Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les correspondants de presse en Europe centrale : Pologne (II)

19 juin 2022

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | Les correspondants de presse en Europe centrale : Pologne (II)

Les correspondants de presse en Europe centrale : Pologne (II)

19 juin 2022

Temps de lecture : 7 minutes

À journal de droite, point de vue de droite ? Sans doute est-ce moins évident que l’affirmation symétrique « à journal de gauche, point de vue de gauche », en tout cas en ce qui concerne les journaux français, et la manière dont les médias français couvrent la Pologne depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs du PiS en 2015 illustre bien le phénomène.

Voir aus­si : Les cor­re­spon­dants de presse en Europe cen­trale : Pologne (I)

Le Figaro

Nous avons déjà par­lé d’Hélène Bien­venu dans la pre­mière par­tie de notre arti­cle con­cer­nant les grands jour­naux français de gauche. Cor­re­spon­dante du Monde et de Médi­a­part pour l’Europe cen­trale, notam­ment la Hon­grie et la Pologne, Hélène Bien­venu est aus­si la cor­re­spon­dante du Figaro. Nous ren­voyons donc une nou­velle fois à son por­trait sur le site de l’Observatoire du Jour­nal­isme et rap­pelons qu’elle tra­vaille, comme les autres cor­re­spon­dants du Monde et de Libéra­tion, avec le média de gauche Le Cour­ri­er d’Europe cen­trale financé par le gou­verne­ment alle­mand par le biais d’une fon­da­tion poli­tique alle­mande affil­iée aux Verts alle­mands. Util­isant les ser­vices de la même cor­re­spon­dante que les médias du monde libéral lib­er­taire, il n’est pas éton­nant que le Figaro emploie le même vocab­u­laire, par­lant par exem­ple des « nationaux-con­ser­va­teurs » pour désign­er les soci­aux-con­ser­va­teurs du PiS qui se revendiquent, eux, très offi­cielle­ment, de la démoc­ra­tie chré­ti­enne et se dis­ent par­ti­sans de l’Europe du chré­tien français Robert Schu­man par oppo­si­tion à la vision eurofédéral­iste du com­mu­niste ital­ien Altiero Spinel­li, qui sem­ble en train de se réalis­er aujourd’hui sous l’œil ent­hou­si­aste des grands médias français. Passe encore pour « nationaux-con­ser­va­teurs », mais le Figaro par­le aus­si d’un par­ti « ultra­con­ser­va­teur et nation­al­iste », comme le fait la gauche extrême quand elle évoque les con­ser­va­teurs quels qu’ils soient, faisant donc la même con­fu­sion que Le Monde ou Libéra­tion entre le PiS au pou­voir et les nation­al­istes polon­ais qui sont, eux, dans l’opposition. On trou­ve par exem­ple ces qual­i­fi­cat­ifs dans un « décryptage » de novem­bre dernier par Isabelle Lasserre, qui est inti­t­ulé : « Pologne: com­ment l’élève mod­èle est devenu l’un des mou­tons noirs de l’Europe ».

Quant à Hélène Bien­venu, elle qual­i­fie le PiS de par­ti « nation­al­iste-con­ser­va­teur », qual­i­fi­catif qui passe cer­taine­ment comme une let­tre à la poste pour Le Monde, Médi­a­part, ou Le Cour­ri­er d’Europe cen­trale, mais qui sur­prend plus (?) dans les colonnes d’un jour­nal sup­posé­ment de droite. D’une manière générale, les arti­cles d’Hélène Bien­venu dans Le Figaro abor­dent la réal­ité polon­aise du même point de vue plutôt libéral de gauche – pro­gres­siste, pro-migrants et pro-Brux­elles – que ceux qu’elle pub­lie dans le Monde, ce qui est ras­sur­ant pour elle, car le con­traire serait un symp­tôme de schiz­o­phrénie. L’important pour les lecteurs, c’est quand même de le savoir.

On trou­ve aus­si dans Le Figaro des arti­cles et entre­tiens réal­isés par Lau­re Man­dev­ille (voir son por­trait sur le site de l’Observatoire du Jour­nal­isme), spé­cial­iste du monde slave mani­ant à la fois le russe et le polon­ais. D’autres auteurs, qui ne sont pas non plus des cor­re­spon­dants sur place, pub­lient égale­ment des analy­ses sur la Pologne, comme par exem­ple Mayeul Alde­bert qui s’est aven­turé en octo­bre dernier à expli­quer « le bras de fer engagé par la Pologne avec l’Union européenne » alors qu’il ne sem­blait pas avoir tout com­pris lui-même, comme lorsqu’il écrivait que : « La Cour con­sti­tu­tion­nelle a notam­ment déclaré que deux arti­cles du Traité européen étaient con­traires à la con­sti­tu­tion polon­aise, le pre­mier, qui établit l’U­nion, et le 19, qui instau­re la CJUE. Aucun juge­ment n’avait jusque-là été ren­du par des mag­is­trats nationaux pour écarter des arti­cles des traités européens. » En fait, dans son juge­ment du 7 octo­bre 2021, le Tri­bunal con­sti­tu­tion­nel polon­ais a sim­ple­ment dit que c’est l’interprétation faite par la CJUE de ces arti­cles qui est incom­pat­i­ble avec la Con­sti­tu­tion polon­aise, comme l’expliquait très bien le Viseg­rád Post le lende­main de la pub­li­ca­tion de cette déci­sion des juges con­sti­tu­tion­nels polon­ais (don­née en lien dans l’article du Viseg­rád Post).

Comme les autres grands jour­naux, Le Figaro a égale­ment beau­coup recours aux dépêch­es de l’AFP pour par­ler de la Pologne à ses lecteurs, avec donc la même vision plutôt de gauche et plutôt hos­tile aux con­ser­va­teurs polon­ais qui car­ac­térise l’agence de presse française.

La Croix

Puisque Libéra­tion, Le Monde et Le Figaro abor­dent la ques­tion de la Pologne avec le même point de vue et avec le même cer­cle de cor­re­spon­dants (voire la même cor­re­spon­dante pour Le Monde et Le Figaro), allons donc voir dans les colonnes du jour­nal La Croix, réputé chré­tien et con­ser­va­teur et qui ne devrait donc en principe pas avoir d’a pri­ori con­tre les gou­verne­ments con­ser­va­teurs se récla­mant de la démoc­ra­tie chrétienne.

Pre­mière con­stata­tion, on s’aperçoit en fouil­lant le con­tenu du site du jour­nal que sa cor­re­spon­dante Mag­dale­na Viat­teau y par­le encore de la Pologne, et qu’elle a même cou­vert les man­i­fes­ta­tions de la fin 2020-début 2021 con­tre le ver­dict du Tri­bunal con­sti­tu­tion­nel qui avait invalidé le para­graphe de la loi sur l’avortement autorisant l’avortement en cas de mal­for­ma­tion ou mal­adie grave et incur­able du fœtus. Mme Viat­teau appelle cela « la déci­sion du Tri­bunal con­sti­tu­tion­nel du 22 octo­bre d’annuler l’accès à l’avortement en cas de mal­for­ma­tion grave de l’embryon » dans l’article « En Pologne, le pou­voir con­firme l’interdiction de l’IVG ». En fait l’IVG (inter­rup­tion volon­taire de grossesse) est inter­dite en Pologne depuis 1993. Il s’agit ici d’IMG (inter­rup­tion médi­cale de grossesse) que la loi de 1993 autori­sait jusqu’à la 24e semaine de ges­ta­tion, et qui se déroulait donc sur des fœtus, et non pas des embryons. La con­fu­sion et le vocab­u­laire (« embry­on ») a de quoi sur­pren­dre dans un jour­nal chré­tien, et donc en principe a pri­ori plutôt hos­tile à l’avortement. D’autant plus qu’en ne par­lant que de « mal­for­ma­tion grave de l’embryon », la cor­re­spon­dante de La Croix reprend le vocab­u­laire des organ­i­sa­tions fémin­istes d’extrême gauche à l’origine des man­i­fes­ta­tions qui ne par­laient pas du tout du fait qu’une majorité de ces avorte­ments con­cer­naient en fait des enfants à naître avec la tri­somie 21. Soit dit en pas­sant, ces organ­i­sa­tions fémin­istes dont Madgale­na Viat­teau sem­ble embrass­er le point de vue à tra­vers ses arti­cles cou­vrant ce sujet sont favor­ables à la légal­i­sa­tion de l’IVG en plus d’être con­tre l’interdiction de l’IMG pour cause de mal­for­ma­tion ou mal­adie grave et incur­able du fœtus.

En fait, comme nous l’écrivions en 2017 dans notre arti­cle « Les grands médias français très cri­tiques vis-à-vis de la Pologne gou­vernée par le PiS : pro­fil de leurs cor­re­spon­dants » à pro­pos de la cor­re­spon­dante de La Croix :

« Il faut recon­naître à sa cor­re­spon­dante Mag­dale­na Viat­teau que ses arti­cles sont plutôt hon­nêtes et com­plets en ce sens qu’ils exposent générale­ment les points de vue des uns et des autres, mais avec tout de même une préférence claire pour ceux de l’opposition libérale-lib­er­taire comme lorsqu’elle cite le chiffre de 200 000 avorte­ments illé­gaux chaque année en Pologne (chiffre avancé en son temps par la Fédéra­tion pour les Femmes et le Plan­ning famil­ial, organ­i­sa­tion pro-avorte­ment polon­aise, mais qui n’est basé sur aucune étude objec­tive), ou quand elle inter­roge, pour expli­quer la crise par­lemen­taire déclenchée avant Noël, un poli­to­logue et com­men­ta­teur dont l’hostilité vir­u­lente au PiS est con­nue de tous en Pologne. Acces­soire­ment, Mme Viat­teau est l’épouse de M. Viat­teau qui est le chef du bureau de Varso­vie de l’AFP et qui ne cache pas non plus son hos­til­ité au PiS comme dans cet arti­cle rédigé en anglais à pro­pos des théories du com­plot qui seraient selon Michel Viat­teau relayées par les con­ser­va­teurs polon­ais. Le pro­fil de Mag­dale­na Viat­teau con­vient donc sans doute au rédac­teur en chef de La Croix qui par­lait le 15 octo­bre dernier sur le blog Paris Planète de La Croix du « régime » du PiS, une « for­ma­tion ultra-con­ser­va­trice ». Un ton qui ressem­ble à s’y mépren­dre à ce qu’on peut lire dans les jour­naux offi­cielle­ment de gauche comme Le Monde et Libéra­tion. »

Ricochet sur le Times of Israël

On cit­era encore aujourd’hui cet arti­cle du Times of Israël de 2019 où Michel Viat­teau, Polon­ais d’origine, écrit des arti­cles sur la Pologne, et où il affirme en pas­sant, comme une évi­dence, que « l’extrême droite polon­aise exprime ses idées plus ouverte­ment depuis que le par­ti catholique con­ser­va­teur Droit et Jus­tice (PiS) est arrivé au pou­voir en 2015 ». Le sim­ple fait d’appeler PiS « par­ti catholique con­ser­va­teur » est plutôt trompeur, car le PiS n’a jamais été un par­ti con­fes­sion­nel, mais c’est un qual­i­fi­catif qui revient assez régulière­ment dans les médias de gauche.

Une source de Varso­vie qui con­naît les Viat­teau nous a dit sous cou­vert d’anonymat que Madame a des opin­ions encore plus à gauche que celles de Mon­sieur, même si c’est elle qui écrit pour La Croix et lui qui tra­vaille pour l’AFP, nous livrons ce témoignage tel quel.

Et quand la cor­re­spon­dante à Varso­vie de La Croix par­lait du juge­ment du 7 octo­bre 2021 du Tri­bunal con­sti­tu­tion­nel polon­ais, elle com­met­tait exacte­ment la même erreur (ou manip­u­la­tion) que Mayeul Alde­bert écrivant depuis la France pour Le Figaro : « Jeu­di 7 octo­bre en début de soirée, la Cour con­sti­tu­tion­nelle polon­aise, proche du pou­voir con­ser­va­teur, a affir­mé la pri­mauté de la loi fon­da­men­tale nationale sur le droit européen. Qu’il s’agisse d’un pas vers un « Polex­it », comme le dénonce l’opposition ou d’un net dur­cisse­ment de Varso­vie dans la défense des réformes judi­ci­aires con­tro­ver­sées, cette déci­sion reten­tis­sante, con­traire aux traités européens, fait encore mon­ter la ten­sion avec Brux­elles. »

On notera en sus au pas­sage que la cour con­sti­tu­tion­nelle polon­aise n’est pas la pre­mière à affirmer la pri­mauté de la con­sti­tu­tion nationale sur le droit européen. D’autres, comme le Con­seil con­sti­tu­tion­nel français ou la cour con­sti­tu­tion­nelle fédérale alle­mande, ont déjà fait de même.

Acces­soire­ment, Mme Viat­teau par­le du « par­ti nation­al­iste con­ser­va­teur Droit et Jus­tice », ou bien encore des « con­ser­va­teurs nation­al­istes », reprenant donc à son compte le vocab­u­laire des médias de gauche. Dans un arti­cle d’avril dernier inti­t­ulé « En Pologne, une activiste pro-avorte­ment risque la prison », elle assure, comme sa con­sœur Hélène Bien­venu du Monde et du Figaro (voir la pre­mière par­tie du présent articlehttps://www.ojim.fr/les-correspondants-de-presse-en-europe-centrale-pologne‑i/ ), que « Pra­ti­quer un avorte­ment auto­géré ne con­stitue pas une infrac­tion en Pologne », ce qui est faux comme nous l’avons expliqué dans la pre­mière par­tie de notre pas­sage en revue des cor­re­spon­dants des grands jour­naux français en Pologne. La mil­i­tante pro-avorte­ment Justy­na Wydrzyńs­ka, « 47 ans, mère de trois enfants, mil­i­tante du col­lec­tif Abor­cyjny Dream Team (ADT) » (qui, rap­pelons-le, parce que la cor­re­spon­dante de La Croix ne le fait pas et préfère présen­ter cette asso­ci­a­tion sous un jour favor­able, réclame l’avortement comme étant quelque chose de « cool »), pré­tend que « Justy­na [avait] chez elle le médica­ment en ques­tion, « pour son usage per­son­nel » ».

Il s’agit en fait de la ligne de défense de la mil­i­tante pro-avorte­ment à son procès (défense relatée ici par l’organisation d’avocats pro-vie Ordo Iuris qui s’est con­sti­tuée par­tie civile), à pre­mière vue assez peu plau­si­ble d’ailleurs, venant d’une mem­bre en vue d’une organ­i­sa­tion qui annonce haut et fort aider les Polon­ais­es qui le souhait­ent à se faire avorter, soit en leur envoy­ant des pilules abortives soit en leur organ­isant des voy­ages à l’étranger. Mais cela, la cor­re­spon­dante de La Croix ne le pré­cise pas, puisque c’est présen­té comme des faits objectifs.

L’approche de cette affaire avec un biais favor­able aux par­ti­sans de l’avortement légal est bien enten­du légitime de la part d’un jour­nal­iste si tel est son point de vue, mais ce qui sur­prend encore une fois, c’est que c’est le même biais qui car­ac­térise les cor­re­spon­dants des qua­tre prin­ci­paux jour­naux nationaux français, qu’ils soient éti­quetés « de gauche » ou « de droite » et même « chrétien ».

Et l’on con­state aus­si sur le site de La Croix que les arti­cles et entre­tiens d’autres auteurs con­cer­nant par exem­ple les ques­tions d’État de droit sont pré­parés avec un angle iden­tique à celui des deux grands jour­naux de gauche. Voir par exem­ple « Pologne : Igor Tuleya, juge rebelle mal­gré lui » et « Pologne : « Le com­bat pour l’État de droit ne se résume pas au sort de six juges », deux entre­tiens réal­isés par Jean-Bap­tiste François, avec des juges en con­flit ouvert avec le gou­verne­ment et la majorité par­lemen­taire et qui sont égale­ment très médi­atisés en Pologne, en par­ti­c­uli­er dans les médias libéraux et de gauche hos­tiles au gouvernement.

Cinq ans après notre pre­mier arti­cle sur les cor­re­spon­dants des médias français en Pologne, la grande presse française dite de grand chemin, sem­ble tou­jours souf­frir d’un sérieux manque de plu­ral­isme d’opinion…

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés