L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération cesse son partenariat avec Facebook

28 mars 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Libération cesse son partenariat avec Facebook

Libération cesse son partenariat avec Facebook

28 mars 2021

Temps de lecture : 3 minutes

CheckNews comme son nom l’indique « vérifie » ou est supposé vérifier l’information. C’est le nom du « service vérificateur » de Libération qui vient de rompre ses liens financiers avec Facebook. Un peu d’histoire.

De Désintox à CheckNews

Le quo­ti­di­en libéral lib­er­taire inno­vait en 2008 en créant son ser­vice Dés­in­tox visant à soign­er les intox­i­ca­tions de l’information. Ce ser­vice fût trans­for­mé en 2017 en Check­News grâce aux ser­vices gra­tu­its de l’agence de pub­lic­ité J. Wal­ter Thomp­son (JWT). JWT est lui-même mem­bre de WPP, le plus impor­tant réseau d’agences de pub­lic­ité et de com­mu­ni­ca­tion dont le siège est à Jer­sey (pour des raisons liées aux tax­es) et dont l’épicentre se trou­ve aux États-Unis, mais avec une présence mon­di­ale dans plus de cent pays et plus de cent mille col­lab­o­ra­teurs. En France TNS Sofres et Kan­tar (minori­taire) sont des éma­na­tions de WPP.

Qu’une agence améri­caine de com­mu­ni­ca­tion offre ses ser­vices gratis pro deo en avril 2017 pour créer un nou­veau con­cept avec de nou­veaux out­ils n’indique qu’une chose : non un rap­port de sujé­tion mais un rap­port de prox­im­ité cul­turelle, intel­lectuelle, économique avec le monde anglo-sax­on dans son ensem­ble, en par­ti­c­uli­er dans sa ver­sion améri­caine. Libéra­tion – comme l’ensemble du monde libéral lib­er­taire – ne cache pas sa fas­ci­na­tion pour le grand frère, qui par­fois se four­voie (Trump) mais reste le mod­èle indé­pass­able et le précurseur.

Facebook donne un bon coup de main

Avec l’obligeance de JWT, le jour­nal se trou­ve avec un bel out­il, mais pour le manier il faut des arti­sans, des jour­nal­istes, donc des salaires, c’est là que Face­book – améri­cain comme JWT – donne la main en sep­tem­bre 2017. C’est à peu près un an après l’élection de Trump et au moment de l’éclosion de la légende des Fake News (infox) qui auraient per­mis sa vic­toire. Les GAFAM — vent debout — ont décidé qu’un tel mal­heur ne devait pas se répéter. Face­book crée son ser­vice de véri­fi­ca­tion en ayant recours (voir infra) à des prestataires de ser­vices – proches sur le plan idéologique et partageant les mêmes intérêts – dont Libéra­tion. A ce titre le jour­nal sera rémunéré par Face­book et percevra 222K€ en 2018, autour de 200K€ en 2020, nous n’avons pas retrou­vé le chiffre exact pour 2019 mais il doit se situer dans les mêmes eaux, ce qui fait sur trois ans env­i­ron 600K€ pour un jour­nal détenu par un mil­liar­daire Patrick Drahi puis une « fon­da­tion » étroite­ment con­trôlée par lui.

Plus de Facebook mais toujours l’IFCN

Le 7 mars 2021 le jour­nal annonçait avoir mis fin à sa col­lab­o­ra­tion avec Facebook :

« En ter­mes d’indépendance édi­to­ri­ale, la direc­tion a jugé plus per­ti­nent de miser sur les abon­nés numériques et des con­tenus à valeur ajoutée plutôt que sur un con­trat avec une entre­prise privée. C’est un choix que l’équipe de Check­News a défendu. Si nous voulons fidélis­er nos lecteurs, les pouss­er à s’abonner pour lire nos con­tenus, nous devons con­sacr­er nos forces à la pro­duc­tion d’enquêtes appro­fondies et de sujets qu’ils n’auront pas lus ailleurs ».

L’article est intéres­sant, il met l’accent sur l’indépendance édi­to­ri­ale, indi­quant en creux que le con­trat avec Face­book lim­i­tait cette indépen­dance. Mais admet­tons que cela va dans le bon sens, sauf que : « Check­News restera mem­bre du réseau inter­na­tion­al et indépen­dant de fact-check­ing, l’IFCN ». Comme le men­tionne un arti­cle précé­dent du jour­nal « Check­News est mem­bre du réseau inter­na­tion­al de fact-check­ing (IFCN) depuis 2017. L’adhésion à l’IFCN doit être renou­velée tous les ans grâce à un dossier étudié par des tiers indépen­dants ».

IFCN ? Inter­na­tion­al Fact Check­ing Net­work de l’université améri­caine Poyn­ter en Floride. Quels en sont les financiers ? Google, L’Open Soci­ety de George Soros, la NED (un faux-nez qua­si offi­ciel de la CIA). Ceci ne veut pas dire bien enten­du que Soros, la NED ou la CIA don­nent leurs ordres à l’IFCN qui donne des ordres à Libéra­tion. Sim­ple­ment qu’ils font par­tie de la même coali­tion, défen­dant les mêmes intérêts matériels et moraux. Amen.

Les parte­naires de Face­book en France après le retrait de Libéra­tion : Les Décodeurs du Monde, Les Obser­va­teurs de France24, AFP Factuel, Fake Off de 20 Min­utes. Toute infor­ma­tion venant de ces ser­vices n’est pas automa­tique­ment fausse, ils ne mentent que dans une minorité de cas poli­tique­ment sig­ni­fi­cat­ifs. Le vrai (80% non poli­tique) sert à jus­ti­fi­er le men­songe (20%, idéologique­ment utile). Ces pro­por­tions sont don­nées à titre d’indication.

Voir aus­si notre arti­cle sur Les Décodeurs, financés par Google.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés