Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
LOL ! Le Monde flique Les Inrocks

26 février 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | LOL ! Le Monde flique Les Inrocks

LOL ! Le Monde flique Les Inrocks

On aura tout vu dans la presse libérale libertaire, y compris le déchirement entre potes une fois révélés les tréfonds du fonctionnement du petit milieu médiatique : c’est fusillade en règle à Boboland Corral-LOL.

À lire, un arti­cle paru dans Le Monde du 21 févri­er 2019, et signé par Raphaëlle Rérolle, Alexan­dre Piquard, Eme­line Cazi et Brice Laem­le. Étant don­née l’intense grav­ité de l’affaire dite de la « Ligue du LOL », il fal­lait bien qu’ils fussent qua­tre à la traiter, et surtout que dame par­ité soit respec­tée. Ce qui est le cas. Au Monde, on fait les choses en grand. Reste qu’à l’image de l’ensemble de ses con­frères, Le Monde, bien que déléguant qua­tre de ses plus émi­nents reporters sur le ter­rain, ne s’est pas aperçu que l’expression « Ligue du LOL » fait peut-être aus­si référence au jeu vidéo en ligne LOL ou League of Leg­ends, jeu en forme d’arène de bataille en ligne – ce qui pou­vait met­tre la puce à l’oreille de longue date à qui était infor­mé de l’existence des joyeux lurons, ce pour quoi il fal­lait être jour­nal­iste, com­mu­ni­cant, graphiste etc, ou appren­ti en ces domaines, au sein même du sys­tème des médias offi­ciels. C’est un jeu à voca­tion dro­la­tique, dans lequel le prin­ci­pal amuse­ment réside juste­ment dans l’éradication de la con­cur­rence, à l’image de ce que pra­ti­quait la bande de Vin­cent Glad. Notons que jamais ce nom n’est indiqué dans l’article du Monde. En tout cas : espérons que les juges penseront à les inter­roger quant à leurs con­nex­ions vidéogamiques !

Ce que Le Monde dit des Inrocks ?

En ouver­ture :

Passés les pre­miers moments de stu­peur, c’est un flot de colère, de dégoût et même de douleur qui s’échappe des Inrock­upt­ibles depuis bien­tôt deux semaines. Le 8 févri­er, la rédac­tion de l’hebdomadaire apprend que deux de ses jour­nal­istes ont appartenu à la Ligue du LOL, ce groupe Face­book privé créé en 2009 dont des mem­bres sont accusés d’avoir harcelé des inter­nautes en ligne. Très vite, les respon­s­ables du jour­nal pub­lient un com­mu­niqué faisant part de leur « plus total effare­ment » et met­tent à pied les salariés con­cernés. David Doucet, rédac­teur en chef, et François-Luc Doyez, son adjoint, sont con­vo­qués à un entre­tien préal­able dans le cadre d’une procé­dure pou­vant aller jusqu’au licen­ciement pour faute.

Il est d’emblée intéres­sant de not­er que, si les faits sont cor­recte­ment relatés, Le Monde ne pro­duit pas les mêmes insis­tances que lorsqu’il s’attaque à d’autres adver­saires. Dans d’autres cas, le quo­ti­di­en aurait sans aucun doute insisté sur l’anniversaire des dix ans de ces LOL, sur le har­cèle­ment aus­si. Là, l’insistance porte sur la stu­peur (on a un peu de mal à croire que dans ce petit milieu et au vu du nom­bre de vic­times cela n’ait pas fuité de longue date…) qui frap­perait le milieu con­cerné et sur les sanc­tions. Elle aurait pu porter par exem­ple sur l’incongruité qu’il y a, dans un tel milieu per­pétuelle­ment moral­isa­teur, à être empli de dan­gereux harceleurs (LOL), vio­leurs (pen­sons à “bal­ance ton porc”, monde cul­turel-médi­a­tique au pre­mier chef) ou anti­sémites racistes (Meh­di Meklat où es-tu ?).

Ou même sur la cul­ture spé­ci­fique des chefs, ce qui se fait automa­tique­ment au sujet des per­son­nes appar­tenant par exem­ple à des courants dits de droite. Ici, la ques­tion de la cul­ture homo pou­vait être posée. Ce n’est pas le cas : mal­gré la mul­ti­pli­ca­tion des cas de gan­grène, le monde offi­ciel de la cul­ture et des médias pour­suit son chemin vers le « Bien » dont il se pense le garant.

Lutter contre les toxiques ?

L’axe choisi par nom­bre de médias depuis la révéla­tion de cette affaire est celui de la tox­i­c­ité : un petit groupe d’individus tox­iques, à ne pas con­fon­dre avec le milieu dans lequel il agit. Cepen­dant, il y a drame (en général) et drames (en par­ti­c­uli­er, surtout les jeunes femmes et jeunes homo­sex­uels harcelés par les ligueurs pour les pouss­er loin des postes con­voités), alors de vraies mesures sont mis­es en œuvre : pal­abres et temps de paroles par­i­taires. Sans insis­ter, Le Monde indique cepen­dant qu’une trentaine de salariés des Inrocks expliquent que le fonc­tion­nement tox­ique au sein de ce mag­a­zine, lequel titrait il y a peu sur la nou­velle gauche du « bien » de Glucks­man fils, après avoir sou­vent mis Meh­di Meklat en Une, dure depuis plusieurs années. Notons qu’ils s’expriment sous cou­vert d’anonymat…

L’hebdo des mass­es pop­u­laires parisi­ennes des arrondisse­ments cen­traux paraît tout de même avoir quelques soucis de fonc­tion­nement humain, qui mérit­eraient une étude poussée pour voir si elle ne se retrou­verait pas à l’identique en d’autres médias. Au sujet de com­porte­ments d’écosystème, une source per­son­nelle et anonyme comme il se doit m’indiquait avoir été recrutée par un autre grand heb­do­madaire parisien, en 1998, à l’occasion d’une par­tie fine organ­isée dans un apparte­ment du cen­tre de Paris, en fin de journée (de tra­vail). Il était ressor­ti embauché, une fois ses preuves faites. C’est à se deman­der si cette fameuse (ou fumeuse ?) tox­i­c­ité ne serait pas une sorte de mode de vie. D’autant que cer­tains des tox­iques ont mon­tré ces dernières années une forte propen­sion à la morale. Il en va ain­si de D. Doucet, co-auteur de la « fachos­phère », livre par lequel il expo­sait com­bi­en nos vies seraient men­acées par les médias non offi­ciels de droite non libérale. Autrement dit, le pré­da­teur se con­fond avec la proie.

Ah ! Ces potes !

Le monde des potes est tout de même exal­tant. L’heure est venue pour Le Monde de lâch­er les potes des Inrocks. Et de net­toy­er les comptes twit­ter, sans doute. D’autant que l’un des défauts de cette affaire ne serait pas qu’il y ait des fas­cistes, des salauds, des salopes, des beaufs blancs incultes et homos ou hétéros, ou encore athées, new age, végans… comme il serait dit si les affaires con­cer­naient d’autres bor­ds poli­tiques, non, pas de noms d’oiseaux. Cela con­cern­erait tout au con­traire… le sex­isme mas­culin. Un groupe de garçons qui n’auraient pas réglé son machisme (il est vrai que les pho­tos de la page wiki de Vin­cent Glad…) et serait malen­con­treuse­ment entré, d’après Le Monde, dans la citadelle impren­able du Bien. Autrement dit Les Inrocks. Un aspect pro­pre­ment extra­or­di­naire de cet arti­cle du Monde est la façon de racon­ter dans le détail com­ment les choses se pas­saient dans l’open space des Inrocks, mais pas dans les arrières salles tout de même, des détails qui trans­for­ment cet arti­cle en arti­cle des­tiné à l’entre soi. Reste que D. Doucet ne mesure sans doute pas encore à quel point il va être lâché. Les temps à venir sont som­bres :

Avant cela, des jour­nal­istes s’étaient émus du traite­ment du Front nation­al par David Doucet et d’une inter­view, en 2012, de Jean-Marie Le Pen pas assez dis­tan­ciée selon eux. Le jour­nal­iste a aus­si été rap­pelé à l’ordre quand le site des Inrocks avait relayé, fin 2015, un entre­tien de Mar­i­on-Maréchal Le Pen qu’il avait coréal­isé pour la revue Charles.

Ce n’est pas une fin d’article, dans ce monde-là, c’est une mise à mort pro­fes­sion­nelle et sociale. Il fal­lait bien être qua­tre pour tenir le harceleur. Il faut dire que cette affaire est sans doute loin d’avoir délivrée toutes ses suites poten­tielles, et que le risque de pol­luer divers­es rédac­tions sem­ble grand. La chas­se au blanc trente­naire est ouverte, tous aux abris.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).