Accueil | Actualités | Médias | Quel avenir pour LCP-AN, la chaîne parlementaire de l’Assemblée Nationale ?
Pub­lié le 30 juin 2018 | Éti­quettes : , ,

Quel avenir pour LCP-AN, la chaîne parlementaire de l’Assemblée Nationale ?

Après l’arrivée de Bertrand Delais, réputé macronien à la tête de la chaine, après le départ programmé (et tant espéré tant par la rédaction que par les spectateurs) de Frédéric Haziza, quelles seront les grandes orientations de LCP ?

Un rapport qui tombe à pic

Surprise, un audit avait été commandé au printemps 2018 par les parlementaires au cabinet Grant Thorton. Celui-ci a été remis au député En Marche Hugues Renson, également vice-président de la chaine.

L’objectif ? Faire émerger LCP comme une petite parmi les grandes, dépassant les 0,3% d’audience habituels. Ce sera la mission de Guilaine Chenu (ex France 2) ancienne présentatrice d’Envoyé spécial.

Et Public Sénat ?

Les synergies entre les deux chaines parlementaires sont quasi nulles, chacune défendant son pré carré. Les sénateurs ont fait un pied de nez au président Macron en réélisant David Kessler, réputé méfiant devant tout rapprochement. Les pistes de travail en commun sont pourtant nombreuses : régie de production partagée, émissions phares pilotées par les deux rédactions, etc... Le départ d’Haziza dont l’émission Questions d’infos ne survivra pas à son présentateur offre de nouvelles possibilités, pour faire émerger de nouveaux talents moins arrogants et moins provocateurs. Le rapprochement est bien en cours sur fonds de demande d’économies.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux