Accueil | Actualités | Médias | Le directeur de la publication de l’Ojim mis en examen sur demande de Ramzi Khiroun
Pub­lié le 17 novembre 2019 | Éti­quettes : , , ,

Le directeur de la publication de l’Ojim mis en examen sur demande de Ramzi Khiroun

En un peu plus de 7 ans d’existence, l’Observatoire du journalisme Ojim a publié plus de 200 portraits de journalistes, 25 infographies sur les groupes de médias et plus de 4000 articles. Il y a bien eu quelques menaces et quelques gesticulations sans aucune suite. Pour la première fois Claude Chollet, fondateur de l’Observatoire est menacé des foudres de la justice.

L’affaire Ramzi Khiroun

Monsieur Ramzi Khiroun est l’ancien chauffeur de DSK, alias Dominique Strauss-Kahn, qu’il a rencontré en 1998 ou 1999 (les versions différent) via des amis communs de Sarcelles. Chauffeur, communiquant et beaucoup plus par la suite. Devenu proche de Stéphane Fouks (via DSK) il se fait embaucher par Euro RSCG où il travaille très largement au service de DSK, éteignant les incendies qui pourraient nuire à celui que tout désigne comme le prochain Président de la République lors de l’élection de 2012. Il passe ensuite chez Lagardère où il devient membre du comité exécutif et porte-parole. Le magazine GQ le présentait en 2010 comme un des « 30 hommes les plus influents de France » dans les médias. Il a été décoré de la Légion d’Honneur par François Hollande le 19 novembre 2015, sur demande de Jean-Pierre Elkabbach dont il est proche.

Le 4 mai 2018 nous avons publié un article consacré au segment médias du groupe Lagardère où Monsieur Khiroun était cité (mal orthographié) de manière adjacente sur quelques lignes. Vous trouverez cet article ici. Sa teneur a déplu à Monsieur Ramzi Khiroun.

La plainte

Le 9 octobre 2019, le juge d’instruction Émilie Vaudescal a transmis à Claude Chollet, directeur de la publication de l’Observatoire du journalisme (OJIM) sa mise en examen pour injures publiques, à la demande de Ramzi Khiroun, plainte devant le TGI de Paris, qui sera instruite en 2020.

Nous sommes sûrs de notre bon droit, mais les risques encourus ne sont pas minces : une amende de 12.000 € plus des dommages et intérêts non chiffrables plus le remboursement des frais d’avocat du plaignant (risques maximum). Et les frais d’avocat de notre côté courent déjà. Nous vous tiendrons informés des développements.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This