Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
The Intercept : complot russe, le top 10 des infox/fake news de la presse américaine

20 juillet 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | The Intercept : complot russe, le top 10 des infox/fake news de la presse américaine

The Intercept : complot russe, le top 10 des infox/fake news de la presse américaine

Pre­mière dif­fu­sion le 13/02/2019

Fondé par Glenn Greenwald, l’un des principaux protagonistes de l’affaire Snowden, The Intercept est un site d’information qui se situe très nettement à la gauche du Parti Démocrate, dans la mouvance de Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez. A ce titre, il s’oppose aussi bien au Parti Républicain qu’aux néo-conservateurs très présents au sein des médias qui ont soutenu la candidature d’Hillary Clinton.

Sous la plume de Green­wald, The Inter­cept a pub­lié plusieurs arti­cles démon­tant de manière argu­men­tée les théories du com­plot russe qui appa­rais­sent régulière­ment dans les médias dits « main­stream ». En voici un flo­rilège par­ti­c­ulière­ment sig­ni­fi­catif :

1) La chaîne russe Russia Today a piraté la chaine parlementaire CSPAN

Le 12 juin 2017, le mag­a­zine For­tune annonçait que la chaîne russe était par­v­enue à pirater la chaîne CSPAN et à émet­tre pen­dant plusieurs min­utes sur le réseau à la place des émis­sions habituelles. Cette infor­ma­tion a immé­di­ate­ment été reprise par le New York Mag­a­zine.

Peu de temps après, la Direc­tion de CSPAN dément avoir été piratée et pré­cise qu’un de ses tech­ni­ciens avait par inad­ver­tance cap­té le flux de RT (« an inter­nal rout­ing error »).

2) Des hackers russes piratent le réseau électrique du Vermont

Le 30 décem­bre 2016, le Wash­ing­ton Post déclare que des hack­ers russ­es, les Griz­zli de la Steppe, ont pénétré un des réseaux élec­triques dans la ville de Burling­ton, dans le Ver­mont en Nou­velle Angleterre, pour priv­er de chauffage les habi­tants de cet état pen­dant l’hiver.

Les chaînes de télévi­sion ne sont pas en reste : ABC y voit la main malveil­lante du voy­ou Pou­tine (“One of the world’s lead­ing thugs, [Putin] has been attempt­ing to hack our elec­tric grid ») tan­dis que CNN renchérit de son côté : « Rus­sain mal­ware tar­gets Ver­mont util­i­ty »

Le Wash­ing­ton Post est con­traint de se rétracter deux jours plus tôt, après que la com­pag­nie d’électricité ait annon­cé que seul un portable était infec­té et que celui-ci n’était pas relié au réseau.

3) Le Kremlin aurait créé plus de 200 sites sur les réseaux sociaux pour diffuser sa propagande

Le 24 novem­bre 2016, le Wash­ing­ton Post annonce avoir mis au jour plus de 200 sites secrète­ment opérés par le Krem­lin pour répan­dre sa pro­pa­gande à des­ti­na­tion des électeurs améri­cains.

A l’examen, il s’agissait d’une col­lec­tion de sites répub­li­cains (The Drudge Report), de la gauche hos­tiles à Hilary Clin­ton (comme Truthout, Black Agen­da Report) ou lib­er­tariens. Les ani­ma­teurs de ces sites étaient bien con­nus, comme le député répub­li­cain lib­er­tarien Ron Paul. Le Wash­ing­ton Post ne s’est pas rétrac­té.

4) Un proche de Donald Trump lié un fonds d’investissement russe

Le 22 juin 2017, CNN annonce qu’Antony Scara­muc­ci, l’un des prin­ci­paux mem­bres de l’équipe de tran­si­tion de Don­ald Trump et futur Directeur de la Com­mu­ni­ca­tion de la Mai­son Banche, a dirigé le fonds d’investissement russe Rus­sia Direct Invest­ment Fund.

Le 23 juin, la chaîne a pub­lié un com­mu­niqué recon­nais­sant le car­ac­tère men­songer de ces affir­ma­tions et présen­tant ses excus­es à l’intéressé. Les trois jour­nal­istes respon­s­ables ont été licen­ciés pour man­que­ment aux stan­dards éthiques de la chaîne.

5) L’ambassade américaine à Cuba cible d’attaques russes aux infrasons

Le 11 sep­tem­bre 2017, NBC News et CNBC révè­lent que 26 mem­bres de l’ambassade améri­caine à La Havane ont été vic­times d’attaques aux infra­sons provo­quant des désor­dres psy­chiques. (« US offi­cials sus­pect Rus­sia in son­ic attacks on diplo­mats in Cuba and Chi­na »)

L’enquête a révélé que le son incrim­iné prove­nait très cer­taine­ment du chant d’un crick­et, l’anurogyrllus cere­lenic­tus.

