Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les démocraties à l’épreuve des infox : rencontre INA/BNF, éloge de l’entre soi
Les démocraties à l’épreuve des infox : rencontre INA/BNF, éloge de l’entre soi

28 juillet 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Les démocraties à l’épreuve des infox : rencontre INA/BNF, éloge de l’entre soi

Les démocraties à l’épreuve des infox : rencontre INA/BNF, éloge de l’entre soi

Les démocraties à l’épreuve des infox : rencontre INA/BNF, éloge de l’entre soi

Pre­mière dif­fu­sion le 28/03/2019

Les infox sont à la mode depuis deux/trois ans. Très exactement depuis le vote sur le Brexit et l’élection de Trump. Elles sont d’abord un mode d’explication et de déculpabilisation des élites politiques et journalistiques : ce qui est arrivé n’est pas de notre faute. Et ensuite un mode d’exorcisme pour le futur : de telles catastrophes ne doivent pas se renouveler, l’information doit être mieux verrouillée. C’est autour du thème « Les démocraties à l’épreuve des infox » que l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF) organisaient un colloque le mercredi 20 mars 2019. L’OJIM y était présent le matin.

Les infox, rien de nouveau sous le soleil

En 1917 les ser­vices secrets bri­tan­niques lan­cent la rumeur des « usines alle­man­des de cadavres ». Les autorités alle­man­des récupér­eraient les cadavres anglais – et par­fois les cadavres de leurs pro­pres sol­dats – pour fab­ri­quer des lubri­fi­ants indus­triels et des bou­gies. Une inven­tion pure et sim­ple de la guerre psychologique.

Plus récem­ment, en 1981 et dans un tout autre con­texte, la jour­nal­iste améri­caine Janet Cook gagne le prix Pulitzer pour ses arti­cles dans le Wash­ing­ton Post. Dans une série à sen­sa­tion elle décrivait la vie mis­érable de « Jim­my », un héroïno­mane de 8 ans. Mais Jim­my était une fic­tion de la jour­nal­iste et elle dut ren­dre son prix. En févri­er 2019 nous pub­lions une illus­tra­tion des dix « meilleures infox » des médias améri­cains.

Quand les fabricants de fausses nouvelles les dénoncent

Cha­cun con­naît l’histoire du pom­pi­er pyro­mane. Il allume le feu qu’il va étein­dre ensuite. Le site améri­cain Buz­zFeed est un pro­duc­teur réguli­er d’infox. En 2017 le site pub­lie un dossier réu­ni par un ancien agent du ren­seigne­ment bri­tan­nique, Christo­pher Steele. Le dossier con­cerne les rela­tions entre Trump et la Russie, ce dernier pays aurait qua­si con­clu un pacte avec Trump pour faciliter son élec­tion. Des accu­sa­tions vides de tout con­tenu comme vient de le con­firmer le rap­port Mueller. Dans Meet the Press une émis­sion célèbre de la chaine améri­caine NBC le présen­ta­teur Chuck Todd accu­sait le prési­dent de Buz­zFeed Ben Smith : « vous n’êtes qu’un fab­ri­cant de fake news » (source Colum­bia Jour­nal­ism Review, hiv­er 2019, page 31). Buz­zFeed France pro­duit aus­si des infox en France. Devinez qui est invité par l’INA/BNF pour par­ler de « Fake news, busi­ness ou idéolo­gie » ? Jane Lytvy­nenko, de …Buz­zFeed News. Il est vrai que l’on a affaire à un média spé­cial­iste de la question.

Tournez manèges, tournez en rond, éloge de l’entre soi

Le monde libéral lib­er­taire ne peut tourn­er que sur lui-même, igno­rant toute analyse con­traire. L’après-midi (notre obser­va­teur n’a pu assis­ter aux débats) était con­sacrée à la « lutte con­tre les fauss­es nou­velles ». Pour en débat­tre qua­tre jour­nal­istes tous du même monde, qu’on en juge :

  • Anais Grig­ori de l’italien La Repub­bli­ca, pen­dant du Monde en Italie ;
  • Pierre Has­ki France Inter, la pen­sée con­forme par excellence ;
  • Rachel Dona­dio The Atlantic (États-Unis) dont l’éditorial de mars 2019 appelait à la des­ti­tu­tion de Trump ;
  • Adam Nos­siter New York Times, le flam­beau libéral anti Trump.

La suite était de la même eau avec des inter­ven­tions de Samuel Lau­rent dont nous analy­sions le par­ti pris sans nuances sur le pacte de Mar­rakech, et l’inévitable CLEMI représen­té par son directeur. Nous avons pub­lié une pre­mière analyse de la semaine de la presse du CLEMI.

Remar­quons toute­fois une inter­ven­tion pas­sion­nante de Gérald Bron­ner de l’université Paris Diderot sur le thème « Sommes nous cré­d­ules ? », analysant nos croy­ances par délé­ga­tion sociale et cul­turelle et soulig­nant la mise en con­cur­rence général­isée des con­nais­sances et des infor­ma­tions. Mais une hiron­delle ne fait pas le printemps.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.