Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nouvelle faille de sécurité et fermeture annoncée du réseau social Google+

13 octobre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nouvelle faille de sécurité et fermeture annoncée du réseau social Google+

Nouvelle faille de sécurité et fermeture annoncée du réseau social Google+

Google+ a été lancé en 2011 pour concurrencer directement Facebook. Google revendiquait officiellement (sources internes de l’entreprise) 110 millions d’utilisateurs de son réseau social. Mais il est possible que plusieurs centaines de millions supplémentaires soient « adhérents involontaires », enregistrés automatiquement lors de l’ouverture de certains comptes Gmail. Ces comptes aussi auraient pu eux aussi être victimes d’une importante faille de sécurité.

Une faille qui dure depuis trois ans

C’est le Wall Street Jour­nal qui a levé le pot aux ros­es, révélant début octo­bre 2018 qu’une faille de sécu­rité a per­mis d’accéder aux don­nées per­son­nelles des util­isa­teurs de Google+. Cette faille a duré de 2015 à 2018. Google dans un bil­let de blog long et tech­nique, a don­né des expli­ca­tions alam­biquées où le lecteur a l’impression que la société essaie de noy­er le pois­son.

Google estime curieuse­ment que seule­ment 500 000 util­isa­teurs auraient pu se voir sous­traire leurs don­nées (coor­don­nées, date de nais­sance, pho­tos, etc…) ce qui paraît peu sur une durée de trois ans et nom­bre de don­nées ont pu être « aspirées » sans que l’opérateur ne s’en aperçoive. Ce qui implique que cer­tains clients Google+ ne sauront jamais si leurs don­nées ont été piratées.

Transparence et semi transparence

Cette faille aurait été décou­verte for­tu­ite­ment par Google en mars 2018. À par­tir des échanges internes de cour­riel, le Wall Street Jour­nal a décou­vert que l’opérateur a hésité avant de ren­dre la faille publique. Dans un pre­mier temps Google avait décidé de cor­riger la faille sans en ébruiter l’existence. Mais l’article du jour­nal financier l’a for­cé à réa­gir. Rap­pelons que depuis la loi RGPD, un opéra­teur en Europe doit en théorie ren­dre publique toute faille (et prévenir les util­isa­teurs poten­tiels lésés), ce qui n’est pas le cas aux États-Unis où cette oblig­a­tion n’existe que si les util­isa­teurs ont effec­tive­ment subi un dom­mage démon­tré.

Google+ va fermer en août 2019

L’opérateur avance des « raisons finan­cières » pour cette fer­me­ture, il serait trop coû­teux de main­tenir le ser­vice pour les par­ti­c­uliers (les pro­fes­sion­nels pour­ront tou­jours utilis­er Google+ via G Suite). Les derniers util­isa­teurs seront « accom­pa­g­nés » sans que l’on puisse dire ce que cet accom­pa­g­ne­ment recou­vre exacte­ment.

Don’t be evil (ne soyez pas malveil­lants) est une des règles internes affichées de Google Alpha­bet. Une règle étrange quand on sait que le géant de Moutain View pour­suit active­ment une poli­tique de cen­sure au nom du poli­tique­ment cor­rect. Le dia­ble dig­i­tal est par­fois dans les détails et sans les révéla­tions de début octo­bre, les util­isa­teurs n’auraient sans doute jamais su si leurs comptes avaient pu être piratés. Ceux qui en ont été vic­times ne le savent d’ailleurs tou­jours pas pré­cisé­ment. Pour les ama­teurs de sécu­rité ou de con­fi­den­tial­ité ils peu­vent utilis­er Qwant à la place du moteur de recherche dom­i­nant et égale­ment migr­er sur Telegram ou Pro­ton­mail plutôt que de se voir impos­er Hang­outs ou Gmail.

Voir aussi

Vous recherchez la dis­cré­tion sur Inter­net : adoptez Qwant, l’anti Google !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.