

« Dès le départ, ma mis­sion à France 2 s’ar­rê­tait avec le départ de Rémy Pflim­lin. Cette dou­ble cas­quette, je n’ai jamais pen­sé que c’é­tait un sys­tème pérenne. Je suis arrivé parce que per­son­ne ne voulait pren­dre le navire qui gîte. Il y avait une crise, j’ai déployé des solu­tions d’ur­gence, fixé un nou­veau cap, redonné con­fi­ance aux équipes. On a réus­si à repo­si­tion­ner la chaîne, à lui don­ner une sig­na­ture, un petit air de moder­nité. Le temps impar­ti était pour­tant très court. Ce n’é­tait pas un paque­bot mais une grosse vedette, rapi­de, et très agréable à pilot­er. » Ozap, 12/6/2015

« Je suis jour­nal­iste mais j’ai tou­jours été curieux, ce qui m’a poussé à accepter la direc­tion des pro­grammes de France 2 mal­gré le scep­ti­cisme de cer­tains. La propo­si­tion de Canal+ m’a été faite avant la procé­dure de nom­i­na­tion de Del­phine Ernotte à la tête de France Télévi­sions. Je n’ai pas décidé avant, j’ai souhaité atten­dre et la ren­con­tr­er. Dans le périmètre de l’in­for­ma­tion, il faut sen­tir une con­fi­ance à 100%. J’ai eu ce lien indis­pens­able avec Rémy Pflim­lin. Je n’ai pas sen­ti que je pou­vais renouer ce lien de con­fi­ance. Donc face à cette incer­ti­tude et en rai­son de la belle propo­si­tion de Canal aus­si, j’ai choisi de par­tir. », ibid.

« J’ai tou­jours eu des rela­tions pro­fes­sion­nelles avec l’Elysée. Mon par­cours est sim­ple, je n’ai pas fait ma car­rière dans un ser­vice poli­tique, je n’ai pas été édi­to­ri­al­iste. Ce qui compte, c’est l’é­gale dis­tance que nous met­tons avec le per­son­nel poli­tique, dans le respect. J’ai lu des noms, des rumeurs. Je ne les com­mente pas, mais je trou­ve ça assez pathé­tique, ça don­nerait l’im­pres­sion qu’on revient vingt ans en arrière. À ceux qui auraient ça en tête, regardez l’his­toire récente, tous ceux qui ont voulu con­trôler les médias ont été bat­tus aux élec­tions. », ibid.

« C’est un hand­i­cap pour asseoir une autorité et le respect des déci­sions pris­es. Ce sen­ti­ment de stop and go per­ma­nent, c’est désas­treux pour l’en­tre­prise. Peu importe le bilan, il y a des change­ments. C’est comme un man­dat élec­tif alors qu’il s’ag­it d’une entre­prise. », ibid, au sujet des change­ments de dirigeants inces­sants dans l’au­dio­vi­suel pub­lic.

On l’a dit à son sujet

« Il faut not­er que le nom d’O­livi­er Maze­rolles avait cir­culé avec insis­tance pour rem­plac­er Arlette Chabot, mais vis­i­ble­ment le nou­veau Prési­dent a choisi un can­di­dat plus jeune, avec une expéri­ence incon­testable et une très belle image dans la pro­fes­sion. » jeanmarcmorandini.com, 29/7/2010

« La chaîne publique est en grave péril. Audi­ence en chute libre, ren­trées pub­lic­i­taires en panne, dépens­es engagées en dépit du bon sens, image en berne, pro­grammes ringards, inadap­ta­tion aux muta­tions du monde. Et cette sus­pi­cion enfin, dont il est impos­si­ble de se dépar­tir à l’é­gard d’une équipe, dont Thier­ry Thuil­li­er fait par­tie inté­grante depuis le début, qui a été nom­mée par le seul Nico­las Sarkozy, alors prési­dent de la République omnipo­tent, sur les con­seils de Claude Guéant, secré­taire général de l’Élysée, sans que la ques­tion de la com­pé­tence du prési­dent Pflim­lin et de son équipe ne soit jamais ques­tion­née, dis­cutée, inter­pel­lée. » Bruno Roger-Petit, Le Nou­v­el Obs, 21 octo­bre 2013.

« Quelles que soient les qual­ités de Thier­ry Thuil­li­er, une poigne de fer qui jamais ne se relâche sur ses équipes, une déter­mi­na­tion farouche qui con­fine à l’ob­sti­na­tion, l’af­fir­ma­tion d’une capac­ité de tra­vail sans lim­ite qui est aus­si l’ex­pres­sion d’une reven­di­ca­tion sociale pro­pre aux pro­duits de la méri­to­cratie répub­li­caine, la tâche qui lui est assignée relève de la mis­sion impos­si­ble. », ibid.

