Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
LCI : Le Monde relance (encore) TF1, qui s’agace

26 septembre 2014

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | LCI : Le Monde relance (encore) TF1, qui s’agace

LCI : Le Monde relance (encore) TF1, qui s’agace

Temps de lecture : 4 minutes

Suite à la décision du groupe TF1 de supprimer 148 postes et de faire sortir LCI de l’information en continu, les actionnaires du Monde sont repassés à l’offensive.

Ces derniers avaient for­mulé leur offre quelques jours avant la déci­sion du CSA de ne pas faire pass­er la chaîne d’in­for­ma­tion sur la TNT gra­tu­ite. Mais récem­ment, le PDG de TF1 l’avait jugé, tout comme celle du Figaro, pas « suff­isam­ment sérieuse ». Aujour­d’hui, Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse (BNP) font part de leur « sur­prise » devant la déci­sion de TF1.

Dans un com­mu­niqué com­mun, ces derniers ont rap­pelé que « la propo­si­tion adressée à TF1 prévoit la reprise de l’in­té­gral­ité des effec­tifs jour­nal­istes dédiés à LCI. Elle repose sur un pro­jet édi­to­r­i­al et indus­triel ambitieux, qui place LCI au cœur de l’ac­tiv­ité numérique du Monde. Elle s’ap­puie sur l’ensem­ble des forces de la rédac­tion de la chaine et vise à assur­er l’indépen­dance, la diver­sité et la richesse des infor­ma­tions proposées ».

Devant son offre « restée sans réponse », le trio BNP a jugé que, « compte tenu des enjeux soci­aux, il est regret­table qu’au­cun échange d’au­cune sorte n’ait pu avoir lieu avec le groupe TF1 ». Par ailleurs, ils se dis­ent à nou­veau “à la pleine dis­po­si­tion du groupe TF1, des salariés de LCI et du CSA pour en dis­cuter et le finaliser” ».

Inter­rogé sur RTL ce mer­cre­di 24 sep­tem­bre 2014, Nonce Paoli­ni a assuré que son groupe « étudiera la propo­si­tion du Monde » à con­di­tion qu’un pro­jet doc­u­men­té soit fourni. Cepen­dant, le PDG de TF1 a tou­jours une dent con­tre les action­naires du Monde.

« Des affaires de cette impor­tance ne se trait­ent pas sur les estrades et devant les médias », a‑t-il tenu à rap­pel­er, faisant référence à l’of­fre for­mulée par ces derniers quelques jours avant la déci­sion du CSA, « et unique­ment par voie de presse, pour vous don­ner une idée de la pratique ».

Et d’a­jouter : « J’ai reçu une let­tre de Math­ieu Pigasse un soir et c’é­tait immé­di­ate­ment dans Les Echos. Le secret des affaires n’est pas leur spé­cial­ité. » Pour en revenir aux offres du Monde, « il n’y a pas eu d’of­fre con­crète. On nous a expliqué qu’il fal­lait qu’on ouvre nos livres avant de faire une offre con­crète », estime Paolini.

Aujour­d’hui, « j’ap­prends, tou­jours par voie de presse, que le Monde a un pro­jet édi­to­r­i­al, économique et social » pour LCI. « Je demande aux respon­s­ables du Monde de m’en­voy­er des doc­u­ments pré­cisant ce con­cept édi­to­r­i­al, cette donne économique et égale­ment la par­tie sociale. Nous étudierons les propo­si­tions du Monde », a‑t-il assuré.

Mais atten­tion, « LCI ne tombera pas dans n’im­porte quelles mains, il fau­dra qu’il y ait un pro­jet con­cret, auquel nous pour­rions par­ticiper, avec d’autres, car on a des propo­si­tions de parte­nar­i­ats sérieuses. Mon objec­tif est de sauver un max­i­mum d’emplois. »

Tou­jours côté TF1, Jean-Pierre Per­naut s’est indigné sur son compte Face­book per­son­nel, mar­di dernier. S’il avait déjà exprimé sa colère quant à la déci­sion du CSA, l’avenir som­bre de LCI a con­duit le présen­ta­teur du jour­nal de 13 heures à en remet­tre une couche.

« Bra­vo au CSA d’avoir si bien mesuré l’im­pact de sa déci­sion inique sur ‘l’équili­bre’ du PAF. Bra­vo au CSA d’avoir ain­si fait place nette pour BFMTV dont le chiffre d’af­faires a déjà pro­gressé de 17% cette année. Toutes les chaînes européennes rêveraient d’un tel suc­cès. Mais LCI en clair les aurait men­acés, ces pau­vres petits… C’est fou ce que la déci­sion du CSA est incom­préhen­si­ble », a‑t-il pesté.

Et le jour­nal­iste de déplor­er que « la dis­pari­tion par­tielle de LCI, ça ne compte pas mes­dames et messieurs les fonc­tion­naires ‘indépen­dants’ dans votre con­cep­tion de l’équili­bre. Vous auriez pu laiss­er le pub­lic choisir. Non. Vous avez joué de votre autorité de pacotille. »

En bref, « quel gâchis mes­dames et messieurs du CSA. Fiers de vous de détru­ire une belle chaîne ? C’est vrai que la télé, c’est pas votre méti­er. C’est le nôtre et vous l’avez abîmé et cassé du haut de votre arro­gance ‘indépen­dante’. Vous avez bafoué le plu­ral­isme et la lib­erté d’informer. » 

Et Jean-Pierre Per­naut, décidé­ment en forme, de con­clure en esti­mant que le CSA n’est qu’un « organ­isme ves­tige du mono­pole de l’État sur l’audiovisuel ».

Voir notre infographie du groupe Le Monde (et de ses actionnaires)