Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | La Ligue du LOL, la souris accouche d’une montagne
La Ligue du LOL, la souris accouche d’une montagne

15 février 2019

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | La Ligue du LOL, la souris accouche d’une montagne

La Ligue du LOL, la souris accouche d’une montagne

La Ligue du LOL, la souris accouche d’une montagne

LOL vous con­nais­sez ? Laugh­ing out loud, rire à haute voix, équiv­a­lent du tout aus­si stu­pide MDR mort de rire, qu’ajoutent à tout bout de champ jeunes et vieux ado­les­cents à leurs cour­riels, tex­tos, twit­tos et posts sur Face­book. Une sorte d’habitude com­pul­sive dans un siè­cle de déri­sion. Libéra­tion nous apprend qu’une ter­ri­ble Ligue du LOL répandait la ter­reur sur les réseaux soci­aux depuis 2009. Autop­sie de la souris dev­enue montagne.

Rions un peu, rions des autres

En 2009 un obscur et jeune jour­nal­iste Vin­cent Glad, fonde un groupe « entre hommes » Face­book fer­mé inti­t­ulé Ligue du LOL. Le groupe rassem­blera une trentaine de jour­nal­istes, pub­lic­i­taires, blogueurs, tous jeunes, tous très poli­tique­ment cor­rects, pour faire des blagues de potache sur les réseaux soci­aux et ailleurs. Moqueries au sujet des con­sœurs jour­nal­istes, can­u­lars télé­phoniques, mon­tages pho­tos par­o­diques par­fois obscènes, plaisan­ter­ies stu­pides. Un petit monde pas très reluisant de potach­es que l’on imag­ine un peu alcoolisés voire util­isa­teurs de sub­stances interdites.

Les vic­times sont des proches du même monde, dans les médias ou la pub­lic­ité. Cer­taines blagues sont de très mau­vais goût (comme dans toutes les blagues qui se répè­tent dans un petit cer­cle) comme annon­cer à une sta­giaire un faux entre­tien d’embauche, jeux cru­els de l’entre soi, cour de récréa­tion d’ados prolongés.

Mise à mort professionnelle des ligueurs

C’est un arti­cle de Libéra­tion du 8 févri­er 2019 qui lâche les noms des con­trevenants par­mi lesquels des rédac­teurs du jour­nal, d’un mem­bre des Inrocks, et d’autres médias. Les con­trevenants se sont « attaqués à des fig­ures du fémin­isme et des homo­sex­uels », leur mise au pilori sera rapi­de, con­for­mé­ment aux us et cou­tumes d’un milieu où l’on lèche les forts avant de les lâch­er puis de les lynch­er. Comme les poules dans un poulailler qui s’attaquent à la poule la plus faible et la tuent. Surtout si c’était une poule arro­gante depuis tombée à terre.

Sont mis à pied ou en attente de con­vo­ca­tion de licen­ciement pour faute grave Vin­cent Glad le fon­da­teur du LOL, Alexan­dre Her­vaud du site web, tous deux de Libéra­tion. Égale­ment David Doucet rédac­teur en chef web des Inrocks, Guil­laume Led­it de Uzbek&Rica, Guil­hem Melis­sen des Nou­velles Écoutes, Renaud Lou­bet Ale­do (alias Claude­Loup sur Twit­ter) chez Pub­li­cis. Stephen des Aulnois édi­teur de sites pornographiques met ses activ­ités en som­meil, Christophe Car­ron rédac­teur en chef de Slate sem­ble en dan­ger, la liste pour­rait s’allonger. Tous risquent d’être écartés de leurs médias, licen­ciés ou mis au plac­ard pour longtemps.

Crime de lèse-majesté féministe

Leurs « crimes » sont patents, anti-fémin­isme avéré dans une atmo­sphère de guerre. Comme le dit la mil­i­tante fémin­iste Daria Marx qui a vécu « en ayant l’impression de fuir un sniper, d’avoir eu la chance d’échapper aux balles virtuelles d’une armée dev­enue folle ». Bigre, presque pire que les femmes yezidis ou kur­des men­acées par Daech.

Pour une autre blogueuse « la ligue de LOL c’est devenu une sorte d’hydre ter­ri­fi­ante », une jeune femme qui ne doit pas pren­dre le RER après 23h en région parisi­enne, les hydres y sont plus directes et plus réelles. Une autre vic­time est à la fois noire et femme, la totale, Mélanie Wan­ga dénonce « des mecs blancs bien insérés dans le milieu ». Après la chas­se aux blancs de plus de 50 ans de Del­phine Ernotte, la chas­se aux blancs trente­naires vient de s’ouvrir. Dans un post qua­si par­o­dique de Slate une cer­taine Lucie Bel­lan se répand con­tre son chef (Christophe Car­ron) qui l’avait attaquée elle et son mari au moment où celui-ci « remet­tait en ques­tion sa mas­culin­ité, arti­cle après arti­cle » (sic).

Arroseurs arrosés et moraline sous forme de boomerang

Bien enten­du tout ce petit monde d’esprit estu­di­antin avait deux vis­ages. Côté cour on se moquait allé­gre­ment des copains et surtout des copines de manière sou­vent vacharde. De l’autre on célébrait le fémin­isme tri­om­phant comme Vin­cent Glad, le fon­da­teur du groupe dans Libéra­tion en octo­bre 2018 sur le mou­ve­ment Metoo : « Metoo a mon­tré qu’un sim­ple hash­tag peut devenir un mou­ve­ment d’un nou­veau genre, sans chef, sans con­tours défi­nis, qui ne vit que par la force déployée par la libéra­tion de la parole ». Lyrisme assumé. Le même, moins lyrique en févri­er 2019 « en créant ce groupe, j’ai créé un mon­stre qui m’a totale­ment échappé ».

Alexan­dre Her­vaud s’est d’abord rebel­lé con­tre ses censeurs leur deman­dant « Allez bien vous faire cuire le cul ». Avant de se repren­dre et de présen­ter ses « excus­es aus­si sincères que tar­dives ». David Doucet, act­if dans le groupe seule­ment entre 2009 et 2012 s’est repen­ti « Cette libéra­tion de la parole m’a surtout fait com­pren­dre que je comp­tais par­mi les bour­reaux », for­mule de con­tri­tion qui sem­ble très exagérée pour une activ­ité qui remonte à 7 ans. Nous avons ten­té en vain de join­dre David Doucet.

Beaucoup de bruit pour pas grand chose

Au même moment on apprend avec retard que trois jour­nal­istes du Huff­in­g­ton Post du groupe Le Monde ont été licen­ciés en décem­bre 2018 pour avoir créé un groupe privé sur Face­book fine­ment inti­t­ulé « Radio Bière Foot » dont l’intitulé indique la nature et la déli­catesse. Un groupe privé, nous soulignons. Cette époque est dev­enue vrai­ment pisse-vinai­gre. Cer­tains diront que les mal­heureux arroseurs/arrosés n’ont que ce qu’ils méri­tent, qu’après avoir prêché la mora­line, ils en sont les victimes.

D’autres (dont nous), que cette affaire est surtout symp­to­ma­tique d’une époque dev­enue totale­ment intolérante. Au même moment, des faits beau­coup plus graves sont passés sous silence comme l’attaque d’une librairie (La Nou­velle Librairie, rue de Médi­cis dans le Quarti­er latin à Paris) le same­di 9 févri­er 2019 : un libraire agressé, une vit­rine brisée, des livres dis­per­sés et pas un mot dans la grande presse, ni à la radio ni à la télévi­sion. Sale temps pour les lib­ertés, celles des demi-crétins du LOL comme celles des autres.

PS : d’après une vic­time, les farceurs LOL attaquaient les « fémin­istes et les neu­roatyp­iques » (re-sic). Si un lecteur sait ce qu’est un neu­roatyp­ique, mer­ci de trans­met­tre cette intéres­sante infor­ma­tion à la rédaction.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.