« Thuil­li­er n’est pas un homme de pro­grammes. C’est un jour­nal­iste. Est-il de la trempe d’un Pierre Des­grau­pes ou d’un Hervé Bourges ? Pour ce que l’on en con­nait, l’homme pense, agit et vit jour­nal­isme 24h sur 24. Il est de ceux qui font la télévi­sion mais qui, para­doxale­ment, ne la regar­dent jamais, faute de temps. », ibid.

« À France Télévi­sons, les élé­ments de lan­gage du jour sont :
- Les salariés sont plutôt con­tent que ce soit Thuil­li­er
- Cer­tains syn­di­cats pensent d’ailleurs à lever le préavis de grève du 7 novem­bre prochain.
» Blog CGC des Médias, 22 octo­bre 2013, au sujet de sa nom­i­na­tion comme patron de France 2.

« Le respon­s­able de l’in­for­ma­tion, en charge d’un vaste pro­gramme déjà bien avancé de mutu­al­i­sa­tion des ressources, peut-il en même temps gér­er sérieuse­ment la deux­ième chaîne française de télévi­sion ? », Del­phine Ernotte dans son pro­jet stratégique pour France Télévi­sions, mars 2015, au sujet de Thier­ry Thuil­li­er.

« Le pro­jet stratégique de Del­phine Ernotte-Cun­ci, pub­lié ven­dre­di dernier par le Con­seil supérieur de l’au­dio­vi­suel (CSA), fait néan­moins la part belle à un pro­fil qui ressem­ble beau­coup à celui de Thier­ry Thuil­li­er. L’actuelle numéro 2 d’O­r­ange annonce qu’elle optera pour «un directeur(trice) de l’in­for­ma­tion dont les qual­ités à la fois édi­to­ri­ales et organ­i­sa­tion­nelles auront été recon­nues dans le passé». Ce n’est pas tout. Elle s’ap­pro­prie son pro­jet de chaîne d’in­for­ma­tion en con­tinu numérique, qu’elle entend porter à une autre échelle. Non seule­ment en pro­posant de «s’al­li­er» avec France Média Monde et Radio France pour «éla­bor­er un pro­jet unique de niveau inter­na­tion­al», mais égale­ment en envis­ageant de déploy­er cette chaîne sur la TNT via «la réori­en­ta­tion d’un canal exis­tant». Ce pro­jet sera soumis, «s’il venait à être validé», au CSA avant la fin de cette année pour «une mise à l’an­tenne en sep­tem­bre 2016». L’Opin­ion, 26/4/2015

« Thier­ry Thuil­li­er, même s’il doit se “con­tenter” du numérique, ne sera pas insen­si­ble à ces ambi­tions. Ses pas­sages par TF1 et i>Télé lui ont don­né le goût de la com­péti­tion. Ce que lui reprochent cer­tains opposants en interne, qui l’ac­cusent, anonymement, d’avoir le nez col­lé aux audi­ences, en par­ti­c­uli­er celles du JT de Gilles Bouleau sur TF1 dont il cherche trop à s’in­spir­er”», ibid.

« Plusieurs échos de presse ont soutenu que Thier­ry Thuil­li­er — nom­mé comme l’équipe de M. Pflim­lin sous Nico­las Sarkozy — était classé à droite par cer­tains dans l’exécutif et qu’il pour­rait per­dre sa place de ce fait, à deux ans de la prési­den­tielle. Inter­rogé, celui-ci a tou­jours dit que ses rela­tions pro­fes­sion­nelles avec le pou­voir en place étaient bonnes et que les accrochages sur des con­tenus con­cer­naient tant la majorité que l’opposition. Il s’est tou­jours voulu à dis­tance du milieu poli­tique et a défendu une infor­ma­tion par­fois « abra­sive », par exem­ple dans le mag­a­zine Cash Inves­ti­ga­tion. » Le Monde, 1er juin 2015.

« Avec Thier­ry Thuil­li­er, TF1 intè­gre un dirigeant de rédac­tion de haut niveau, auréolé de la réus­site de l’information sur France Télévi­sion et de la remon­tée de l’audience de France 2. […] Dans ce com­bat, Thier­ry Thuil­li­er ne pour­ra en tous cas s’appuyer sur l’atout de l’information brûlante: LCI s’est engagée auprès du CSA à ne dif­fuser qu’un jour­nal toutes les heures et un sim­ple flash toutes les demi-heures. Le nou­v­el homme fort de LCI devra user de ses tal­ents de con­cep­teur d’émissions et de grille. LCI promet du décryptage, de l’analyse. » Chal­lenges, 22 juil­let 2016.

« L’expérience de Thier­ry à la tête de rédac­tions de chaînes général­istes et d’information en con­tinu, ain­si que celle acquise dans le domaine de la pro­duc­tion de mag­a­zines, con­stituent des atouts con­sid­érables. » Cather­ine Nay, Ouest France, 28/09/2017.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Le Figaro / le.buzz.media

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision