Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le vote des journalistes : un demi-secret mal gardé

1 juillet 2012

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le vote des journalistes : un demi-secret mal gardé

Le vote des journalistes : un demi-secret mal gardé

On a tout dit des journalistes. Qu’ils sortent tous du même moule sociologique (François Ruffin, Les Petits soldats du journalisme, Les Arènes, 2003) ; que ce ne sont que des chiens de garde aux ordres du système (Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Liber-Raisons d’agir, 1997) ; qu’ils ont remplacé les curés (Régis Debray, L’Emprise, Le Débat/Gallimard, 2000) ; ou encore qu’ils sont l’alibi idéologique du bruit de fond médiatique (Philippe Cohen et Élisabeth Lévy, Notre métier a mal tourné, Mille et une Nuits, 2008). On a tout dit, mais on n’a rien dit tant qu’on n’a pas gueulé qu’ils votent à gauche dans des proportions qui feraient envie à des dictateurs africains.

Dif­fi­cile de définir ce con­formisme idéologique sans se livr­er à une longue dis­ser­ta­tion. Alors autant s’en tenir à l’origine du mot, qui nous vient de l’anglais « con­formist », celui « qui pro­fesse la reli­gion offi­cielle » – le poli­tique­ment cor­rect, pour ce qui nous con­cerne. Si les con­tours en sont dif­fi­ciles à trac­er, il est plus malaisé encore d’en mesur­er la réal­ité. On dis­pose cepen­dant, avec les inten­tions de vote des jour­nal­istes, d’un out­il de mesure sta­tis­tique­ment pré­cis et sci­en­tifique­ment irréprochable.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les études et enquêtes sur le sujet ne sont pas légion. Car si les jour­nal­istes aiment à savoir ce que pensent les Français, ils n’ont vrai­ment pas envie que les Français sachent ce pensent les jour­nal­istes. Pire : les jour­nal­istes ne détes­tent rien tant que de voir leur pré­ten­tion à l’objectivité remise en cause. À les écouter, ils n’ont rien à se reprocher et trait­ent l’information avec toute la neu­tral­ité et l’impartialité req­ui­s­es. On ne deman­derait qu’à les croire s’ils ne s’exprimaient pas dans les urnes avec une una­nim­ité aus­si trou­blante que récur­rente.

La dernière con­sul­ta­tion en date émane de l’Institut Har­ris Inter­ac­tive pour le compte de la revue trimestrielle Médias, de Robert Ménard. Elle a été réal­isée du 9 au 18 mai 2012 via le réseau social Twit­ter auprès de 105 jour­nal­istes pro­fes­sion­nels. Le prin­ci­pal enseigne­ment à en tir­er, c’est que le vote des jour­nal­istes est beau­coup plus mar­qué à gauche que celui du corps élec­toral, cela dans des pro­por­tions con­fon­dantes. 39% d’entre eux déclar­ent avoir voté au pre­mier tour de la prési­den­tielle pour François Hol­lande, 19% pour Jean-Luc Mélen­chon, 18% pour Nico­las Sarkozy, 13% pour François Bay­rou, 7% pour Eva Joly et 3% pour Marine Le Pen. Plus édi­fi­ant encore, au sec­ond tour, les jour­nal­istes ont voté à 74% pour Hol­lande. Ce qui n’empêche pas 90% d’entre eux de se sen­tir « indépen­dants ». Le culot ou l’inconscience aidant, ils se diront bien­tôt per­suadés d’être en phase avec les Français !

Au regard de ces résul­tats, Renaud Rev­el, jour­nal­iste à L’Express, feint la sur­prise. « Si cette sen­si­bil­ité gauchisante n’est pas à pro­pre­ment par­ler une décou­verte, l’importance du score recueil­li par François Hol­lande auprès de la pro­fes­sion est en revanche sur­prenante », explique-t-il sur son blog. La con­sul­ta­tion Har­ris Inter­ac­tive ne fait pour­tant que cor­ro­bor­er des résul­tats déjà con­nus.

Pour la même prési­den­tielle, deux sondages internes effec­tués dans des écoles de jour­nal­isme – le Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (CFJ) et l’École supérieure de jour­nal­isme (ESJ) – don­nent à la gauche des scores encore plus larges. À l’ESJ, 87% des étu­di­ants dis­ent vot­er pour la gauche et l’extrême gauche ; au CFJ, la fameuse fab­rique des « petits sol­dats du jour­nal­isme », dont sor­tent les prin­ci­paux patrons des grandes rédac­tions, c’est car­ré­ment 100 % !

De toute la presse « main­stream », Mar­i­anne est le seul mag­a­zine à son­der à inter­valles réguliers sa rédac­tion. Le pré­texte en est la prési­den­tielle. En avril 2012, la rédac­tion votait avant tout le monde, espérant mon­tr­er la voie au bon peu­ple. Sans sur­prise, François Hol­lande arrivait en tête avec 40% des suf­frages, talon­né par Jean-Luc Mélen­chon total­isant 31,7%. Ex æquo, François Bay­rou et Nico­las Dupont-Aig­nan pla­fon­naient à 8,3%. Ex æquo, Nico­las Sarkozy et Marine Le Pen l’étaient eux aus­si, avec… aucun suf­frage.

Ren­dons grâce à Mar­i­anne, mag­a­zine engagé, d’avancer ain­si à vis­age décou­vert. Notons cepen­dant que du temps de Jean-François Kahn (démis­sion­naire en 2007), la rédac­tion était net­te­ment moins mar­quée à gauche, puisqu’en 2007, elle votait à parts égales pour Ségolène Roy­al et François Bay­rou, 36% cha­cun, suiv­is de Dupont-Aig­nan à 8 % (les autres can­di­dats faisant des résul­tats mar­gin­aux).

Tou­jours sous la houlette de ce bon vieux « JFK », le même Mar­i­anne pub­li­ait, en avril 2001 (n°209, semaine du 23 au 29 avril) l’un des dossiers les plus exhaus­tifs jamais con­sacrés au vote des jour­nal­istes. Que dis­ait-il ? Rien qu’on ne sache déjà : « Les jour­nal­istes sont, à une écras­ante majorité de gauche ». Inti­t­ulé « Le clan des clones », il était assor­ti d’un sondage de l’Institut SCP réal­isé par télé­phone le 23 févri­er et le 5 mars 2001 auprès de 130 jour­nal­istes représen­tat­ifs. A la ques­tion de savoir pour qui ils voteraient à la prési­den­tielle de 2002, les jour­nal­istes répondaient Lionel Jospin à 32%, Noël Mamère à 13%, Jean-Pierre Chevène­ment à 8%, Arlette Laguiller à 5%, Robert Hue à 5%, Jacques Chirac à 4%, Alain Madelin à 1% et François Bay­rou à 1%, Jean-Marie Le Pen ne recueil­lant aucune inten­tion de vote. Soit 63% pour la gauche et 6% pour le cen­tre et la droite.

« N’est-il pas éton­nant au sein d’une démoc­ra­tie, remar­quait alors Philippe Cohen au vue des résul­tats de ce sondage, que 6% seule­ment des jour­nal­istes osent se déclar­er électeurs de droite, quand on estime qu’au moins 50% des Français votent ain­si ? Ou que 87% des jour­nal­istes s’affirment favor­ables à la régu­lar­i­sa­tion automa­tique de tous les “sans-papiers” ? Il faudrait être quelque peu naïf, après cela, pour s’étonner du fos­sé, abyssal, qui se creuse entre la caste jour­nal­is­tique et la pop­u­la­tion. »

« Com­ment en est-on arrivé là ? », s’interrogeait de son côté Thomas Val­lières dans le même dossier. Et Jean-François Kahn d’avancer une expli­ca­tion dans son édi­to­r­i­al : selon lui, « les jour­nal­istes, dans leur immense majorité issus qu’ils sont du même milieu, for­més à la même école, fréquen­tant les mêmes espaces, por­teurs des mêmes valeurs, imprégnés du même dis­cours, façon­nés par la même idéolo­gie, struc­turés par les mêmes références, ayant sou­vent con­nu la même évo­lu­tion ou le même cur­sus, finis­sent pas penser presque tous pareils ». C’est bien leur droit et, bien qu’il soit regret­table, per­son­ne ne leur reproche cet éli­tiste mimétisme de caste. En revanche, nous avons le droit de savoir d’où ils par­lent, au nom de qui et de quoi. C’est bien le min­i­mum en terme de droit à l’information.

Crédit pho­to : tizzie via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.