Buzzfeed, inventeur de fausses nouvelles, quitte la France et licencie son personnel

Télécharger en PDF

Vous connaissez Comcast ? Cette société américaine de Philadelphie est un géant des câblo-opérateurs aux États-Unis, propriétaire entre autres de NBC, Universal, Dreamworks et candidate au rachat de Sky à Murdoch. NBC est aussi actionnaire de Buzzfeed média mondial de divertissement en version digitale, qui s’est illustré par les nombreux plagiats en 2014 d’un de ses journalistes vedettes, Benny Johnson.

Un média habitué aux fausses nouvelles

En 2017 le site s’était emmêlé les claviers d’ordinateur en inventant un complot du Front National contre Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions. Un peu auparavant, la journaliste Marie Kirschen tentait de démontrer que si les Blancs sont souvent racistes, ils ne peuvent être victimes de racisme.

Mais un modèle économique en déclin

Fin 2017, la maison mère américaine a du licencier une centaine de personnes. Lancée en France en 2013, la version France traduisait les articles américains et produisait également un contenu en propre dirigé vers le politiquement correct, propre sur lui : enquêtes sur les réseaux d’extrême droite et le Front National, défense des clandestins, abolition des frontières, féminisme exacerbé.

Les revenus venaient de la publicité (en déclin) et surtout du fameux Brand content qui est tout simplement de la publicité déguisée pour des marques sous forme d’articles. Mais les finances ne suivaient pas. Les 14 employés en France vont enfin pouvoir goûter au vrai libéralisme culturel et économique américain : ils seront tous licenciés non pour cause de mauvaise ligne éditoriale mais « en raison de l’incertitude des pistes de croissance sur le marché français » déclarait Scott Lamb venu des États-Unis pour fermer boutique. En d’autres termes la concurrence de Brut (voir notre article ici) et autres Konbini a fait baisser la rentabilité. On ferme.