6) Donald Trump communiquait avec les Russes à l’aide d’un serveur informatique secret

Le 31 octo­bre 2016, le mag­a­zine en ligne Slate dévoile que la cam­pagne de Don­ald Trump reçoit des infor­ma­tions (voire des instruc­tions ?) par le biais d’un lien menant au serveur de la banque russe Alpha Bank

Le 2 novem­bre, Slate recon­naît que la banque russe a pu être des­ti­nataire d’un mail­ing com­mer­cial de masse de la Trump Organ­i­sa­tion (« More like­ly, the Trump serv­er was send­ing mar­ket­ing mate­r­i­al »)

7) L’homme des Russes au sein de la campagne Trump derrière les informations de Wikileaks ?

Le 27 novem­bre 2018, le quo­ti­di­en anglais Guardian révèle que Paul Man­afort, soupçon­né par le pro­cureur Mueller (parce qu’il a con­seil­lé l’ancien prési­dent ukrainien Ianoukovitch) de col­lu­sion avec la Russie, s’est intro­duit secrète­ment dans l’ambassade de l’Equateur à Lon­dres pour y ren­con­tr­er à trois occa­sions (en 2013, 2015 et début 2016) Julian Assange, le fon­da­teur de Wik­ileaks. Voir notre dernier arti­cle sur Assange LA https://www.ojim.fr/julian-assange-les-etats-unis-veulent-sa-mort/ .

Non seule­ment cette infor­ma­tion a été formelle­ment démen­tie par l’ambassade en ques­tion, mais le Guardian n’a jamais été en mesure d’apporter la moin­dre preuve de ses asser­tions et les caméras de vidéo­sur­veil­lance de la police lon­doni­enne ne por­tent aucune trace d’une telle vis­ite.

8) Trump aurait utilisé son avocat comme intermédiaire auprès des Russes

Le 27 juil­let 2018, CNN annonce que Don­al Trump avait été infor­mé par avance d’une ren­con­tre à la Trump Tow­er de son ancien avo­cat Michael Cohen avec des représen­tants russ­es qui affir­maient détenir des infor­ma­tions com­pro­met­tantes à pro­pos d’Hillary Clin­ton et avait donc approu­vée cette vis­ite. En effet, Cohen l’aurait avoué au pro­cureur R Mueller.

Le lende­main, le bureau du Pro­cureur Mueller démen­tait que Cohen ait fait une telle dépo­si­tion.

9) Trump aurait demandé à son avocat de mentir à propos de ses projets immobiliers en Russie

Le 18 jan­vi­er 2019, le site d’information Buz­zfeed affirme que, selon des mails et des témoignages en pos­ses­sion du pro­cureur Mueller, Don­ald Trump aurait demandé à son ancien avo­cat Michel Cohen de men­tir lors de son témoignage devant le Con­grès à pro­pos de pro­jets d’implantation d’un hôtel de la Trump Organ­i­sa­tion en Russie.

L’information de Buz­zfeed a été démen­tie par le bureau du pro­cureur Mueller dès le 19 jan­vi­er 2019.

10) Le fils de Donald Trump aurait été informé par avance du contenu des archives diffusées par Wikileaks

Le 9 décem­bre 2017, CNN affirme que Don­ald Trump Junior aurait reçu par avance le con­tenu des doc­u­ments de la cam­pagne d’Hillary Clin­ton, prob­a­ble­ment piratés par des hack­ers russ­es et dif­fusés ensuite par Wik­ileaks. Ceci établi­rait qu’il était com­plice de ce piratage et liés aux hack­ers russ­es.

Il appa­rait que Don­ald Trump Jr a bien reçu un mail l’informant que Wik­ileaks avait pub­lié ces doc­u­ments, mais après que ceux-ci aient été mis en ligne, si bien que tout le monde était au courant.

CNN et MSNBC ont retiré toutes les vidéos qu’elles avaient pub­liées sur ce sujet, et demandé à YouTube d’en faire autant.


On ne peut que s’interroger sur la rapid­ité avec laque­lle ces infor­ma­tions ont été pub­liées, sans aucune véri­fi­ca­tion, alors qu’elles ont le plus sou­vent été démen­ties dans les jours qui ont suivi, voire le lende­main même. Ceci témoigne d’une dégra­da­tion des stan­dards éthiques d’une par­tie non nég­lige­able de la pro­fes­sion. Une expli­ca­tion pos­si­ble ? Une grande par­tie de la presse améri­caine cède à des réflex­es pavloviens de démon­i­sa­tion de l’adversaire et s’enferre dans des théories com­plo­tistes pour expli­quer le revers élec­toral qu’ont subi les Démoc­rates en novem­bre 2016.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.