Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une Maison des Médias de gauche à Paris ?

5 novembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Une Maison des Médias de gauche à Paris ?

Une Maison des Médias de gauche à Paris ?

C’est un peu un serpent de mer dont la tête doit émerger début 2019. La création d’une Maison des médias à Paris dans un immeuble à rénover, boulevard de Charonne dans le XIème, dont le propriétaire est la ville de Paris. Un projet lancé en 2017, dont le chef de file sera choisi début 2019 pour une ouverture en 2020/2021. État des lieux.

Un immeuble à réaménager

Poste Nation I” au 67–69 boule­vard de Charonne à Paris, ancien bâti­ment occupé par Enedis (qui gère la dis­tri­b­u­tion d’électricité en France quelque soit le four­nisseur, EDF ou un con­cur­rent), avait été amé­nagé par son occu­pant en poste de trans­for­ma­tion élec­trique. Le trans­former en immeu­ble com­mer­cial de bureaux néces­sit­era de gros travaux.

Il existe déjà une Mai­son des économies sol­idaires et inno­vantes, sur le canal de L’Ourcq. Une réal­i­sa­tion de la ville de Paris qui domine le con­seil d’administration. Elle regroupe des acteurs dédiés à la lutte con­tre le gaspillage comme le Chain­on man­quant (dis­tri­b­u­tion des sur­plus des pro­fes­sion­nels de l’alimentation), Shamen­go (qui réalise des por­traits d’entrepreneurs « verts »), des sociétés de dis­tri­b­u­tion écologiques comme Bio­cy­cle etc, le tout avec une tonal­ité de gauche rose/rouge/vert. Envis­agée comme Mai­son des médias, la sur­face s’est révélée trop exiguë.

La gauche Médiapart en ordre de bataille

Nous vous en informions le 17 avril 2018, Olivi­er Legrain, cap­i­taine d’industrie, mécène et psy­chothérapeute (sic) a pro­posé de met­tre plusieurs mil­lions d’euros pour une « Mai­son des médias de gauche » :

« Un riche mécène, Olivi­er Legrain (ancien directeur de Materis, main­tenant Prési­dent de Mersen, matériel élec­trique) va inve­stir dans une Mai­son des Médias Libres. L’immeuble est déjà choisi avec le con­cours de la mairie de Paris, au 67 boule­vard de Charonne, dans le XIème arrondisse­ment. Olivi­er Legrain est déjà action­naire du tout en ligne gauchiste Bas­ta­m­ag et des Jours fondés par des anciens de Libéra­tion. Selon La Let­tre A du 18 juil­let 2017, il met­trait plusieurs mil­lions d’euros sur la table pour accueil­lir un cer­tain nom­bre de rédac­tions « con­formes » soit entre 300 et 500 per­son­nes. @rrêtsurimages de Daniel Schnei­der­mann aurait décliné l’invitation. Par con­tre Alter­na­tives économiquesLes JoursBas­ta­m­agPolti­tisMedi­a­part suiv­raient le mou­ve­ment. Medi­a­part est chef de file et fait par­tie des qua­tre can­di­dats à  l’appel d’offres Legrain/Mairie. Le pro­jet pour­rait voir le jour à un hori­zon 2020/21. »

Le pro­jet rebon­dit à l’automne 2018 avec l’examen des appels d’offres pour répon­dre au pro­jet de mise à dis­po­si­tion de la ville de Paris. La Mai­son des médias libres, tel est le nom du pro­jet dont le chef de file est Médi­a­part, rassem­blerait les rédac­tions d’une par­tie de la gauche libérale lib­er­taire. Out­re les titres cités plus haut, le groupe So Press (Soci­ety, So Foot, Pédale etc…), Le Monde diplo­ma­tique, Reporterre d’Hervé Kempf, Philoso­phie mag­a­zine, les édi­teurs Le Seuil et Les Arènes. D’autres titres pour­raient venir s’amalgamer. Le titre du pro­jet Les Médias libres laisse aimable­ment enten­dre que les autres médias ne le seraient pas.

https://www.liberation.fr/france/2018/05/27/un-millionnaire-de-gauche-veut-sa-maison-des-medias-libres_1654566

La can­di­da­ture de Médi­a­part et alliés est soutenue par une bro­chette de sou­tiens pro­gres­sistes, habitués des tri­bunes libres du Monde. Ils en ont d’ailleurs pub­lié une le 15 octo­bre 2018 pour appuy­er cette can­di­da­ture, avec les sig­na­tures habituelles d’Edgar Morin, Patrick Boucheron, William Bour­don et autres Thomas Piket­ty :

« Ce serait à la fois un lieu pub­lic de ren­con­tre et d’échange, d’exposition et de for­ma­tion autour du jour­nal­isme, et un lieu pro­fes­sion­nel pro­posant des locaux à des médias unis par la défense de l’indépendance et de la lib­erté de l’information. La grande diver­sité des pro­mo­teurs de ce pro­jet en garan­tit le plu­ral­isme, tout comme leur engage­ment à faire de ce lieu un espace de débat et de réflex­ion, d’expérimentation, de pro­mo­tion de nou­velles formes de pro­duc­tion et de dif­fu­sion de l’information, ouvert à tous les publics et acces­si­ble à tous les médias qui le souhait­ent.»

On peut sourire de l’appel au plu­ral­isme et au débat et à la réflex­ion, et de l’ouverture à tous les publics, quand on voit la liste à la fois des sig­nataires et des médias con­sid­érés, tous habitués à l’entre soi de principe et à un étroit poli­tique­ment cor­rect.

91 projets déposés, quatre finalistes

La réno­va­tion du bâti­ment de 6000 m² néces­sit­era des finance­ments de plusieurs dizaines de mil­lions indique La Let­tre A du 17 octo­bre 2018. La liste des final­istes n’est pas encore con­nue offi­cielle­ment, mais qua­tre pro­jets sem­blent se dis­tinguer. Out­re la Mai­son-des-médias-de-gauche-plu­ral­iste-pour-la-lib­erté-et-le-débat déjà citée, le groupe immo­bili­er Nex­i­ty, un autre acteur immo­bili­er Novax­ia et un groupe famil­ial Bati­part. Nex­i­ty pro­pose une « cité ludique », Novax­ia un « théâtre immer­sif » et Bati­part un « Mur­Mure ».

Une grande con­fu­sion règne sur la com­po­si­tion du jury, en théorie anonyme. Cer­tains con­cur­rents ignor­eraient les noms des mem­bres alors que d’autres en seraient infor­més, facil­i­tant ain­si des démarch­es divers­es et var­iées pour les influ­encer. Le pre­mier prési­dent du jury qui choisira (ou aurait déjà choisi) les final­istes est le social­iste Emmanuel Gré­goire, devenu pre­mier adjoint d’Anne Hidal­go. Le prési­dent du jury qui départagera les final­istes est Jean-Louis Mis­si­ka, adjoint chargé de l’urbanisme.

Le choix sera à la fois financier et poli­tique. Financier car il fau­dra pou­voir compter sur un pro­mo­teur pro­fes­sion­nel et finan­cière­ment à l’aise, de ce point de vue, Nex­i­ty ou Novax­ia sont mieux placés. Mais d’un autre côté, attribuer un bâti­ment pres­tigieux un an avec les élec­tions munic­i­pales à Paris, à une rib­am­belle de médias-de-gauche-plu­ral­iste-lib­er­taire-libérale-poli­tique­ment-con­forme peut représen­ter un atout de choix pour Anne Hidal­go dont la réélec­tion est tout sauf cer­taine.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.